31-07-2021 19:05 - Esclavage par ascendance au Guidimagha : un membre de Ganbanaaxu violemment agressé à Dafort

Esclavage par ascendance au Guidimagha : un membre de Ganbanaaxu violemment agressé à Dafort

Ganbanaaxu - L'esclavage par ascendance au Guidimagha (Mauritanie) : un membre de la communauté Ganbanaaxu violemment agressé par une bande issue des clans féodaux à Dafor.

Ce 31 juillet 2021 à Dafort dans la commune du même nom (Département de Ould Yenge au Guidimagha), monsieur Samba Moussa Koné a été violemment agressé par une bande d'éléments féodalo-esclavagistes. Il s'est rendu dans son champ pour s'assurer que le gel judiciaire en cours depuis Avril 2018 est toujours de mise à la tombée des premières pluies de la semaine.

Arrivé sur place, il a trouvé un jeune homme en train de semer, et il lui demande ses motivations sur cette situation. Le jeune homme ne voulant rien comprendre, monsieur Samba Kone a essayé d'enregistrer la terre en semence pour preuves destinées au dossier judiciaire.

Aussitôt le jeune homme s'attaque à lui et un groupe d'hommes rôdant aux entours se seraient rués sur lui avec machettes et d'autres outils. Il a subi plusieurs blessures sur la tête et au niveau des membres en se défendant vaillamment face à une lâcheté gravissime des assaillants.

Selon les dernières nouvelles, les gendarmes sont arrivés sur la place et procèdent aux premières auditions. Le blessé a été pris en charge par le centre de santé local. Parmi les nombreux suspects agresseurs, seuls 3 éléments ont été appréhendés par les gendarmes. Ces derniers affichent une certaine docilité quasiment complice face à la suite d'une telle gravité.

Nous souhaitons prompt rétablissement au blessé. Nous réitérons nos alertes aux hautes autorités mauritaniennes, le président de la République en personne Mohamed Ould El-Ghazouani sur une situation d'extrême gravité qui couve en milieux soninkés du Guidimagha autour de l'esclavage par ascendance.

Les milieux féodaux soninkés du Guidimagha très haineux et agressifs par le discours apologétique jusqu'alors envers les familles qui rejettent les humiliantes coutumes esclavagistes dans les villages, se disent s'inspirer de leurs compères féodalo-esclavagistes du Mali pour passer aux violences physiques.

Pour rappel un sit-in avait été tenu auprès de la Présidence à Nouakchott le 28 juillet dernier pour attirer une énième sonnette d'alarme sur les tensions, lire la communication d'alerte https://cridem.org/C_Info.php?article=747470.

Les signalements récurrents auprès des autorités locales sont sans effet conséquent, aujourd'hui une lourde responsabilité concernant la vie de notre frère se porte au niveau des cercles administratifs et judiciaires.

L'opinion publique nationale et internationale est prise à témoin plus que jamais.

Dafort 31 juillet 2021

La communauté Ganbanaaxu Dafort





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Ganbanaaxu
Commentaires : 3
Lus : 7818

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • falasha (H) 01/08/2021 20:51 X

    Le président dela république doit prendre cette affaire d'esclavage qui gangrené la population du guidimakha depuis bientôt 5 ans. Des chose inhumaines d'un.autre temps se passent da s l'impunité totale. Un sint-in s'était tenu devant la présidence le 28/07/2021 pour tirer la sonnette d'alarme. Il n'y a que lui qui peut faire quelque car depuis 5 ans ses exactions ne cessent, les tribunaux de semi aby et de kiffa sont saturés de ses dossier aucune justice n'a été faite à ce jour. Il y'a risque de guerre civile dans cette région qui sera sans précédent.

  • lagoonga (H) 01/08/2021 18:27 X

    J'aimerais savoir pourquoi lui et non un autre? qu'a -il fait au juste pour mériter une "agression de cette ampleur"?Dites nous tout, on besoin de sa version et celle de ces bourreaux.

  • Dembunajo (H) 01/08/2021 07:54 X

    Ces actes barbares rétrogrades doivent être sévèrement punis.Sinon, ça peut dégénérer un jour en faisant des dégâts plus graves. L'enquête ne doit pas être laissée entre les mains des autorités judiciaires et sécuritaires de la région. Pour avoir des résultats satisfaisants, les enquêteurs doivent venir d'ailleurs pour juguler définitivement ces cas qui causent plus que jamais les haines et les violences dans les milieux Soninkés. Prompt rétablissement aux blessés.