13-08-2021 09:38 - La gendarmerie arrête le journaliste Ould Atfagha El Mokhtar suite à une publication sur Facebook

La gendarmerie arrête le journaliste Ould Atfagha El Mokhtar suite à une publication sur Facebook

Adrar Info - La gendarmerie a arrêté hier soir dans le quartier de Toujounine, le journaliste Abdallah Ould Atfagha Al-Mokhtar, suite à une diffusion en direct sur Facebook d’images montrant certains éléments de la gendarmerie.

L’un des éléments qui figure dans l’émission a porté plainte contre Ould Mokhtar, qu’il a retirée par la suite.

Ould Atfaigha El Mokhtar a déclaré que la gendarmerie lui avait montré « une loi qui interdit de photographier toute personne ou groupe sans son autorisation, si le but est de les diffamer ».

Il a ajouté : « Nous avons conclu que mon objectif n’était pas la diffamation, mais les enquêteurs ont estimé que certains des commentaires des amis étaient offensants pour la gendarmerie et l’establishment de la sécurité, ce qui est une justification valable ».

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/34757

Traduit par adrar info





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 3176

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Terrier (H) 13/08/2021 14:41 X

    Obseractivi(H) Comment est-ce que tu as fait pour engranger tout ce temps fou avec le webmaster pour rédiger cet article kilométrique aux idées banales et au cycle répétitif frisant l’incohérent ! En plus, et sans vouloir vexer qui que ça soit , il est de quelle couleur..

  • Sahelien-morali (H) 13/08/2021 10:47 X

    C’est dommage que ce brave journaliste Abdallah Ould Atfagha Al-Mokhtar soit arrêté pour une simple publication d’images des gendarmes. Ce grand journaliste est connu pour ses publications audacieuses mais réfléchies et modérées et surtout satiriques, ce qui a bien sa place dans notre société mauritanienne qui apprécie l’humour, la finesse…. Ce journaliste a été surement l’objet d’une machination d’un ministre complexé car un simple gendarme ne va pas porter plainte contre un journaliste è cause de la publication d’une simple image, si ce gendarme n’a pas été poussé à le faire par une autorité. Vous avez raison en disant qu’actuellement, tout le mal vient du niveau d’éducation citoyenne des populations et de certains ministres complexés qui n’ont pas confiance en eux-mêmes, qui ne sont pas fiers de ce qu’ils sont, qui ne se sont pas encore affirmés comme étant à la hauteur des fonctions dans lesquelles ils ont été nommés. Les citoyens qui connaissent mal leurs droits et leurs devoirs poussent le régime à commettre des erreurs. Certains ministres complexés poussent aussi le régime à commettre des erreurs. Il ne faut pas prendre les publications des blogueurs comme un mal outre mesure. Ces informations qu’ils publient sont dans leur majorité instructives pour le peuple mauritanien pour mieux connaitre ses droits pour pouvoir les réclamer de façon normale et pacifique, pour le bien de tous, pour le bien des citoyens et pour le bien des gouvernants qui auront à gouverner des citoyens qui les empêchent de tomber dans l’illicite, alors qu’ils peuvent tirer profit et prestige des fonctions de gouvernants qu’ils occupent sans laisser des plumes sur le terrain. La présence de ce genre de ministres complexés dans le régime de Oul Ghazouani affaiblit ce régime et porte atteinte à sa crédibilité et à l’image que nous avons de Oul Ghazouani qui affronte une mission difficile et historique que tout le monde attend. Ghazouani ne doit pas mettre en ligne d’avant-garde de cette mission des personnes pareilles qui n’ont aucune crédibilité. Il y a sûrement quelqu'un de ce genre de ministres complexés qui a dû inciter le Président Ghazouani à s'engager dans le projet de loi de protection des symboles de l’Etat qui limite les libertés d’expression.

  • Observactiivi (H) 13/08/2021 10:10 X

    Ce que disent les blogueurs Sidi Oul Kmach ou Taleb Abdel Wedoud par exemple sur le comportement de certaines grandes personnalités, sur leur physionomie, taille, surnoms…etc., nous sommes presque certains que cela ne dérange pas des gens comme Oul Ghazouani, Oul Meguet, Misgharou, Hanenna qui n’ont pas de complexes, qui sont fiers de ce qu’ils sont et qui ne prêtent aucune attention à ces publications. Par contre, au sein du gouvernement, certains ministres sont complexés car ils n’ont pas confiance en eux-mêmes, ils ne sont pas fiers de ce qu’ils sont, ils ne se sont pas encore affirmés comme étant à la hauteur des fonctions dans lesquelles ils ont été nommés.

    Actuellement, tout le mal vient du niveau d’éducation citoyenne des populations et de certains ministres complexés qui n’ont pas confiance en eux-mêmes, qui ne sont pas fiers de ce qu’ils sont, qui ne se sont pas encore affirmés comme étant à la hauteur des fonctions dans lesquelles ils ont été nommés. Les citoyens qui connaissent mal leurs droits et leurs devoirs poussent le régime à commettre des erreurs. Certains ministres complexés poussent aussi le régime à commettre des erreurs. Il ne faut pas prendre les publications des blogueurs comme un mal outre mesure.

    Certainement que nous recommandons d’éviter tout ce qui peut offenser ou affaiblir le moral de l’action historique de sauvetage de l’Etat que mène le président Oul Ghazouani qui représente un espoir et dont l’action est tant attendue par tous. Les blogueurs dérangent car ils disent des réalités, il est vrai que parfois c’est avec des excès, mais ces informations qu’ils publient sont dans leur majorité instructives pour le peuple mauritanien qui est encore très bédoin, qui connait mal ses droits pour pouvoir les réclamer de façon normale et pacifique, pour le bien de tous, pour le bien des citoyens et pour le bien des gouvernants qui auront à gouverner des citoyens qui les empêchent de tomber dans l’illicite, dans le mal qui pourra les suivre et auquel ils ne pourront échapper, alors qu’ils peuvent tirer profit et prestige des fonctions de gouvernants qu’ils occupent sans laisser des plumes sur le terrain. Dans les grandes démocraties des pays occidentaux riches, ce que publient et disent les blogueurs passe normalement.

    D’autres pays moins riches et moins expérimentés en démocratie commencent aussi à accepter le 4ème pouvoir et les blogueurs sans grand complexe. Naturellement que les pays arabes sont encore et resteront peut-être une exception à ces évolutions de la liberté d’expression. Cela peut s’expliquer par la spécificité de ces sociétés arabes en termes d’éducation, de tempérament de pudeur, d’orgueil, de manque de confiance réciproque et collective…Mais notre pays, la Mauritanie, à notre avis, peut évoluer sur le plan de l’acceptation des libertés d’expression. Notre société l’a déjà prouvée. Au temps de l’ex-président Oul Abdel Aziz, les blogueurs avaient proliféré et n’étaient pas dérangés à quelques rares exceptions. Et si cela a passé au temps de l’ex-président, il est évident que cela peut passer encore mieux avec le président actuel Oul Ghazouani. Notre société mauritanienne peut facilement accepter des niveaux évolués de libertés d’expression car elle est une société pacifiste, tolérante, non agitée, non complexée.

    Ce que publient les blogueurs comme Taleb Abdel Wedoud, Kmach, Sy et autres ne dérange en réalité que les personnes complexées. Ces informations publiées, elles sont, ou bien vraies ou bien fausses. Si elles sont vraies, les gouvernants devraient plutôt les prendre comme des avertissements pour se couvrir ou se corriger avant de les entendre venant d’une cour de justice nationale ou internationale. Si ces informations publiées sont fausses, il suffit de les démentir ou tout simplement de les ignorer et c’est mieux.

    Heureusement que le projet de loi de protection des symboles et qui limite les libertés va être reporté ou annulé. Heureusement, Oul Ghazouani et certains députés ont compris que certains ministres complexés poussent le régime à adopter cette loi. Le projet de loi sur les symboles de l’Etat et qui limite les libertés d’expression ne profite pas au président Oul Ghazouani qui n’a aucun complexe de ce que publient les médias et les blogueurs, il en écoute ce qui est bon et ne prête pas attention à certains débordements des médias. Le Projet de loi profite surtout aux ministres qui trainent avec eux des passés douteux, des trahisons de l’Etat ou des incompétences qu’ils cachent et que la presse, les réseaux sociaux et les blogueurs peuvent publier. Ce genre de ministres complexés ne supportent pas que les médias dévoilent leur réalité. Vous les connaissez, ils se connaissent. Nous lisons souvent ce que les médias et les blogueurs écrivent sur eux, sur leur passé de trahison de l’Etat, sur leurs complexes. Il y a sûrement quelqu'un de ce genre de personnes qui a dû inciter le Président Ghazouani à s'engager dans ce projet de loi qui limite les libertés.

    Revenons au rôle instructif d’éducation citoyenne que les blogueurs- notamment Sidi oul Kmach et Taleb Abdel Wedoud, avec quelques excès- assurent. Il est vrai que si ces publications continuent et durent dans le temps de façon régulière et soutenue, cela pourra aboutir à un éveil des citoyens sur leurs droits et aussi leurs devoirs civiques, et par conséquent des risques de révoltes à moyen et long terme si les gouvernants ne comprennent pas le changement de mentalités qui sera ainsi créé. Mais ces risques de révoltes ainsi créés ne seront que dans le long terme, en tous cas pas dans le régime actuel.

    Et, de toute façon, comme nous l’avons déjà dit ci haut, ces changements seront pour le bien de tout le monde, pour le bien des citoyens et pour le bien des gouvernants qui auront à gouverner des citoyens qui les empêchent de tomber dans l’illicite, dans le mal qui pourra les suivre et auquel ils ne pourront échapper, alors qu’ils peuvent tirer profit et prestige des fonctions de gouvernants qu’ils occupent sans laisser des plumes sur le terrain.