30-11-2021 14:45 - L'économie mauritanienne se prépare à l'arrivée du gaz

L'économie mauritanienne se prépare à l'arrivée du gaz

RFI Afrique - La Mauritanie affiche ses ambitions économiques. Alors que l'exploitation du gaz au large des côtes mauritaniennes, conjointement avec le Sénégal doit débuter dans douze mois, le pays se met en ordre de bataille pour attirer les investisseurs.

Comment se préparer à être une puissance gazière ? Voilà le défi auquel sont confrontées les autorités mauritaniennes, alors que d'ici 12 à 18 mois, les premiers mètres cubes de gaz sortiront du plateau maritime sénégalo-mauritanien.

Pour Ousmane Mamadou Kane, le ministre des Affaires économiques et de la promotion du secteur productif, l'argent du gaz devra d'abord servir à moderniser le pays.

« Le gaz va venir, Inch Allah... L'économie ne sera pas nécessairement irriguée par un nouveau tissu économique, mais par contre ce qui est attendu, c'est d'abord l'injection de beaucoup de ressources au Trésor et à la Banque centrale, qui permettront de faire face à d'énormes besoins d'éducation de base, d'infrastructures routières, d'eau, d'assainissement et d'énergie, dont le pays à besoin. »

Attirer les investisseurs

Ces perspectives devraient attirer les investisseurs et permettre à la Mauritanie de diversifier son économie, aujourd'hui principalement axée sur les mines et l'agriculture. Pour ce faire, Nouakchott a créé il y a quelques mois une Agence de promotion des investissements sur le modèle de ses voisins.

Aïssata Lam, sa directrice générale, parie sur la stabilité du cadre juridique mauritanien pour convaincre les entreprises étrangères.

« Ce qui va attirer les investisseurs, ce n'est pas forcément plus d'incitatifs fiscaux.Aujourd'hui, ce que recherche un investisseur, c'est la prévisibilité. Que ce soit en matière d'impôt ou de lois. Et nous pensons qu'il est important de rassurer, c'est ce que nous nous efforçons de faire. Et je pense que pour tout investisseur qui a envie de ne pas rater le train, c'est le moment de venir ! »

Mais un manque de mécanismes de financement pour les PME

Reste que tout n'est pas rose, et l'économie mauritanienne souffre d'un manque de mécanismes de financement, notamment pour les PME, explique Lalya Kamara, qui dirige Sahelinvest, premier fond d'investissement privé en Mauritanie.

« Nous avons dix-huit banques dont quinze sont à 100 % à capitaux mauritaniens. Ce qui nous fait un tissu bancaire très développé, mais malheureusement l'adéquation entre les ressources courtes et les besoins d'investissements longs ne s'est pas encore fait. Donc, il n'y a pas eu de développement du crédit pour les PME comme il aurait dû être fait. C'est pourquoi, pour moi, la solution du “private equity” est une solution adaptée au tissu économique local.»

En terme d'attractivité, la Mauritanie a encore beaucoup de progrès à faire. Le pays est classé 152e sur 190 par la Banque mondiale pour la facilité d'y faire des affaires.

Par : Olivier Rogez





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 3
Lus : 2717

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • moukhabarat (F) 04/12/2021 14:28 X

    L'agence devrait prendre le contrôle du Guichet unique qui est un vrai panier à crabe en raison de ses liens avec notre administration pourrie.

  • mystere1 (F) 30/11/2021 15:54 X

    La vrai question, est : "est ce le début des soucis du pays ?, ou bien, le début des richesses du pays ?, avec l'arrivé de ce gaz, surtout en particulier, qu'on le partage, en moitié-moitié avec notre voisin inévitablement historique, géographique, et économique, qui est le sénégal ! non à vrai dire, cela craint pour l'avenir, et je me dis, que c'est le début encore d'un long malheur, si nos futurs dirigeants, ne feront pas attention ! car, ces richesses naturelles, comme l'or, le gaz, pétrole, sont délicates, et tentationnelles, voir hantées, par les diables ! ainsi, si on en fait pas bon usage, eh bien, il faut imaginer le pire ! de toute façon, Dieu nous Teste à travers, ces biens naturels, qu'Il nous A Prété !

  • mystere1 (F) 30/11/2021 15:38 X

    Ce ne sont pas les ressources naturelles, qui manquent à notre belle Afrique, surtout en particulier ici, en Mauritanie, mais ce sont les bons dirigeants, qui les gèrent bien, ces dons naturels que Dieu, A Mis, à notre disposition, c'est bien d'un côté que le gaz soit en cour, génial !, cependant, il faut l'usage d'une bonne gestion entre les mains de nos autorités, afin que le peuple y profite ! sinon, à quoi cela servira cette ressource naturelle, mais mon pressentiment, sera pessimiste, et soucieux, comme beaucoup, de mauritaniens, dans ce pays, à cause de la mauvaise gestion, car tant que cette mauvaise gestion, ne change pas ! eh bien, nous serons comme l'a dit, un politicien sénégalais qui avait comparé les africains comme "des mendiants, qui avaient des richesses, et qui les entourent en tendant les mains, mendiant leurs propres biens, confisqués, monopolisés, détournés et dupés par ces occidentaux", qui tournent comme des prédateurs affamés, toujours en quête de trésors, comme ils le faisaient depuis la nuit des temps, avec nos ancêtres, sauf qu'on que les occidentaux actuels, usent de méthodes rusées, civilisées et modernes, donc bonne chance avec l'arrivée futur de ce gaz, qui fait exciter, trembler de tentation nos autorités ! c'est la bonne gestion, qui est l'essentiel, chose que je, et d'autres, doutent beaucoup des faits positifs du futur.