27-04-2022 14:48 - Droit de réponse de l’Union des Associations Soninké pour la Solidarité et le Développement du Guidimakha

Droit de réponse de l’Union des Associations Soninké pour la Solidarité et le Développement du Guidimakha

UASSDG - A l’appel lancé par l’Honorable Député, Président d’IRA-Mauritanie Birame Dah Abeid relativement au différend entre Maymouna Sissokho et la Gemaa de Diaguily au Guidimakha en Mauritanie.

Honorable Député !

La dame Maymouna Cissokho que vous avez présentée dans votre appel comme étant une sainte, exempte de tout reproche dans le différend qui l’oppose à la Gemaa du village de Diaguily au Guidimakha est loin de l’être. Cependant, à votre habitude, vous prenez position sur des événements sur lesquels soit, vous n’êtes pas informé objectivement soit vous vous basez sur des mensonges.

Quand il s’agit du Guidimakha ou, précisément, des Soninko, vous êtes sur un terrain propice à vos élucubrations.

En réaction à votre appel, il y a quelques jours, notre préoccupation majeure est plutôt d’éclairer l’opinion publique que vous avez abreuvée de contre –vérités que de chercher à vous convaincre.

Maymouna Cissokho est une dame originaire d’un village malien qui est venue, il ya 28 ans, à Diaguily en compagnie de son mari nommé Samba Diarra. A l’instar de nombreux étrangers vivant dans ce village, ce couple, indésirable chez lui a été reçu à bras ouverts à Diaguily. Il a bénéficié de nombreux avantages qui lui ont assuré le bien -être et la quiétude. Un terrain lui a été prêté et, avec l’aide des Notables, le mari a construit et équipé un bâtiment pendant qu’elle- même exploite un lopin de terre en y cultivant des légumes qu’elle vend au marché. Mieux, grâce à ses relations, ce couple n’a jamais fait l’objet de tracasseries, encore moins d’être catalogué comme esclaves comme vous l’avez dit. Son séjour de 28 ans à Diaguily sans accrocs est un démenti cinglant à vos propos.

Malheureusement il ya près de 5 ans qu’un vent de la haine souffle sur la Communauté soninké à travers le monde du fait d’un groupe de maffieux exilés en France et qui sont vos amis. Ces maffieux sont organisés dans un mouvement clandestin dont le caractère terroriste n’est plus à démontrer ; nous désignons ainsi le mouvement Gambanaxu qui signifie en langue soninké « ceux qui se ressemblent ».

Représentant votre clientèle politique, ce mouvement a semé partout, en milieu soninké, la discorde et la haine considérant ainsi lutter contre un prétendu esclavage et ses séquelles. Ses méthodes de lutte sont l’insulte, la diffamation et les expéditions punitives contre ceux que vous appelez impudemment « Féodaux esclavagistes » ; en témoignent de nombreux cas à travers le Guidimakha (Hamagué, Kinincoummou, Bouanze, Coumba N’dao, Daffor etc....).

La dernière attaque en date perpétrée par les membres de Gambanaxu s’est soldée par l’assassinat du Notable Balla Gandega à Diogountouro, un village situé a une quinzaine de kilomètres de Diaguily.

C’est pendant cette période de grande tension, le 14 mars dernier précisément, que Maymouna Cissokho a choisi, par messages vocaux, d’accabler copieusement d’innocents citoyens aussi bien à Diaguily qu’ailleurs en milieu soninké. Le langage voilé est bien connue à Gambanaxu ; on ne prononce pas de noms préférant parler dans l’anonymat en utilisant des expressions et des termes bien déchiffrables et compris de tous. C’est par cette procédure que le plan ayant servi à l’assassinat de Balla Gandéga a été mis au point et exécuté dans la nuit du 18 au 19 février 2022 par vos amis.

En vue de parer à une situation similaire à Diaguily, le Chef du village et sa Gemaa ont prié Maymouna Cissokho à quitter le village où elle est devenue indésirable. Si elle a accepté d’obtempérer à la décision, elle en a été empêchée par Gambanaxu de Diaguily en relation avec ses Chefs maffieux en France comme Dicko Hanoune, Gaye Tené Traoré, Koundou Soumaré, Khassé Cissokho, Abdoulaye Traoré, etc.

Maymouna étant devenue une source potentielle de confrontation au sein du village, elle a été placée sous la protection des forces de l’ordre à Gouraye.

Honorable Député !

Ni Maymouna Cissokho, ni ses enfants, ni son mari n’ont été menacés par qui que ce soit. Contrairement à vos allégations, personne n’a cherché à incendier sa maison et ses biens sont intacts et placés sous surveillance de la Police. C’est un stock de foin appartenant à son mari qui a été brulé par on ne sait qui, l’auteur n’étant pas été formellement identifié.

Dans ce contexte, la présence de Maymouna Cissokho à Diaguily servira aux activistes de Gambanaxu de se livrer à des provocations dont l'issue s'avérera catastrophique.

Honorable Député !

La paix et la sécurité dans nos villages restent les principales préoccupations de ceux que vous appelez « les féodaux esclavagistes ». Cette paix est mise à rude épreuve par ceux que vous soutenez et qui, pourtant, seraient des menteurs comme vous l’avez affirmé vous-même lors de votre déplacement à Coumba N’dao le 12 avril dernier.

Honorable Député !

Votre obsession et celle de vos amis de Gambanaxu, en ce qui concerne le Guidimakha, à tout mettre sur le compte de l’Esclavage est une attitude en soit qui perpétue cette tare sociale dans les esprits.

Honorable Député !

L’Esclavage en milieu soninké, de par le niveau de développement atteint par ses propres moyens, n’existe plus ; il appartient à l’histoire ; si vous en disconvenez, nous vous défions, vous et vos amis de Gambanaxu, de citer un seul cas.

Nous sommes une Société organisée, solidaire et respectueuse des citoyens étrangers qui vivent dans tous nos villages ; la seule condition est le respect des règles de bonne conduite qui régissent les rapports humains. Maymouna Cissokho est victime des manipulations de ses amis de Gambanaxu et non d’une quelconque haine de la part des "Féodaux esclavagistes".

Honorable Député !

La Défense des Droits de l’Homme ne saurait s’accommoder du mensonge et des préjugés. En outre, en votre qualité de Député national, gardez-vous de jeter l’opprobre sur notre Communauté pour faire plaisir à des revanchards souffrant d’un complexe d’infériorité. Comment expliquez-vous le fait que vous n’ayez pas condamné les violences dont des citoyens innocents ont été victimes de la part de vos amis ? Pourquoi, en contradiction avec nos bonnes mœurs, vous n’avez pas daigné présenter vos condoléances à la famille du défunt Balla Gandega ?

Honorable Député !

Savez-vous que vos amis, responsables de Gambanaxu cités plus haut, utilisent cette prétendue lutte contre l’Esclavage comme fonds de commerce auprès des ONG étrangères auxquelles la réalité de notre Communauté a été maquillée ? Le conflit d’intérêt actuellement en cours sur les réseaux sociaux entre Dicko Hanoune et les autres en dit long sur la nature de vos alliés.

Union des Associations Soninké pour la Solidarité et le Développement du Guidimakha (UASSDG)





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : UASSDG
Commentaires : 6
Lus : 3362

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • tounkalemaxu (H) 28/04/2022 10:56 X

    MDR. En 5 ans de lutte contre "l'esclavage en milieu soninké", résultat: ZERO cas de personne présentée à la justice ou aux organismes de droit de l'homme au guidimakha.Pourquoi, parce qu’il n'en existe que dans leurs fantasmes. Vous pouvez continuer à palabrer mais ce résultat sans appel est un démenti sanglant aux mensonges de ces extrémistes du mouvement GANBANAXU.

  • leguignolm (H) 27/04/2022 23:37 X

    Vraiment vous ave tout dit, il y a un proverbe de chez nous qui dit : « Si le puits est pourri, il y a une raison ». FUSO et Gambanaxu sont nés sur le même toit, pour n’a pas dire FUSO fait naitre Gambanaxu et bravo l’état Mauritanien, Biram et ses bergers Allemands sans oublier ces éléments de la Diaspora aux Etats-Unis et en Europe. Vous avez réussi pour un instant à diviser et créer la haine entre les enfants de cette communauté. On n’a parlement après !

  • maestro (H) 27/04/2022 21:55 X

    Les Mauritaniens ensemble mains dans la main au moins 1 millions de citoyens devront marcher de zouerate à khabou Nouakchott à walata dans une marche pacifique pour libérer tous ceux qui vivent sous le joug de autrui et qui voudrait suivre cette marche pacifique. Et ça sera terminé avec ce problème, suivez l'exemple des folbes :Pas d'esclave chez eux.

  • Guetna (H) 27/04/2022 21:43 X

    Ecoutez: vous exagérez en disant que ''L’Esclavage en milieu soninké, de par le niveau de développement atteint par ses propres moyens, n’existe plus ; il appartient à l’histoire''. C'est ridicule et vous parlez comme les esclavagistes mauritaniens. L'ESCLAVAGE EXISTE DANS LE MILIEU SONINKE MEME AU CIMETIERE. Vos mensonges vous discréditent. En vérité vous êtes déstabilisés par cette famille. Le mensonge court vite mais il finit toujours par être rattrapé par LA VERITÉ. Quand ''l'esclave'' cherche ses droits vous le qualifiez de terroriste. Ca me rappelle un certain Zemmour. Ressaisissez vous UASSDG. L'histoire vous jugera.

  • nemahaidara (F) 27/04/2022 15:41 X

    Non messieurs Gambanaxu en France n’est pas constitué de mafieux. S’il y’a des mafieux cherchez les ailleurs.Ceux que vous citez entre autres sont des intellectuels patriotes qui cherchent à instaurer l’égalité entre les citoyens en général et les soninko en particulier. Leur discours peut ,est sûrement a été déformé par une masse ignorante victime pourtant ,pour laquelle le groupe se bat. Sans compter ceux qui tiennent à l’ordre ancien qui ont fait de ce groupe une cible . C’est cette incompréhension des objectifs de ce mouvement qui est à l’origine de ce désordre ,ces crimes malheureux dont vous parlez . Gambanaxu que vous qualifiez de tout ,si vous aviez essayé seulement de comprendre ses objectifs,si vous êtes sincères vous changerez. La société soninke doit changer et adopter le rythme du monde . Et cessez de nous distraire avec ce feu parallèle alors que le régime continue de nous isoler de plus en plus sur le territoire de nos ancêtres

  • diargua (H) 27/04/2022 15:11 X

    Un droit de reponse kilométrique avec trop de bruits et de silence (en me référant particulièrement sur la mort du mari de la dame brûlé vif). Il est clair que cet odieux acte est au compte des soninke. Et pourquoi vous n'avez pas cherché à identifier les auteurs ? Quant à l'esclavagisme pratiqué chez les soninke et dénonce par Birame il faut être aveugle et sourd muet pour ne pas le confirmer. Les soninke sont comme les pakistanes. Ils valorisent pas la diversité culturelle Jusqu'à l'extinction du soleil ils vivront entre eux. Pas d'étrangers dans leur ethnie. En Europe où ils pillulent l'exemple est manifeste.