01-06-2022 13:10 - Corruption : jugement requis pour Aziz et ses co-accusés, à l’exception de Ould Ndjay et Hassena Ould Ely

Corruption : jugement requis pour Aziz et ses co-accusés, à l’exception de Ould Ndjay et Hassena Ould Ely

Le pôle anti-corruption du Parquet de la République de Nouakchott-Ouest a annoncé, mercredi 1er juin, avoir requis le renvoi devant la juridiction compétente les personnalités accusées de corruption dans le cadre du dossier de la corruption n° 001/2021, à l’exception de Moctar Ould Ndiay, ancien ministre des Finances et de Hassena Ould Ely, ancien administrateur-directeur général de la SNIM, a appris Cridem de source judiciaire.

Le 27 mai dernier, le pôle du Parquet général pour la lutte contre la corruption avait requis le renvoi devant la justice le de l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz et de plusieurs ex-dignitaires de son régime.

Les personnes qui étaient poursuivies sont les suivantes : Mohamed Ould Abdel Aziz, Yahya ould Hademine, Mohamed Salem ould Bechir, Mohamed abdellahi ould Oudaa, Taleb ould Abdi Vall, Hacenna ould Ely, Moctar Ould Ndjay, Mohamed Salem ould Brahim Vall, Mohamed ould Dav, Mohamed Ould M’Sabou, Mohamed Lemine ould Boubatt, Mohamed Lemine Ould Aloukay et Mouhyidin Mohamed Salek ould Bouh.

Le pôle avait formulé sa requête après qu'il a obtenu du juge d'instruction la conclusion de l'enquête judiciaire dans le dossier de corruption numéro 001/2021 qui concerne l'ex-président et 12 autres personnes, soit des membres de sa famille, de son gouvernement (dont deux anciens Premiers ministres) et des hommes d'affaires.

Mohamed Ould Abdel Aziz et ses 12 co-inculpés sont poursuivis pour corruption, blanchiment d'argent, enrichissement illicite et d'autres chefs d'accusation, selon un communiqué du ministère public, publié le 9 mars 2021.

Les inculpés ont été cités dans un rapport d'enquête parlementaire, transmis au Parquet général en août 2020, pour corruption et mauvaise gouvernance durant la période de règne de l'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Des biens saisis estimés à 1,7 milliard d'euros

« Les opérations d'investigation ont compris la recherche, le rassemblement, l'étude et l'exploitation de milliers de documents ; l'interpellation, l'audition et la confrontation de dizaines de personnes ; des constatations sur les lieux à NKC [Nouakchott, ndlr] NDB [Nouadhibou, ndlr], Trarza [wilaya dans le sud-ouest, ndlr] et Inchiri [ wilaya située dans l'ouest du pays et dont la capitale, Akjoujt, est la ville natale de l'ex-président Ould Abdel Aziz, ndlr].

Une importante quantité de renseignements a été ainsi recueillie auprès d'institutions officielles, d'études d'officiers ministériels et d'établissements privés », rapporte un communiqué du ministère public, avant d'ajouter que « l'enquête a révélé l'implication d'anciens hauts fonctionnaires, des hommes d'affaires ainsi que d'autres personnes, dans des faits criminels, réprimés par les lois pénales en vigueur. D'autres anciens responsables ont participé à ces faits en facilitant leur exécution ».

D'après le parquet général, si certains suspects ont tenté d'entraver le cours de la justice, l'enquête financière parallèle a toutefois permis de « découvrir, de geler, et saisir des biens mobiliers et immobiliers accumulés et provenant illégalement de plusieurs crimes commis au préjudice de la société ». Les biens mentionnés dans le communiqué du ministère public sont situés sur le territoire mauritanien et vont des usines aux immeubles, en passant par des montants déposés dans des comptes bancaires. Les biens gelés ont été sommairement estimés à plus de 41milliards d'anciens ouguiyas (1,7 milliard d'euros).

Plusieurs faits criminels réprimés par les lois pénales

Les faits qui sont reprochés à Ould Abdel Aziz, l'inculpé principal dans cette affaire, concernent notamment la dissipation de biens publics mobiliers et immobiliers, le blanchiment, la perception d'avantages matériels indus auprès d'une institution publique, le trafic d'influence, l'abus de fonctions, l'enrichissement illicite, le recel de produit du crime,...

Pour Yahya Ould Hademine (ancien Premier ministre), Mohamed Salem Ould Bechir (ancien Premier ministre), Mohamed Abdellahi Ould Oudaa (ancien ministre), Taleb Ould Abdi Vall (ex-ministre de l'Energie), Hacenna Ould Ely (ancien ministre des Pêches), et Moctar Djay (ex-ministre de l'Economie et ex-patron de la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie) sont poursuivis pour notamment participation à la dissipation des biens publics, l'octroi d'avantages indus dans des marchés publics, de trafic d'influence, d'abus de fonction, et d'enrichissement illicite.

Mohamed Ould M'Sabou, beau-fils de l'ex-président mauritanien, est poursuivi sur pour trafic d'influence, abus de fonction, enrichissement illicite, recel de produits du crime, participation au recel d'enrichissement illicite, octroi d'avantages indus dans des marchés publics, des faits réprimés par plusieurs articles de la loi sur la lutte contre la corruption.

Pour rappel, une commission parlementaire constituée en janvier 2020 avait été chargée de faire la lumière sur plusieurs dossiers pendant les années de pouvoir du président Abdel Aziz, qui a dirigé la Mauritanie de 2008 à 2019.

Par cridem.org

----



Commentaires : 8
Lus : 5189

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • activiobservat (H) 02/06/2022 00:58 X

    Traduit de la page de Hamid Abba. 12 h. On sait que Ould Abdel Aziz aimait bien la compagnie de Hassenna Ould Ely l'ancien ministre ex-DG de la SNIM, de Mauritanie Airlines, de Somagaz… Oul Abdel Aziz le trouvait intéressant, il l’avait nommé dans plusieurs postes pas seulement parce qu’il le faisait rire mais aussi parce qu’il exécutait ses ordres quels qu’ils soient. On dit que l’une des histoires de Hassenna fait rire Oul Abdel Aziz pendant des heures. Lorsque l’ex PM Ould Hademine avait été démis de ses fonctions de chef du gouvernement, Oul abdel Aziz était décidé à nommer un hartani à la primature et il a demandé à Hassenna son avis sur Oul Béchir (Mohamed Salem Oul Béchir). Hassenna lui a répondu : n’est ce pas vous voulez nommer un hartani ? Mais Oul Béchir cache le fait qu’il est hartani et il n’aimera pas être nommé à ce poste car on dira que le hartani Ould Béchir est devenu premier ministre. Mais, vous avez Ould Diay (Moctar Oul Diay), si vous le nommez il va jurer devant tout le monde qu’il est hartani de père en fils. Et l’histoire a fait rire Aziz à en crever… Et il a nommé Hassenna à la SNIM, et le scandale de la cession de la mine de Fdérick a eu lieu.

  • MAURINFO(FRANCE) (F) 01/06/2022 15:45 X

    Hacenna ould ely est la bête noire de l’ancien président aziz . Ce monsieur n’aucune référence académique ***. hacenna et ould Ndjay ont collaboré avec la police et le parquet en rapportant des informations sur les biens cachés d’aziz surtout à l’étranger. Normal qu’ils soient tous les deux acquittés.ils sont tout simplement récompensés par la justice pour leur collaboration .

  • Visage Mauritanie (H) 01/06/2022 15:32 X

    Ould N'Diaye et haceny Ould Ely ont collaborés avec la justice pour trahir Aziz et ses amis. Les hommes qui avaient été favorisés par Aziz durant son regne sont aujourd'hui les gibiers de la justice, Ould Hademine ce lascar raciste qui demandait la scission du pays entre le Nord et le Sud, pour faire plaisir aux Barbues bandits de la classe politique arabo-folklore du pays, il sera mis devant son sale boulot qui n'engage que lui, il n'aura qu'à préparer sa défense.

  • Visage Mauritanie (H) 01/06/2022 15:29 X

    Il parait que la réfection des prisons à l'intérieur du pays sont terminés depuis bientôt un mois et que les places choisies pour certains est bien préparé, certainement savent d'avance qui va où.

  • Visage Mauritanie (H) 01/06/2022 15:29 X

    La question est de savoir ou sont les 317 hommes qui ont pillés le pays dans son sang, je crois que le marabout a choisi la manière forte pour que les autres puissent comprendre qu'il va doucement mais surement, les autres doivent attendre leurs tours devant la justice, le président a compris que seul un procès pourra sauvé sa tête de la guillotine des autres, sa seule chance est de jugé Aziz et penser a un second mandat.

  • Mohamedene (H) 01/06/2022 14:03 X

    Ould Ndiay et Ould Hassana ont payé ou ont collaboré pour rester tranquille dans cette affaire ???

  • LA VERITE SUR LA MAURITANIE (H) 01/06/2022 13:57 X

    Pendant sa présidence, aziz avait instauré un système scandaleux pour piller les ressources et les capitaux de ce pays et les artisans de ce système frauduleux sont Ould Ndjay et Hassena Ould Ely , deux pièces maitresses et deux boites noires de la decennie azizienne . comment se fait t'il que Hacena Ely et ould Ndjay soient blanchis ? AZIZ a pillé ce pays grâce à ces deux individus,l’un était son argentier et l’autre ses bras pour exécuter le sale boulot. Hacena ould ely et ould Ndjay devraient être en prison.

  • hamaodo (H) 01/06/2022 13:26 X

    terrible;FEU ely mhd vall l'avait dit;vous ne verrez les dégâts de ce délinquant inculte et médiocrement instruit Apres son départ.