27-09-2022 01:49 - Editorial | Remaniement ministériel : Limogeage du ministre de l’éducation

Editorial | Remaniement ministériel : Limogeage du ministre de l’éducation

Initiatives News - Un remaniement ministériel, le second du genre en 20 jours, a été annoncé ce soir par un communiqué de la Présidence de la République.

Ce nouveau changement prend de court les observateurs et dénote une instabilité chronique. Il est essentiellement marqué par la sortie du gouvernement du ministre de l’éducation nationale et de la Réforme du Système éducatif, Adama Bokar Soko. Remplacé par Brahim Vall Ould Mohamed Lemine récemment nommé à la tête du ministère de l’élevage, Soko était fraîchement rentré des Etats Unis où il avait pris part au sommet mondial sur l’éducation.

Soko a passé le week end chez lui à Boghé où il avait présidé aux côtés du Wali du Brakna la supervision de la finale de football du district.

Nommé ministre de l’enseignement fondamental dans le premier gouvernement de Mohamed Ould Bilal en 2019, il sera par la suite catapulté et devient Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République.

Inconnu du grand public et présenté comme un technocrate, il jouissait de la confiance du président de la République, ce qui explique son ascension fulgurante au sein des gouvernements successifs.

C’est pourquoi sa chute brutale pose beaucoup de questions. Son atterrissage au ministère de l’éducation n’a-t-il pas plu aux barons qui tirent les ficelles ? A-t-il été victime d’un règlement de compte ?

Quoiqu’il en soit, il y a anguille sous roche. En effet ce limogeage intervient quelques jours seulement après sa nomination à la tête de ce département considéré comme l’un des plus importants.

Soko était choisi pour piloter la nouvelle réforme de l’éducation. Il intervient aussi au lendemain du retour du ministre d’un long séjour aux Etats Unis et à la veille de la rentrée scolaire.

Ce limogeage est d’autant plus inattendu qu’il bouleverse l’agenda du président de la République qui devait présider ce mardi une importante cérémonie concernant le secteur de l’éducation.

Rappelons que Brahim Vall Ould Mohamed Lemine qui hérite du portefeuille de l’éducation nationale a fait son baptême de feu au sein du gouvernement remanié précédemment. Il connait assez bien le secteur notamment à travers le projet SWEDD. Le nouveau ministre de l’éducation travaillait jusqu’à sa nomination au Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) qui est un partenaire technique dudit projet.

Son expérience au sein du système des Nations Unies et sa connaissance du terrain devraient représenter une plus-value qu’il mettra au service du secteur de l’éducation qui en a cruellement besoin.

Bakari Gueye





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 5430

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • avocatgeneral (H) 27/09/2022 11:24 X

    De toutes les façons la situation était intenable pour le marabout Soko qui, si seulement a écouté l’intervention de la dame activiste de l’OLAN, devrait démissionner. De retour des États Unis, foyer des opposants negro africains, il ne pouvait tenir à son poste comme un fossoyeur des langues nationales. Le seul bémol est qu’il fasse passer cette démission comme un limogeage parce que certainement, il l’a faite mollement où il fallait le fracas.

  • mdmdlemine (H) 27/09/2022 11:23 X

    Je crois à ce que dit "cillel" Soko est un technocrate qui ne peut accepter d'être chargé d'un Département moribond et dont le redressement demande quelques années Sa conscience bonne l'aurait conduit à la démission C'est logique pour qui connait ce fonctionnaire international Ce sont seulement ceux qui cherchent l'argent, la notoriété et le gain personnels qui peuvent diriger ce ministère malade de l'aval en amont et vice versa Pourtant il avait bien débuté en recevant les protestataires de l'OLAN afin de les rassurer mais peut être que ceux là qui étaient dans leurs droits avaient exiger ce que le ministre ne peut avoir du gouvernement surtout après l'adoption du parlement de la loi d'orientation Rassurez-vous Soko est prédestiné à occuper des fonctions trés hautes qui ne connaisseront que le succès soit au pays soit à l'intérnational

  • cillel (H) 27/09/2022 09:46 X

    @BAKARY Mohamed Ould Bilal n'était pas le premier ministre en 2019. C'était Ismael qui dirigeait le gouvernement. En plus, Soko Adama Bocar n'a pas été limogé. Il a tout simplement démissionné.