01-10-2022 16:37 - Burkina Faso : les putschistes accusent Damiba de « planifier une contre-offensive » depuis « une base française »

Burkina Faso : les putschistes accusent Damiba de « planifier une contre-offensive » depuis « une base française »

Le Télégramme - Au lendemain d’un coup d’Etat, la tension est à son comble au Burkina Faso. Des militaires ont été déployés à Ouagadougou après de nouveaux tirs.

Les militaires qui ont pris le pouvoir au Burkina Faso ont accusé samedi le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, renversé la veille, de « planifier une contre-offensive », depuis une « base française », près de Ouagadougou, ce que la France dément.

« Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba se serait réfugié au sein de la base française à Kamboinsin, afin de planifier une contre-offensive afin de semer le trouble au sein de nos forces de défense et de sécurité », ont-ils déclaré dans un communiqué lu à la télévision nationale et signé par le capitaine Ibrahim Traoré, le nouvel homme fort du pays.

« Des rumeurs »

Une heure plus tôt, l’ambassade de France au Burkina Faso avait publié un communiqué pour « démentir avec fermeté toute implication de l’armée française, dans les évènements des dernières heures ». L’ambassade dément également « les rumeurs selon lesquelles des autorités burkinabè auraient été accueillies ou seraient sous la protection de militaires français ».

Selon les putschistes, cette possible réaction de M. Damiba ferait suite à leur « ferme volonté d’aller vers d’autres partenaires prêts à aider dans la lutte contre le terrorisme ». Aucun pays n’est explicitement mentionné mais la Russie, dont l’influence est croissante en Afrique francophone fait partie des possibles partenaires.

Après le coup d’Etat, regain de tensions à Ouagadougou

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, lui-même arrivé au pouvoir en janvier par un putsch, a été démis de ses fonctions par des militaires vendredi soir et remplacé à la tête de la junte par Ibrahim Traoré, un jeune capitaine de 34 ans.

La situation est de nouveau tendue depuis samedi à la mi-journée à Ouagadougou, après des tirs et des déploiements de militaires dans les rues qui laissent craindre des affrontements entre les partisans de M. Damiba et les nouveaux hommes forts du pays.

Le Télégramme





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1581

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)