03-10-2022 16:15 - L'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz ou l'Ambiguité Stratégique

L'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz ou l'Ambiguité Stratégique

Ely Ould Krombelé - Que veut l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz? Que l'on parle de lui à chaque instant, à travers les réseaux sociaux, ou qu'il fasse, à chaque fois la Une des éditoriaux? A parler de lui à charge, voilà qu'on nous taxerait aussitôt d'ingrats, de vendus, de thuriféraires du régime de Mohamed Ould Ghazwani et patati patata...

Evoquer les tartufferies de Ould Abdel Aziz relèverait pour moi de ce qu'on appelle en diplomatie : l'ambiguïté stratégique. Une attitude pour un gouvernement à être ambigu sur certains aspects de sa politique étrangère.

Tel est le cas spécifique de la position des Etats-Unis d'Amérique à l'égard de Taiwan, qu'ils ne reconnaîssent pas, afin de ne pas vexer la République Populaire de Chine, mais qu'ils protègent et soutiennent à tous les niveaux. Cette même ambiguïté stratégique peut se révéler chez les individus, puisque ce sont eux qui font la politique.

De par son comportement vis à vis du pouvoir du président Ghazwani, Ould Abdel Aziz cultive une attitude désinvolte, autrement légère et excessive.

Personnellement, je suis curieux de savoir ce que veut mon frère de longue date Mohamed Ould Abdel Aziz, depuis qu'il a quitté le pouvoir en 2019.? Regrette-t-il de n'avoir pas fait un 3éme mandat ou d'avoir cédé le pouvoir au président Ghazwani et pas à un autre? Voudrait-il revenir à la magistrature suprême; si oui, qu'il nous dise alors par quels moyens et comment et pourquoi?

Malgré tous les agissements de notre protagoniste depuis 2019 et les différentes péripéties de son incroyable "odyssée", c'est à partir du 2 octobre 2022 que j'ai commencé à douter réellement de la santé mentale de l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz. Et surtout de sa faculté éthique, l'éthique, qui est d'abord la morale, mais également le principe de distinction entre le bien et le mal.

A/ Un ancien président ne doit pas faire ça :

Depuis son arrivée à Paris d'il y a quelques jours jusqu'à la fameuse rencontre hier après-midi avec la "diaspora" mauritanienne à Bordeaux, dans le sud-est de la France, Ould Abdel Aziz n'a véhiculé que des comportements impropres à la stature d'un ancien président.

Vouloir jouer les modestes dans la rue ou dans un restaurant parisiens en se photographiant avec des personnes dont on ignore la motivation, relèverait de l'ignorance. Aller à Bordeaux et vouloir faire l'apologie de ses deux mandats passés, devant un parterre d'hommes et de femmes , pas tous acquis à sa cause, alors même qu'on a un dossier pendant à la justice, est suicidaire.

Mais le ver est dans le fruit depuis longtemps. La bulle cognitive que Ould Abdel Aziz a construite autour de sa personne (persona veut dire qui port le masque), impérieuse et impavide, a commencé à se muer en relent victimaire depuis 2019, date à laquelle il a quitté le pouvoir. Or le militantisme victimaire se nourrit le plus souvent de résidus fantasmagoriques rejetés par une conscience qui faiblit.

Cependant ce constat de faiblesse n'est pas à confondre avec le majestueux slogan du Mahatma Ghandi, qui a prôné la non-violence à l'égard des colons anglais afin de conquérir l'indépendance de l'Union Indienne, sans "tambours ni trompettes".

Mohamed Ould Abdel Aziz doit savoir que même ancien président , il demeure un symbole pour tous les mauritaniens. S'il se conduit bien, c'est le souhait de tous, s'il adopte une posture fangeuse, il détériore l'image de son pays. Il faut qu'il le sache.

B/ La conférence de Bordeaux ou l'initiative malheureuse de trop:

Même ceux qui avaient tendance à vouloir comprendre les agissements de Mohamed Ould Abdel Aziz, depuis 2019, commencent à se détourner de ses "raffarinades". Un officier formé dans de brillantes académies militaires doit toujours avoir le souci du bon comportement, à plus forte raison s'il accède au grade de général.

Et que doit-il faire encore dès lors qu'il a passé deux mandatures à la tête de la République Islamique de Mauritanie? A mon humble avis, son comportement doit être exemplaire, digne d'un officier d'abord, ensuite d'un ancien chef d'Etat.

Aziz doit savoir que le destin l'a choisi pour diriger la Mauritanie plus de dix ans. Il a passé le flambeau à son frère et ami Mohamed Ould Ghazwani, qui un jour cédera sa place à un autre mauritanien. Ainsi va la vie. Mon frère Aziz doit savoir également qu'il ne commande plus ni le Basep, ni les trois chefs de corps, encore moins la Banque Centrale, le Trésor, le Budget.

C'est fini, mon cher frère , tu es devenu comme nous tous, un citoyen mauritanien mais avec l'avantage d'avoir été président de la république. C'est énorme comme héritage, monsieur le président. Un ancien président, même s'il n'a rien détourné est toujours à l'abris du besoin. D'ailleurs quel besoin pour quelqu'un qui dépense peu?

Nous souhaiterions que le brouhaha qui a eu lieu le dimanche 2 Octobre 2022 à Bordeaux et qui a incité la police française à intervenir pour évacuer la salle, et qui a poussé notre ancien président à se cacher dans les toilettes, ne se répétât plus jamais. Monsieur le président Aziz, ayez une attitude introspective, de l'empathie pour vos concitoyens.

Ainsi, votre égo surdimensionné XXL, doit se détourner de sa "fangeuse grandeur" pour enfin se tourner vers les petites âmes S,M,L. NB : J'aurais voulu vous dire ces paroles de vive voix, mais il est très difficile de vous trouver .Voici mon contact , 0615711628. Merci, un citoyen qui n'a rien contre vous.

Ely Ould Sidahmed Krombele, France



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 4
Lus : 2837

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Obama_barry (H) 04/10/2022 19:59 X

    Utiliser l'expression "passif humanitaire " c'est être complice de la junte et de ses alliés. Il s'agit d'un génocide contre les peuls de Mauritanie. Il n'y aura jamais justice si les Victimes elles-mêmes n'osent pas s'acquitter du premier devoir de vérité : QUALIFIER LES FAITS !

  • leguignolm (H) 04/10/2022 10:39 X

    DocteurM, il fût un temps ici, il n,est pas nécessaire dire le nom de ce composant quand ils prennent des crédits quelques parts et si les moments de remboursement est ci proche soit,on s'est fait le fou et on se cache et le reste de la famille se fasse montrer aux créanciers des fausses tombeaux que c,est la tombe de celui qui a pris le crédit. Je ne fait pas honte le peuple Mauritanien seulement. Il fait à l'Union Arabe et Union Africaine. 2 octobre, il nous a légué la limite de sa folie pour n'a pas dire confirmer sa folie que les gens le medisaient.

  • DocteurM (H) 03/10/2022 18:45 X

    Comme d'habitude vous n'avez rien compris à la stratégie de votre ami que vous ignorez bougrement. Aziz joue à la folie pour échapper au procès à venir. Ainsi il facilitera la tâche à pas mal de monde. Sinon comment expliquer le cinéma d'hier à Birdeaux, les deux photos de Aziz, celle du restaurant habillé comme un clochard et celle tenant la main d'un garçon qui baisse la tête tellement qu'il a honte, de cet accompagnement de couple de P...

  • Chenguitien 2019 (H) 03/10/2022 16:52 X

    Je ne suis pas un supporter du président Aziz mais je n'aime pas vos écrits souvent pleins d'hypocrisie. Je n'aime pas votre sourire. Arrêtez de dire à chaque sortie d'un gradé de l'armée que c'est votre frère. AZIZ n'est pas votre frère.