13-10-2022 19:41 - La Mauritanie lance une campagne contre la traite des personnes, l’esclavage, la discrimination et la torture

La Mauritanie lance une campagne contre la traite des personnes, l’esclavage, la discrimination et la torture

Cérémonie de lancement, jeudi 13 octobre, de la Caravane nationale de sensibilisation sur les législations nationales en matière de lutte contre la traite des personnes, l’esclavage, la discrimination et la torture.

Cette campagne est organisée en collaboration avec le ministère de la Justice, celui de l’Intérieur, des organisations de défense des droits de l’Homme, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, l'Observatoire national des Droits de la Femme et de la Fille, le Mécanisme National de Prévention de la Torture et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme.

L’évènement, qui a été placé sous le haut patronage du président de la République, a été lancé le Commissaire aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile, Cheikh Ahmedou Sidi.

Rappelons que ce vendredi 14 octobre, le Commissaire aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile va rencontrer les autorités administratives, judiciaires et sécuritaires des trois wilayas de Nouakchott.

Réunion qui sera l'occasion de réitérer la stricte application des législations sanctionnant la traite des personnes, l’esclavage, la discrimination et la torture.

Par Cridem Actualités


Avec Cridem, comme si vous y étiez...
















































Commentaires : 2
Lus : 2941

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • lass77 (H) 24/10/2022 22:40 X

    Quelle hypocrisie !

  • Buwuelm (H) 13/10/2022 23:49 X

    Le morceau est lâché : discrimination. Revenons sur le montage malhonnête, exécuté sur des documents relatifs à une formation BTS au Maroc, dans le seul but de favoriser un garçon (possible corruption) au détriment d’une fille qui a bossé dur, pour occuper l’une des trois marches du podium. Des magouilleurs chevronnés ont toujours procédé de la sorte, recalant des individus méritants au profit d’autres, moyennant quelques billets (sales) de banque, et cela passait comme une lettre à la poste. Les temps ont changé, l’injustice n’est plus acceptable et les victimes ont toute la latitude pour exprimer leur désarroi sur les réseaux, et refuser le fait accompli. C’est bien d’alerter sur des cas flagrants de tricherie, mais cela doit aboutir à une réparation, et les auteurs devront être sanctionnés à la hauteur des malversations. Le cas « Coumba Abderrahmane » tient à cœur à l’ensemble des personnes éprises de justice, et la concernée n° 1 doit être réhabilitée et félicitée pour avoir supplanté des garçons : ce que certains esprits tordus en Mauritanie, ne peuvent accepter. Affaire à suivre.