21-12-2022 18:44 - Mauritanie : les écoles privées "réfléchissent à abandonner l’enseignement"

Mauritanie : les écoles privées

Alakhbar - Le Syndicat national des promoteurs de l’enseignement privé a annoncé lors d’un point de presse, tenu mardi à Nouakchott, que "les écoles privées réfléchissent sérieusement à abandonner, de leur propre gré, l'enseignement privé, secondaire et fondamental, si les autorités publiques continuent à leur retirer progressivement le cycle fondamental."

"Le retrait du fondamental du secteur privé nous pousse obligatoirement à nous départir du cycle secondaire, ajoute le Syndicat. Cette attitude est dictée par le fait que l'enjeu du secteur privé et son capital résident dans la recherche de la qualité.

Il est évident que cette qualité ne peut être garantie sans le cycle du fondamental qui constitue la base sur laquelle se construisent les capacités mentales et cognitives de l'enfant et qui permet la maitrise de l'apprentissage et son orientation conformément à ses objectifs et à ses finalités."

"La décision du retrait de l'enseignement fondamental engendrera aussi le licenciement de milliers de diplômés chômeurs et de centaines de gardiens pères de familles parmi ceux à qui le secteur de l'enseignement privé garantit de quoi faire vivre leurs familles", poursuit le syndicat.

Le Syndicat national des promoteurs de l’enseignement privé rappelle que "le système éducatif connait depuis le début de cette nouvelle année scolaire de grands questionnements et une controverse autour de la décision relative au retrait progressif du cycle fondamental de l'enseignement privé et qui a débuté déjà par le retrait de la première année dans le but de mettre en place les fondements d'une école républicaine est l'un des choix de souveraineté de l'État."





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 3706

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • overview (H) 22/12/2022 12:34 X

    Boycottons l’école "républicaine" que chacun garde son enfant chez lui à quoi bon d'emmener un enfant suivre un système éducatif voué à l’échec tant au niveau de l'apprentissage primaire que à la formation professionnelle et au développement personnel.

  • Matamou (H) 22/12/2022 09:32 X

    Question : existe-il un pays qui a pu se développer sans un secteur éducatif qui tienne sur ses deux pieds (public et privé)? Reponse:aucun Quand l’idéologie taciturne se lance dans la reforme improvisée, cela préempte l’avenir de génération entière. Pauvre de nous !

  • Ahmedabdallah (H) 22/12/2022 00:57 X

    Ces déclarations extrêmement tristes font sérieusement pleurer tout mauritanien doté de la faculté de comprendre!