27-02-2023 08:30 - Le secteur de la pêche de nouveau dans la ligne de mire

Le secteur de la pêche de nouveau dans la ligne de mire

L’IMROP vient de clôturer les travaux de la dixième session du Groupe de Travail qu’il organise, depuis des décennies, tous les quatre ans. Des nouveautés marquantes cette fois-ci, méritent d’être saluées et partagées, à savoir :

1. La séparation des participants en deux groupes : un premier groupe constitué des scientifiques et experts auxquels on a confié l’actualisation de l’état des ressources halieutiques et leur aménagement et un deuxième dont les membres ont occupé leur temps avec une série de communications dont la plus intéressante était, à mon humble avis, sur la gestion des navires et les gens de mer.

Cette séparation était une façon intelligente de laisser les scientifiques et les spécialistes se concentrer sur l’objectif principal du GT pour l’IMROP et l’Administration de tutelle et même pour l’ensemble des acteurs directs et indirects du secteur ;

2. Le courage de certains chercheurs et représentants de l’Administration quant à reconnaitre certains dysfonctionnements parfois graves et à demander d’accélérer la mise en œuvre des solutions que préconise la L2P2022-2024 à de tels dysfonctionnements ;

3. La présence du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à côté de son homologue des Pêches et de l’Economie Maritime, à la cérémonie d’ouverture des travaux du Groupe de Travail d’abord et la participation du Président de l’Université de Nouakchott Al-Asrya aux travaux du GT jusqu’au dernier jour ;

4. La participation du secteur du pétrole et de l’énergie via un représentant de la SMH pour marquer le défi que constitue la cohabitation pêche-pétrole-gaz en offshore ; 5. La participation active de nombreuses organisations socioprofessionnelles et de la société civile œuvrant dans les domaines de la pêche, de l’environnement et du changement climatique.

Concernant l’état de la ressource, les yeux sont désormais tournés vers la détermination des TAC par rapport aux potentiels nouvellement calculés par espèce ou groupe d’espèces. Tous les professionnels souhaitent déjà que les futurs TAC ne soient pas inférieurs à 80-85% du potentiel déterminé pour chaque type de ressources même si le principe de précaution pourrait inciter à un TAC égal au potentiel moins plus de 20%.

Ils souhaitent également que la répartition des TACs annuels fixés, se fasse sur la base de critères objectifs et transparents en trois parts : (i) une première réservée au régime national à redéfinir (flotte nationale) en donnant la priorité a la pêche artisanale et côtière, (ii) une deuxième destinées à la vente aux étrangers dans le cadre d’accords bi et multilatéraux ou de conventions avec des privés, notamment des sociétés éligibles de par le volume et les incidences positives de leurs investissements ainsi que leurs comportements responsables vis-à-vis d’un côté, des ressources et leur environnement et de l’autre, des concurrents nationaux et étrangers et enfin (iii) une troisième part ou un certain tonnage que l’Etat se réserve le droit de garder pour des usages purement politiques et/ou stratégiques ou pour encourager un investisseur qui se distingue des autres sur le terrain.

Dans les mêmes conditions de transparence, ces parts globales ou possibilités de pêche, devront aussi être attribuées, équitablement, sous formes de concessions et quotas avec des plafonds préalablement réglementés pour éviter toute éventuelle concentration exagérée des possibilités de pêche entre les mains d’un nombre limité de promoteurs.

En amont, le contrôle de l’adéquation entre la concession et l’effort nominal de pêche est plus décisif que toute autre mesure comme les cahiers de charges, le suivi progressif de la consommation des quotas ou le constat, en aval, des dépassements et l’application de sanctions dures, voire pénalisantes.

Avec un Ministre techniquement impeccable et éthiquement sans égal, l’espoir de surmonter les problèmes hérités et nouveaux est grand et plus que justifié. Alors, les ennemis des reformes pourront continuer à réclamer un Vassid ou un Mouvssid et à porter leurs messages du continent à la limite extrême de la ZEEM au large et de la surface de nos eaux à la zone abyssale accessible.

A bon entendeur, salut !

Dr Sidi El Moctar Taleb Hamme




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1219

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)