04-03-2023 21:00 - Affaire de Zouerate : condamnation

Affaire de Zouerate : condamnation

Le Calame - Réunie, le mercredi 1 mars 2023, la cour criminelle de Zouerate de la Wilaya du Tiris Zemour a condamné Bezeid Mahmoud Heibatt ( 63 ans) accusé de trafic de personnes à 10 de prison ferme assortie d'une amende de 5 millions d'ouguiyas ( 12500 euros) et à verser 10 millions d'ouguiyas ( 25.000 euros) de compensation à Mohamed Ould Lagdaf (40 ans) dont l'accusé exploitait la situation de vulnérabilité.

C'est l'organisation de SOS Esclaves qui avait signalé aux autorités ce cas d'exploitation de Mohamed Ould Lagdaf tenu en servitude pendant 20 ans pendant lesquels il travaillait sans rémunération à plus de 2000 km de chez lui à Djigueni, une localité de la région du Hodh Chargui.

Bezeid Ould Mahmoud profitait de la vulnérabilité de sa victime et de son état mental pour le soumettre à toutes les formes d'exploitation selon les membres du bureau régional de SOS Esclaves qui a dénoncé l'inculpé Bezeid et accompagné la victime dans les procédures ayant conduit à l'arrestation et à la condamnation de celui-ci transféré par le procureur de la république le 9 février 2023 au tribunal de Zouerate.

En plus de l'accompagnement de la victime à tous les niveaux du processus ( identification, dénonciation et saisine des autorités, hébergement de la victime par le bureau de Zouerate) SOS Esclaves a assuré son assistance juridique à la victime à travers la commission d'un avocat envoyé à Zouerate pour l'assister.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3778

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Buwuelm (H) 05/03/2023 13:49 X

    Dans tout ceci, il est remarqué l'absence d'accompagnement psychologique. Ne me dites pas qu'en Mauritanie, il n'y a pas de structure relevant de ce domaine. Si c'est le cas, c'est une aberration.

  • lass77 (H) 05/03/2023 10:48 X

    C'est un cas d exclavage qui n'est isolé. Il est temps que les victimes soient encouragées à dénoncer leurs maitres. Il y'a des imbéciles et hypocrites qui nient l'existence de ce fléau en Mauritanie,il faut rester vigilant devant ces vérdicts qui n'ont de sens que s'ils sont appliqués réellement.