01-04-2023 01:20 - Baisse de l’inflation : La BCM toujours vigilante !

Baisse de l’inflation : La BCM toujours vigilante !

La Dépêche - Le Conseil de politique monétaire s’est réuni le 22 mars 2023, sous la présidence du Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie, Monsieur Mohamed-Lemine DHEHBY, pour évoquer la conjoncture économique interne et externe. Des échanges au cours desquels le conseil a jugé prudent de maintenir inchangé le taux directeur de la banque. Celui-ci avait été fixé en décembre 2022 à 8%, un relèvement de 100 points de base.

Un premier relèvement avait été également opéré en juillet 2022 à 7% (200 points de base) par le conseil à la faveur de l’aggravation des tensions inflationnistes autour de 12%.

Le resserrement monétaire était le seul remède de cheval que la BCM avait sous la main en raison d’une géopolitique mouvementée impactant les importations et le fret.

Une mesure saluée dans une déclaration faite à Nouakchott, en mars 2023, par Kenji Okamura, Directeur général adjoint du FMI, indiquant que l’inflation avait décélérée à 10% en janvier 2023 grâce justement à cette politique monétaire restrictive engagée par la Banque centrale de Mauritanie.

On ne change donc pas de politique qui fait ses preuves. Mieux le Conseil promet de veiller à surveiller les facteurs à risque pour garantir une stabilité des prix et qu’il n’hésitera pas à prendre les mesures idoines, en cas de nécessité.

Le sacerdoce de maintien d’une politique monétaire restrictive pourrait, en effet, avec un rapprochement avec l’exécution du budget, réduire conséquemment le taux d’inflation devenu un véritable goulot d’étranglement pour l’économie du pays.

JD





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2541

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • moukhabarat (F) 03/04/2023 12:27 X

    C'est du cosmétisme: la BCM serre les vis d'un côté et de l'autre elle déverse sur le marché des milliards pour payer l'orpaillage artisanal. Par ailleurs les banques pratiquent du 14% et plus sans même se référer aux taux de la BCM. La BCM devrait être plus interventionniste pour appuyer les secteurs économiques stratégiques comme l'agriculture et l'habitat qui n'ont pas de financements spécifiques adaptés.