25-05-2023 18:45 - Vidéo. Mauritanie: la malnutrition, un problème de santé publique

Vidéo. Mauritanie: la malnutrition, un problème de santé publique

Le360 Afrique - En Mauritanie, la malnutrition chronique reste un problème majeur de santé publique et une des causes de mortalité infantile. Elle touche 1 enfant de moins de 5 ans sur 4. L’Etat et les ONG essayent d’y faire face.

Vingt-cinq départements dans huit régions vivent soit en dessous du seuil d’urgence de malnutrition aigüe sévère supérieure ou égale à 2%, soit de malnutrition aigüe globale supérieure à 15%, selon les chiffres du Programme Alimentaire Mondial (PAM) en Mauritanie. C’est dire que la malnutrition est un problème de santé publique qui affecte particulièrement les enfants.

Pour faire face à la situation, le gouvernement, avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial (PAM), a créé des Centres de Récupération Nutritionnelle pour la Malnutrition Aigue Modérée (CRENAM), avec la collaboration technique d’ONG partenaires impliquées dans la mise en œuvre.

Wagne Mamadou, superviseur ONG Action, présente le CRENAM, qui a un caractère communautaire au niveau du village de MBedya Sakho, région de Selibaby (prés de 700 kilomètres au sud-est de Nouakchott).

Une structures au sein de laquelle le travail se fait en synergie avec d’autres partenaires. Les prestations se traduisent par des distributions et des actions de sensibilisation des communautaires sur le comportement et les bonnes pratiques. Le technicien expose les critères suivant lesquels les enfants sont pris en charge dans les centres.

Lassana Hamadi Camara, auxiliaire CRENAM, rappelle également les critères d’admission des enfants par les CRENAM pour malnutrition, les modalités et la fréquence de fourniture de vitamine, denrées et prestations.



Coumba Bougo Barry, femme enceinte témoigne: «Après un test, le CRENAM nous a intégrés parmi les bénéficiaires de la distribue des vitamines, des céréales améliorées, de l’huile…. Nous venons ici tous les 15 jours. On note une nette amélioration de notre état depuis que nous avons commencé à fréquenter ce centre».

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 7826

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)