19-07-2023 13:12 - Tunisie : HRW dénonce des "abus graves" contre des migrants africains

Tunisie : HRW dénonce des

France24 - Les forces de sécurité tunisiennes ont commis de "graves abus" contre des migrants noirs africains, a déclaré l'ONG Human Rights Watch, mercredi, appelant l'Union européenne à suspendre le soutien à ce pays dans la lutte contre l'immigration irrégulière.

Passages à tabac, détentions arbitraires, vol d'argent... Les forces de sécurité tunisiennes ont commis "de graves abus" ces derniers mois contre les migrants africains noirs, qui devraient inciter l'Union européenne à "cesser son soutien" à ce pays dans la lutte contre l'immigration irrégulière, plaide, mercredi 19 juillet, l'ONG Human Rights Watch dans un rapport.

HRW précise avoir recueilli plus de 20 témoignages de "victimes de violations des droits humains aux mains des autorités tunisiennes", selon un communiqué qui dénonce les agissements "de la police, des militaires, des garde-côtes".

"Ces abus documentent des passages à tabac, des arrestations et détentions arbitraires, des expulsions collectives, des actions dangereuses en mer, des évictions forcées, le vol d'argent et effets personnels", selon HRW.

Parmi les personnes interviewées, neuf sont reparties dans leurs pays à bord de vols de rapatriement en mars et huit sont encore en Tunisie.

Sept autres font partie d'un groupe de "1 200 Africains noirs expulsés et transférés de force par les forces de sécurité tunisiennes aux frontières avec la Libye et l'Algérie début juillet", affirme HRW.

Sans eau ni nourriture en plein désert

À la suite d'affrontements ayant coûté la vie à un Tunisien le 3 juillet, des centaines de migrants africains ont été chassés de la ville de Sfax (centre-est), principal point de départ pour l'émigration clandestine vers l'Europe, avant d'être transférés vers des zones inhospitalières près de la Libye, à l'est, et l'Algérie, à l'ouest.

Les témoignages recueillis par l'ONG montrent qu'ils ont été laissés sans eau, ni nourriture ni abris en plein désert.

Selon le rapport, "la majorité des abus documentés ont eu lieu après le discours le 21 février du président Kaïs Saïed, dans lequel il pourfendait l'immigration clandestine, dénonçant l'arrivée de 'hordes de migrants' venus, selon lui, "changer la composition démographique" de la Tunisie.

Les personnes interrogées assurent avoir subi des violences dans des postes de police où certains "ont subi des électrochocs". D'autres ont dénoncé des "arrestations et détentions arbitraires basées sur leur couleur de peau", sans contrôle préalable de leurs papiers. Plusieurs se plaignent "d'abus lors d'opérations d'interceptions et de sauvetages près de Sfax", disant avoir été "frappés, volés, laissés à la dérive sans moteur et insultés", selon Human Rights Watch.

L'ONG, qui a écrit au gouvernement tunisien fin juin sans recevoir de réponse, exhorte l'UE à stopper ses aides à la lutte contre l'immigration clandestine en Tunisie "jusqu'à une évaluation de leur impact pour les droits humains".

"En finançant les forces de sécurité qui commettent des abus, l'Union européenne partage (avec elles) la responsabilité pour les souffrances infligées aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile", a souligné Lauren Seibert, une chercheuse de HRW citée dans le rapport.

L'UE et la Tunisie ont conclu "un partenariat stratégique" dimanche qui prévoit l'octroi par Bruxelles de 105 millions d'euros à Tunis sous forme d'équipements et pour financer un "retour volontaire" de 6 000 Subsahariens.

Avec AFP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : France24
Commentaires : 2
Lus : 2201

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • ouldsidialy (H) 19/07/2023 14:51 X

    C'est dégueulasse !!!!... Merci aux ONG de dire les choses,même sans effet immédiat escompté.

  • patriote1978 (H) 19/07/2023 14:38 X

    Les autres institutions du monde doivent fustiger cet accord . La Tunisie est un pays negrophobe et négrier. Si j’étais noir je ne passerai jamais plus par la Tunisie . J’encouragerai tous les africains à boycotter les produits tunisiens en Afrique et dans le monde . Certains pays doivent interdire même les survols de Tunisair .