26-07-2023 16:44 - Nouvel accident de car mortel au Sénégal : 23 morts dans le nord du pays

Nouvel accident de car mortel au Sénégal : 23 morts dans le nord du pays

L'Indépendant - Au moins 23 morts dans un accident de d'autocar dans le nord du pays ce mercredi 26 juillet.

Vingt-trois passagers d'un autocar ont été tués dans un accident de la route dans le nord du Sénégal mercredi, a annoncé le président sénégalais Macky Sall. L'accident s'est produit sur l'une des principales routes du pays, la N2, dans le village de Ngeune Sarr, a indiqué Macky Sall dans un message publié sur la plateforme de messagerie X (ex Twitter).

Le maire adjoint de la ville voisine de Louga, Madjiguene Gueye Sankare, a déclaré à Reuters qu'un car de passagers s'était renversé. Les blessés ont été transportés à l'hôpital de Louga et les morts dans plusieurs morgues, a-t-il ajouté.
Le Sénégal a déjà connu deux accidents majeurs impliquant des bus de passagers au début de l'année, le premier ayant tué environ 40 personnes et le second 20.

Reuters




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1236

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Buwuelm (H) 27/07/2023 00:09 X

    1. En Afrique, la superstition existe. Beaucoup de peuples en tiennent compte et respectent à la lettre, les conseils des « anciens », considérés comme des sages. Le mode de vie de certaines ethnies devient aléatoire, au gré des phénomènes supposés influer positivement ou négativement, selon le cas, les actions quotidiennes de l’individu. Nous n’avons pas oublié cette journée du 24 janvier 1974, où un accident aérien est survenu à proximité de la localité de Sara-kawa, située dans la préfecture de la Kozah au nord Togo. Pour des raisons demeurées inexpliquées, un Douglas C-47 Skytrain effectuant la liaison entre les villes de Lomé et de Pya, transportant plusieurs personnalités politiques et militaires togolaises dont le président de la république Gnassingbé Eyadéma d’alors, s'écrase en pleine brousse. Si le président est sorti indemne de l'accident, il n'en est pas de même, de trois de ses généraux, du pilote de l'appareil, Jean Cattin, et de son copilote Bertrand Delaire. Au premier journaliste européen, étonné, qui avait demandé à Gnassingbé, les raisons de sa survie, pour seule réponse, le miraculé avait dit : « l’Afrique a ses mystères ».

    2. Si nous prenons le cas du Sénégal (plus ancré dans les racines africaines que la Mauritanie, qui n’est pas du reste), où le fétichisme, l’idolâtrie et le totémisme sont fortement ancrés, même chez certains musulmans, des millions de personnes ne se lavent pas, ne font pas le linge, ne voyagent pas les mercredis, appelés chez notre voisin du Sud, « ALARBA KARÉ ». Cela reste à confirmer, mais je crois que c’est une fois par an. Les transmissions orales des Sages, constituent un plan d’action à élaborer pour les différentes occasions heureuses ou malheureuses, qui se présentent aux populations. J’ai eu écho de plusieurs interdits, dont ceux de ne pas faire résonner les ustensiles de cuisine en fer ou en aluminium, pour quelque motif que ce soit ; de ne pas frapper les tambours pendant les saisons hivernales. Selon les explications que j’ai eues, ces deux actions, si elles ne sont pas respectées, (comme ont fait Sonko et ses partisans, en connaissance de cause), c’est source de malheur. Les informations qui passent à longueur de journée sur les TV et les radios, montrent des accidents de la circulation qui font des dizaines de morts chaque fois.

    3. Pour ce qui est de l’agriculture pluviale, certaines zones ne seraient toujours pas arrosées par la pluie, alors qu’elles devraient l’être en Juin. Certains individus pourraient me dire que tout cela relève de la volonté divine. Je suis bien d’accord, le Coran m’a tout enseigné, seulement Allah est au-dessus de la mêlée :

    إِنَّ اللّهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنْفُسِهِمْ وَإِذَا أَرَادَ اللّهُ بِقَوْمٍ سُوءاً فَلاَ مَرَدَّ لَهُ وَمَا لَهُم مِّن دُونِهِ مِن وَالٍ

    « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorsque Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de Lui aucun protecteur ». Que ALLAH protège le Continent noir dans toutes ses diversités.