14-10-2023 18:00 - Mauritanie : le prix de l’oignon et de la pomme de terre toujours instable

Mauritanie : le prix de l’oignon et de la pomme de terre toujours instable

Le360afrique - Le marché mauritanien de l’oignon et de la pomme de terre est hautement volatile depuis le début des restrictions des exportations à partir du Maroc. Importés désormais des Pays-Bas et de l’Egypte, les légumes restent hors de prix.

Les restrictions des exportations de certains légumes décidées par les autorités marocaines l’année dernière, pour contrecarrer la flambée des prix sur le marché local, continuent d’avoir des répercussions sur les prix de certains légumes, oignon et pomme de terre notamment.

Cela est particulièrement vrai en Mauritanie, qui était totalement dépendante des approvisionnement en provenance du Maroc où l’offre a diminué en raison d’une sécheresse persistante.

En réaction, les importateurs mauritaniens se sont tournés vers les marchés néerlandais et égyptien pour approvisionner le marché en oignon et en pomme de terre. Toutefois, ces deux pays ne semblent pas être en mesure de remplacer l’offre marocaine, aussi bien qualitativement que quantitativement.

Et la raison est simple. Grâce à la proximité géographique, les légumes chargés dans les camions à partir de la région d’Agadir étaient livrés, sous 48 heurs, dans les marchés de Nouadhibou et de Nouakchott. Par contre, les produits importés des Pays-Bas et d’Egypte empruntent les voies maritimes, un long voyage qui fait perdre aux légumes un peu de leur fraicheur.

Et malheureusement, comme l’a souligné Mohamed ould Sidina, grossiste au Marché marocain de Nouakchott, «le marché mauritanien de l’oignon et de la pomme de terre est désormais approvisionné principalement à partir des Pays-Bas, avec une part marginale venant d’Egypte». Les importations à partir de ces deux pays sont à l’origine des «prix instables».

La semaine dernière, la paire -un sac d’oignon et un sac de pomme de terre- se vendait à 1.400 ouguiyas (environ 40 euros), contre 1.770 ouguiyas (environ 50 euros) actuellement. «Nous travaillons sous la menace constante d’un risque de pourrissement de ces deux produits, périssables par excellence».

«Nous sommes confrontés à de multiples contraintes ignorés des consommateurs. Les navires peuvent voyager plusieurs jours avant de débarquer la marchandise, avec des risques d’avarie et de pourrissement qu’un tel périple comporte. Il y a quelques jour, nous avons perdu 7 tonnes d’oignon. Une fois les produits débarqués et stockés en magasin, on se retrouve devant le problème de la conservation qui induit de grosses dépenses journalières à cause de la consommation de l’énergie électrique. Voila pourquoi le marché de ces deux produits et volatiles», a souligné pour sa part Mohamed Moctar, également grossiste au niveau du marché.

Face à l’arrêt des exportations marocaines de certains légumes, certains opérateurs marocains installés en Mauritanie se sont tournés vers d’autres produits. «Nous avons arrêté de vendre l’oignon et la pomme de terre depuis que le Royaume du Maroc a arrêté l’exportation de ces produits par souci de sécurisation du marché intérieur», a expliqué Nasr Belaïd, grossiste marocain.

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 3378

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)