14-11-2023 22:30 - Situation liée à l'injustice que subissent les étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines ( FLSH )

Situation liée à l'injustice que subissent les étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines ( FLSH )

Suite aux non-respect des droits des étudiants, et l'injustice dont pléthore d'étudiants sont victimes, le syndicat national des étudiants de Mauritanie ( SNEM) dénonce et condamne avec la plus grande vigueur ces pratiques sournoises vis-à-vis des étudiants. Par conséquent, nous observons un arrêt des cours immédiat dans toute la faculté en question.

Le fond du problème réside sur le fait que :

1- Un professeur au département de Français a interdit de manière injuste un Étudiant d'assister à son cours, et ce depuis quatre (04) semaines

2-M. Le Doyen de la faculté des lettres et sciences humaines ( FLSH), M. Doudou Wane, a catégoriquement refusé de recevoir les étudiants venus palier ce problème, sous prétexte qu'il n'a pas de temps à consacrer à ces derniers. Et, a déployé des agents de sécurité pour arrêter les étudiants sortis manifester leur amertume.

3- Le Professeur concerné a asséné des insultes aux étudiants victimes, les menaçant de les expulser de la faculté voire de toute l'université de Nouakchott.

4- l'incapacité de certains professeurs de dispenser leurs cours en français, sur des modules normalement en cette langue, Instaurant par la suite un climat discriminatoire dans les salles. Cet arrêt des cours continuera tant qu'aucune solution n'est pas mise sur table pour la résolution et le rétablissement de ces injustices.

Notre résilience demeurera intacte.

« Une attaque contre un est une attaque contre tous »





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : SNEM
Commentaires : 1
Lus : 1363

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 15/11/2023 10:24 X

    Pour résumer, les choses, la réalité, est que, ce pays, va mal, très mal ! là, il s'agit, de l'éducation supérieure, or, malheureusement, de manière générale, dans le domaine de l'éducation, il y'a des difficultés, à cause, de la médiocrité, de par le manque de niveau intellectuel, mais ici, à ce sujet de l'article, ce problème, dépasse, celui de l'enseignement, et là, il s'agit, des crises de valeures morales de la société mauritanienne, bref, l'attitude de ce professeur, à l'égard, de certains étudiants, est le reflet, de la négativité sociale, du peuple ! bref, presque, dans tous domaine, la médiocrité, y est, dans ce pays à l'avenir incertain, de ses générations futures, qui la perpétueront ! Que Dieu, nous Sauve, de l'Injustice !