01-12-2023 17:16 - Entretien avec Mohamed Bouna Moctar, PDG de Bank El Amana (BEA), Mauritanie

Entretien avec Mohamed Bouna Moctar, PDG de Bank El Amana (BEA), Mauritanie

Le Calame - Business Focus : Le secteur financier mauritanien reste assez stable, malgré la pandémie de COVID-19. Actuellement, 18 banques nationales et étrangères opèrent en Mauritanie et le secteur a soutenu la croissance de l’économie du pays. Cependant, l'inflation est un problème clé pour la Mauritanie, passant de 3,8 % en 2022 à 9,6 % en 2022. Que fait le gouvernement et le secteur bancaire mauritanien pour atténuer le défi de l'inflation ?

Mohamed Bouna Moctar : La Mauritanie a fait preuve de résilience dans la gestion des défis posés par la pandémie. Cependant, la récente flambée des prix mondiaux des matières premières et de l’énergie, provoquée par le conflit en Ukraine, a contribué aux pressions inflationnistes.

En réponse, les autorités ont mis en œuvre des mesures robustes pour remédier à la situation. Une mesure clé impliquait un resserrement proactif de la politique monétaire.

En août 2022, la Banque centrale de Mauritanie (BCM) a décidé de relever son taux directeur de 200 points de base, pour le porter à 7 %. Cette mesure stratégique visait à atténuer l’excès de liquidité dans l’économie, contribuant ainsi à freiner les tendances inflationnistes.

En outre, l’accent a été mis davantage sur les interventions sur le marché des changes depuis mai 2022. Ces interventions jouent un rôle crucial dans la régulation du financement des importations, contribuant à la stabilisation de l’économie en gérant efficacement l’excès de liquidité.

Pour renforcer les dépôts bancaires auprès de la Banque centrale, le taux de réserve obligatoire a été augmenté de 6% à 8%. Cet ajustement signifie une réserve non rémunérée que les banques maintiennent auprès de la Banque centrale, réduisant ainsi la liquidité disponible sur le marché.

Des réformes notables de la gouvernance financière ont été mises en œuvre, rendant obligatoire la nomination de directeurs indépendants dans les banques pour améliorer la transparence. Les audits des dépenses liées à la pandémie et la divulgation des propriétaires légaux des entreprises qui obtiennent des contrats liés à la COVID-19 soulignent l’engagement en faveur d’une gestion responsable des ressources.

La Mauritanie a pris des mesures importantes pour relever le défi de l'inflation. Il s’agit notamment d’une politique monétaire prudente, de réformes de la gouvernance visant à renforcer le secteur financier et d’ajustements budgétaires stratégiques. Ces efforts globaux visent à garantir la stabilité économique et à favoriser une croissance soutenue à long terme, même face aux pressions inflationnistes.

Business Focus : De nouvelles découvertes de gaz préparent le pays à devenir un exportateur pendant la crise énergétique mondiale, ce qui pourrait être très lucratif. Quelle est l’importance des futurs projets gaziers comme celui du Grand Tortue Ahmeyim pour positionner la Mauritanie en tant qu’acteur énergétique régional, et dans quelle mesure les banques locales soutiennent cette nouvelle croissance industrielle dans le pays ?

Mohamed Bouna Moctar : Le projet Ahmeyim (GTA), doté d’importantes réserves de gaz estimées à 1 400 milliards de mètres cubes, constitue l’un des projets majeurs de l’Afrique. BP a présenté ses plans ambitieux d’expansion sur au moins 20 ans, soulignant l’importance stratégique du projet. La position avantageuse de la Mauritanie le long de l’océan Atlantique, à proximité de l’Europe et face aux États-Unis, la positionne favorablement pour répondre à la demande croissante de gaz dans les deux régions, soutenue par l’efficacité logistique.

Le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a récemment affirmé l'engagement de BP à accélérer le projet Ahmeyim, en visant le début des exportations de gaz à partir de l'année prochaine. En outre, la collaboration entre Qatar Energy Company et Shell dans des projets d’exploration d’hydrocarbures en Mauritanie souligne l’attrait croissant du pays auprès des investisseurs mondiaux.

La réalisation de projets aussi monumentaux nécessite des investissements substantiels et un soutien durable de la part des parties prenantes impliquées. C’est là que réside le rôle central des banques locales, fournissant un soutien financier crucial aux sous-traitants, aux entités locales et aux entreprises internationales, facilitant ainsi la réussite de ces initiatives majeures.

Grâce à leur engagement actif dans ces partenariats, les banques locales font non seulement preuve de confiance dans la viabilité économique du secteur énergétique mauritanien, mais contribuent également de manière significative à son progrès.

Les banques locales étendent les solutions de gestion de comptes dématérialisées, garantissant un accès simplifié aux grands investisseurs. De plus, ils offrent une gamme complète de conseils et d’assistance financiers, favorisant la prospérité et le progrès des investisseurs impliqués dans ces projets transformateurs.

Business Focus : Dans quelle mesure les banques contribuent-elles à aider le gouvernement à diversifier ses activités au-delà des secteurs extractifs et agricoles ?

Mohamed Bouna Moctar : L'économie mauritanienne est majoritairement centrée sur les secteurs traditionnels, notamment les mines et la pêche, ce qui l'expose à des vulnérabilités liées aux fluctuations des prix des matières premières, aux incertitudes climatiques et aux variations de la demande mondiale de poisson. Pour atténuer cette dépendance et favoriser la diversification économique, les banques jouent un rôle central, en contribuant à plusieurs initiatives clés :

Soutien à la pêche: Les banques financent activement l'industrie de la pêche, facilitant la modernisation des équipements, promouvant des pratiques durables et favorisant le développement de la transformation des produits de la mer. Ces efforts visent à créer de la valeur ajoutée, réduisant ainsi la sensibilité aux aléas liés aux pratiques de pêche traditionnelles.

Promotion de l'agro-industrie : les banques participent à des projets agricoles, contribuant à la modernisation des infrastructures d'irrigation et encourageant la transformation des produits agricoles. Cette stratégie réduit non seulement la dépendance alimentaire, mais stimule également les opportunités d’emploi, renforçant ainsi la résilience face aux chocs économiques.

Soutien à l'entrepreneuriat : les banques locales jouent un rôle crucial en facilitant l'accès aux services financiers pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les entrepreneurs. Ce faisant, ils permettent à ces entités de diversifier leurs activités, favorisant l’innovation et contribuant au dynamisme économique.

Financement des infrastructures : les banques contribuent au renforcement des infrastructures, en participant activement aux initiatives visant à améliorer l’environnement global des affaires. Ce soutien fait partie intégrante de la promotion de la diversification économique et de la création d’un cadre propice à une croissance durable.

Investissement dans les énergies renouvelables : Conscientes de l’importance de réduire la dépendance aux carburants traditionnels, les banques allouent des fonds à des projets dans le secteur des énergies renouvelables. Cet investissement vise à favoriser la transition vers des sources d’énergie plus propres et plus durables.

Promotion de l'industrie manufacturière : Les banques locales soutiennent activement le développement de l'industrie manufacturière. Cela comprend le financement de la création de nouvelles usines et de la modernisation des installations de production existantes, contribuant ainsi à la croissance et à la diversification du secteur.

Accès aux marchés internationaux : les banques jouent un rôle central en aidant les entreprises mauritaniennes à se développer sur les marchés internationaux. Ce soutien favorise les exportations, diversifie les sources de revenus des entreprises et contribue à la résilience économique globale du pays.

Business Focus : L’inclusion financière est un problème majeur en Mauritanie. Selon l'Administration du commerce international, seuls 21% des Mauritaniens possédaient un compte bancaire en 2022. Que fait le secteur bancaire pour populariser le recours aux banques au-delà des grandes villes ?

Mohamed Bouna Moctar : L'inclusion financière en Mauritanie est confrontée à des défis liés à l'accès limité aux services financiers, à la prévalence des transactions en espèces et à la nécessité de sensibiliser le public aux produits financiers. En réponse à ces défis, les paiements mobiles sont devenus une alternative populaire depuis 2020, portés par de solides campagnes de communication menées par les banques et soutenues par un cadre juridique régissant les transactions.

Les points clés concernant l’évolution des paiements mobiles en Mauritanie comprennent :

Adoption rapide : les paiements mobiles ont connu une adoption rapide, comme en témoigne l'augmentation du nombre d'utilisateurs de 270 000 en décembre 2021 à 800 000 en septembre 2023. Cette croissance remarquable souligne la réactivité de la population aux solutions financières alternatives.

Comptes bancaires traditionnels limités : malgré l'augmentation du nombre d'utilisateurs de paiement mobile, une partie importante (140 000) n'a toujours pas de compte bancaire traditionnel. Cela met en évidence la capacité des applications de paiement mobile à atteindre des segments de la population qui auraient pu être exclus des services bancaires traditionnels.

Inclusion financière accrue : L’afflux d’utilisateurs de paiements mobiles a considérablement contribué au paysage de l’inclusion financière, avec 38 % de la population effectuant des paiements mobiles ou possédant des comptes bancaires traditionnels. Cela représente une augmentation impressionnante de 80 % du nombre de nouveaux utilisateurs de services financiers dans un laps de temps relativement court.

Faible taux bancaire traditionnel : Notamment, le taux bancaire traditionnel en Mauritanie s’élève à seulement 21 %. La croissance rapide des paiements mobiles est particulièrement significative à la lumière de ce taux plus faible, soulignant l’impact transformateur des solutions financières numériques.

Adoption des smartphones : l'adoption généralisée des smartphones, associée à l'accès via USSD pour les zones reculées, a joué un rôle central dans la popularité des paiements mobiles. Cette approche technologique a permis l’inclusion financière au-delà des centres urbains.

Opportunités futures : Pour améliorer l’efficacité des services bancaires, il est reconnu qu’il est nécessaire de développer et de populariser les produits bancaires numériques. Les banques numériques, caractérisées par leur praticité et leur rapidité, offrent des fonctionnalités supplémentaires et des limites d'utilisation plus élevées par rapport aux applications de paiement mobile, offrant ainsi une expérience bancaire plus complète et plus efficace à la population.

Le succès des paiements mobiles en Mauritanie reflète non seulement une réponse aux défis existants, mais également le potentiel d’une inclusion financière fondée sur la technologie pour combler les écarts et autonomiser un segment plus large de la population.

Business Focus : Le pays augmente également ses dépenses en faveur des PME pour soutenir la croissance de l'innovation et créer un secteur privé plus fort. Selon le Groupe de la Banque africaine de développement, le financement du secteur privé a augmenté de 16,4% depuis 2021. Que fait le secteur bancaire pour favoriser la croissance du secteur privé et des PME, et promouvoir l'entrepreneuriat dans le pays ?

Mohamed Bouna Moctar : Le paysage des petites et moyennes entreprises (PME) en Mauritanie révèle une clientèle dynamique avec une enveloppe de financement croissante. Bien que reconnu comme un secteur potentiellement risqué par les banques, des efforts sont en cours pour collaborer activement avec les PME, favorisant ainsi leur croissance et leur développement.v Les points clés concernant les PME et l’accès au crédit en Mauritanie comprennent :

Enveloppe de financement en croissance : L'enveloppe de financement allouée aux PME est en hausse, démontrant la reconnaissance de leur importance en tant que segment de clientèle dynamique et en évolution.

Perception du risque : les banques perçoivent souvent les PME comme un segment de clientèle à risque, ce qui rend difficile leur accès au crédit. Les exigences en matière de sécurité foncière sont courantes, reflétant le risque perçu associé aux PME.

Atténuer les défis : les banques s'attaquent activement aux défis associés au financement des PME. Les initiatives comprennent le travail sur des solutions financières innovantes et la collaboration avec des institutions gouvernementales et des organisations de développement.

Objectif d'accessibilité : L'objectif principal est d'améliorer l'accessibilité et l'abordabilité du crédit pour les PME tout en minimisant simultanément les risques associés. Cela implique le développement de produits financiers innovants adaptés aux besoins des PME.

Partenariats pour l'atténuation des risques : les collaborations avec les institutions gouvernementales et les organisations internationales de développement visent à garantir des garanties de portefeuille pour les prêts aux PME. Cette approche stratégique réduit le risque perçu pour les banques, encourageant davantage de prêts aux PME.

Collaborations internationales : Les fonds spécifiques alloués dans le cadre de collaborations internationales se concentrent sur le financement des PME. Cela répond non seulement aux contraintes financières, mais contribue également à la croissance et au développement global des PME.

Engagement à soutenir : Malgré les obstacles inhérents, les banques mauritaniennes maintiennent un engagement fort à soutenir les PME. Leur rôle va au-delà de la fourniture d’une aide financière et contribue activement à la création d’un environnement favorable aux entreprises.

Renforcement des capacités : les banques s'efforcent de renforcer les capacités des PME, reconnaissant l'importance de donner à ces entreprises les moyens de croître de manière durable.

Innovation en matière de financement : les institutions financières explorent des approches innovantes pour surmonter les défis de financement des PME. Ceux-ci peuvent inclure des produits financiers sur mesure, des structures de remboursement flexibles et des mécanismes de soutien réactifs.

L’engagement des banques mauritaniennes envers les PME va au-delà du soutien financier pour englober la création d’un environnement favorable, le renforcement des capacités et la promotion de l’innovation. Les efforts de collaboration avec les partenaires internationaux témoignent d’une approche concertée pour relever les défis et promouvoir le rôle vital des PME dans l’entrepreneuriat et la croissance du secteur privé du pays.

Business Focus : La numérisation est une priorité absolue dans la stratégie nationale de développement de la Mauritanie. En 2020, le pays a vu l’émergence de ses premières banques numériques, qui ont lancé un nouveau marché des technologies financières. Comment évaluez-vous le niveau de digitalisation des banques en Mauritanie, et en particulier de votre banque ?

Mohamed Bouna Moctar : La digitalisation des services financiers est devenue une priorité incontestable en réponse aux récents succès des applications de paiement mobile. La Banque El Amana a reconnu et adopté cette tendance de transformation, en se positionnant stratégiquement avec le lancement de l'application très réussie Amanty pour répondre à la demande croissante de services de paiement mobile.

Dans ce paysage dynamique d’évolution financière, la transition vers la numérisation est un programme reconnu et prioritaire pour les banques. Le succès remarquable des applications de paiement mobile a suscité un intérêt accru parmi les banques, les incitant à réévaluer leurs stratégies numériques.

L’application Amanty de la Banque El Amana s’impose comme un témoignage d’innovation réussie. Fonctionnant comme une solution numérique complète, elle répond non seulement à la demande croissante de services de paiement mobile, mais étend également la clientèle de la banque.

Malgré le succès des applications de paiement mobile, des défis persistent, notamment les limites réglementaires sur les montants des transactions et l'allongement des délais de paiement interbancaire (actuellement environ 48 heures en Mauritanie), ce qui a un impact sur l'efficacité globale du système bancaire. En réponse à ces défis, la Banque centrale de Mauritanie a franchi une étape décisive avec l'adoption du projet ATS.

Cette initiative stratégique vise à améliorer l'efficacité et la sécurité des systèmes de paiement, à réduire la dépendance aux transactions en espèces et à améliorer l'accès aux services financiers, en particulier pour les populations marginalisées.

Une caractéristique essentielle du projet ATS est l'introduction de services électroniques interbancaires instantanés.

Business Focus

Traduit de l’anglais par Mohamed Mohamed Lemine



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2578

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)