05-12-2023 02:00 - Mauritanie : l’ancien président Ould Abdel Aziz déchu de ses droits civiques

Mauritanie : l’ancien président Ould Abdel Aziz déchu de ses droits civiques

EN BREF | #Cridem – Le jugement est tombé, ce lundi 4 décembre 2023 : 5 ans de prison ferme contre l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

L’ancien chef d'état était jugé depuis 10 mois aux cotés d’une dizaine d’autres personnalités entre autre pour enrichissement illicite. Cette peine est inférieure aux 20 ans de prison qui avaient été requis par le ministère public.

Sur la dizaine de chefs d’inculpation, seulement deux ont été retenus : il s'agit d’enrichissement illicite et de blanchiment d’argent.

Le tribunal a, par ailleurs, demandé la confiscation des biens acquis par l’ancien chef de l’État et a prononcé la déchéance de ses droits civiques.

Pour rappel, l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz se serait constitué un patrimoine et un capital d'environ 67 millions d’euros, au moment de son inculpation, en mars 2021.

Par la rédaction de Cridem

---



Commentaires : 1
Lus : 4451

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ouldsidialy (H) 05/12/2023 14:06 X

    La justification de ce procès est d'éloigner du pouvoir un clan prévaricateur qui a poussé l'arrogance jusqu'à prétendre reprendre le pouvoir comme il lui semble. L'inculpation dU président Mohamed Ould Abdel Aziz a réussi à l'éloigner de sa prétention. La confiscation des biens mal acquis est efficace pour diminuer ses chances d'y revenir en s'achetant le pouvoir.

    Mais dans ce procès illusoire de " décimation de la décennie"(1), excepté la résolution du conflit de pouvoir, tout le reste a des effets non souhaitable pour le pouvoir actuel et déplorables pour le pays :

    - La confirmation du fonctionnement réel et permanent de l'administration et de l'État mauritanien conduisent à l'affaiblissement de la crédibilité des dirigeants en interne et du pays à l'international.

    - La conduite de l'affaire judiciaire révèle l'Etat du droit. Il est mobilisable de manière conjoncturelle et ciblée. Cette conduite ne renforce pas la justice au moment où, paradoxalement, elle dit le droit !

    - Le modèle d'émulation économique est renforcé pour sa partie perverse. Le peuple se doutait des écarts des élites, mais on lui a livré plus un mode d'emploi et une étude de cas pour « réussir » ! Les classes moyennes feront surenchère, la bonne conscience en plus. Les possédants deviennent les « tous légitimement à dépouiller » ! De là à ce qu'ils deviennent « ceux dont le sang est halal » ?......... Les Mauritaniens comme les autres Africains, finiront par réaliser la faute stratégique qu'ils commettent en se lançant dans des luttes anti-corruption de manière inconsidérée.

    Ps :"La décimation est un châtiment collectif employé par l'armée romaine, qui était appliqué lors d'une mutinerie ou de désertions répétées, et qui consistait en l’exécution d'un soldat coupable sur dix" (in Wikipédia). Il y avait plus de 300 mis en cause au début de « l'affaire Ould Abdel Aziz », ils ont été réduits à une dizaine de jugés. L'État ne sentait-il pas les choses pour 10 % ? ... Il a bien fait !