22-12-2023 09:54 - L'Angola se retire de l'Opep, désaccord avec les quotas pétroliers

L'Angola se retire de l'Opep, désaccord avec les quotas pétroliers

RFI Afrique - Rebondissement au sein de l'Opep+ qui regroupe les pays exportateurs de pétrole. L'Angola, poids lourd du pétrole sur le continent africain, a décidé de se retirer de l'organisation. La raison : des désaccords sur la baisse des quotas souhaitée par les principaux producteurs mondiaux.

La décision de l'Angola a été annoncée ce jeudi 21 décembre par le ministre des Ressources naturelles, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Pedro de Azevedo à la suite d'un Conseil des ministres. Le président João Lourenço a signé dans la foulée un décret présidentiel.

Une sortie de l'Opep qui couvait depuis quelque temps. L'Angola avait déjà quitté la table des négociations à plusieurs reprises. Se concentrer sur ses objectifs de production et de raffinage, voilà la principale raison invoquée par Diamantino de Azevedo.

Le ministre angolais du Pétrole, Diamantino de Azevedo :

« Il ne s'agit pas d'une décision prise sur un coup de tête ! La presse a pu suivre notre parcours dans cette organisation et, encore récemment, la note de protestation que nous avons émise à la suite d'une décision prise par l'organisation. Il nous paraît plus intéressant que nous quittions l'organisation. Par ce biais, on a l'intention d'un investissement accru dans les sujets concernant la prospection de plus de pétrole et de lutte contre le déclin naturel, en vue de la stabilisation de notre production. C'est ainsi qu'aujourd'hui [jeudi, 21 décembre] nous avons pris la décision de quitter l'Opep. On lui souhaite du succès, pourvu que l'organisation continue d'œuvrer à la stabilisation des prix de pétrole au niveau global.»

« L'un des mécanismes de l'Opep est l’attribution de quotas de production pour ses pays membres. Et il est certain qu'en poursuivant au sein de ce mécanisme, tôt ou tard, l'Angola aurait été obligé de réduire sa production, ce qui va à l'encontre de nos objectifs de stabilisation de celle-ci », a expliqué le ministre à la télévision publique TPA.

Car la stratégie des pays de l'Opep, c'est de refermer un peu plus le robinet d'or noir pour faire monter les prix.

Pour Philippe Sébille-Lopez, spécialiste des questions de géopolitique énergétique, cette décision sera plus lourde de conséquences pour Luanda, dont la production est en déclin que pour l'Opep : « Pour l’Opep, peu de conséquences, c'est même un avantage d'intégrer le Brésil. Et le départ de l'Angola, ce n'est pas significatif pour eux. Par contre, pour l'Angola, c'est récupérer en théorie une certaine liberté, mais ce n'est pas ça qui va faire que la production angolaise va s’améliorer. »

Le Nigeria, également frondeur sur les quotas de production, ne devrait pas suivre l'Angola. Lagos a trop besoin de l'Opep pour asseoir sa stature de premier producteur d'Afrique, un pays meneur également important pour l'organisation pétrolière.

Fin novembre, l'Angola et le Nigeria, les deux poids lourds pétroliers du continent africain, s'étaient montrés mécontents de leurs quotas. L'Opep avait établi un quota de 1,11 million de barils/jour pour l'Angola. Luanda avait clairement indiqué vouloir maintenir sa production à 1,18 million de barils/jour.

Fondée en 1960, l'Opep, qui réunit 13 membres sous la houlette de l'Arabie saoudite, a noué en 2016 une alliance avec dix autres pays, dont la Russie, sous la forme d'un accord appelé Opep+, dans l'optique de limiter l'offre et soutenir les cours face aux défis posés par la concurrence américaine.

Ce départ de l'Angola pourrait entrer dans la stratégie du président João Lourenço « qui consiste à favoriser des liens étroits avec les États-Unis », souligne Marisa Lourenço, analyste en risques politiques et économiques spécialisée sur la région, citée par l'AFP.

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 0
Lus : 1359

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)