14-01-2024 14:20 - Hausse des droits de douane en Mauritanie sur les légumes: tensions au marché «marocain» de Nouakchott

Hausse des droits de douane en Mauritanie sur les légumes: tensions au marché «marocain» de Nouakchott

Le360afrique - Le marché des légumes de Nouakchott, appelé marché «marocain», enregistre une montée inquiétante des prix suite à la forte hausse des droits de douane sur certains légumes importés. Une situation qui affecte durement le panier de la ménagère.

Les autorités mauritaniennes ont décidé, depuis le 1er janvier, d’augmenter très fortement les droits de douane sur certains légumes importés, dans le but, selon elles, de protéger la production locale.

Sachant que ces légumes sont importés essentiellement des Pays-Bas, du Maroc, de la Turquie et de l’Égypte, cette mesure s’est traduite par une grosse tension au marché des légumes de Nouakchott du fait d’une production locale incapable de couvrir la plus grosse part des besoins des consommateurs.

Il est à noter que ces nouveaux droits de douane concernent les importations de légumes comme les oignons, les pommes de terre, les choux, les carottes et les navets, qui ont vu leur taxe passer de 13,73% à 39,23%, et ce, quel que soit leur pays de provenance.

«J’importe des oignons et des pommes de terre à partir de la Turquie. Les taxes douanières ont connu une hausse exponentielle ces derniers jours, passant du simple à plus du double. Je comprends le souci légitime des autorités de protéger la production locale et de pousser à la pratique du maraîchage. Mais celle-ci est loin de pouvoir couvrir les besoins du marché. Le résultat est une forte hausse des prix au détriment du consommateur», souligne Hassan Khalil, importateur de légumes.

Et bien évidemment, cette hausse des taxe, combinée à une baisse de l’approvisionnement du fait que de nombreux camions marocains sont restés bloqués à Guerguerat, la frontière entre la Mauritanie et le Maroc, a entraîné des tensions sur certains légumes et une flambée des prix au niveau du marché.

C’est le constat fait par Fatou Sall. Venue faire ses achats au niveau du marché «marocain», celle-ci a constaté une forte hausse des prix des légumes, dont plusieurs sont passés du simple au double. C’est le cas notamment des poivrons, des carottes, des oignons et des pommes de terre. «Tout est devenu trop cher», proteste-t-elle.

Il faut souligner que les importateurs touchés par cette forte hausse n’ont eu d’autres choix que de répercuter celle-ci sur les grossistes qui, à leur tour, l’ont répercutée auprès des détaillants. Et au final, c’est le consommateur qui trinque.

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2796

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • pyranha (H) 14/01/2024 16:04 X

    Tellement bête comme pretexte de dire que la hausse c'est pour encourager la production locale.Mais ici on ne produit rien du tout , le ministère de l'agriculture ne sert à rien invisible partout.La vérité c'est que le pays est en BANQUEROUTE AUCUNE DEVISE VISIBLE L 'Euro est presque à 500 um .les détournements, la gabegie et le je m'en foutisme font que les caisses de l'etat sont vides.c'est ridicule de parler de production locale. Face à des populations tres lachés led population croisent les bras sans reaction.