30-01-2024 09:54 - Sahel: La menace de la famine plane

Sahel: La menace de la famine plane

Le Calame - La crise alimentaire qui se déroule en ce moment au Sahel devient de plus en plus préoccupante. Cette inquiétude s’accroît suite à la récente décision de la Mauritanie d’augmenter de trois fois les droits d’importation sur les fruits et légumes venant du Maroc.

Selon les prévisions du site spécialisé Eastfruit, cette mesure, ciblant spécifiquement le commerce agricole entre les deux pays, risque d’aggraver les problèmes déjà présents en matière de sécurité alimentaire dans la région.

Au cours du mois de Janvier, les exportateurs marocains ont été pris par surprise par une forte augmentation des droits de douane à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie. Cette hausse inattendue a provoqué d’importants embouteillages et s’est répercutée directement sur les prix des produits alimentaires dans la région.

Les frais de douane ont presque triplé, passant de 1 600 euros à 4 600 euros pour un camion de marchandises du Maroc vers la Mauritanie ! Cette situation a entraîné des problèmes importants pour de nombreux commerçants qui n’étaient pas prêts à faire face à une si soudaine augmentation des coûts.

En conséquence, les prix des fruits et légumes sur le marché mauritanien et ceux des pays sahéliens voisins devraient connaître une augmentation significative.

Le Maroc occupe un rôle très important en tant que principal fournisseur de fruits et légumes pour la Mauritanie. Chaque année, il exporte environ 170 mille tonnes de produits essentiels comme les carottes, tomates, oignons et pommes de terre.

En fait, la Mauritanie dépend fortement du royaume chérifien, souvent seul fournisseur de ces produits en raison du sous-développement agricole au Sahel. La situation alimentaire dans la région est déjà une grande source de préoccupation.

Selon l’ONU, jusqu’à 50 millions de personnes pourraient souffrir de la faim en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale au cours de l’année 2024. La décision récente de la Mauritanie d’augmenter les droits d’importation risque d’exacerber les tensions sociales et économiques au sein d’une population déjà vulnérable.

Bien que la crise alimentaire en Mauritanie ne soit pas aussi critique qu’en d’autres pays du Sahel, les indicateurs restent préoccupants. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), un cinquième de la population vit en dessous du seuil de pauvreté ; un enfant sur dix souffre de malnutrition aiguë.

Alors que les exportateurs font face à des problèmes liés aux restrictions antérieures, comme l’interdiction d’exporter des oignons frais et des pommes de terre imposées au Maroc, pour, dit-on, stabiliser les prix intérieurs et privilégier le marché local.

La récente augmentation des droits de douane par les autorités mauritaniennes risque d’entraîner une hausse rapide des prix des fruits et légumes, voire la disparition de certains produits sur les marchés mauritaniens et sahéliens.

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est directement touchée par les perturbations à El Guerguerat causées par l’augmentation spectaculaire des droits de douane.

Ses experts insistent sur la nécessité de résoudre rapidement cette crise pour préserver l’approvisionnement alimentaire en Mauritanie et au Sahel et atténuer l’impact sur les populations en grand danger de famine.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1063

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)