12-05-2024 12:22 - Derrière la querelle agro-commerciale entre le Maroc et la Mauritanie

Derrière la querelle agro-commerciale entre le Maroc et la Mauritanie

Fresh Plaza - Le gouvernement mauritanien a décidé le 1er mai de lever les augmentations tarifaires sur les produits frais d'origine marocaine, selon des médias citant des sources professionnelles.

Depuis le début de l'année, le gouvernement mauritanien a décidé d'augmenter les droits de douane sur ces produits de 171 %.

Cette décision a été décriée tant par les exportateurs marocains que par les consommateurs mauritaniens et qualifiée de mesure de rétorsion visant à sanctionner l'interdiction des exportations de produits frais marocains vers la Mauritanie.

Selon Amine Amanatoullah, producteur et exportateur maroco-mauritanien, PDG de Fast Expo, « la décision d'augmenter les droits de douane est directement liée à la décision du Maroc d'interdire l'exportation de certains produits vers l'Afrique de l'Ouest, y compris la Mauritanie. Cette décision vise également à stimuler la production locale. En tout état de cause, derrière ces manières de part et d'autre se cachent de nombreux détails qui créent un malaise dans les échanges agricoles entre les deux pays. »

Chronologie de la querelle

Le premier épisode de cette « crise » remonte à février 2023. Le Maroc, en proie à une sécheresse constante et à un stress hydrique aigu, exacerbé par l'inflation mondiale, a vu le prix des produits frais augmenter de manière insupportable sur son marché local. Le gouvernement a donc décidé d'intervenir avant le Ramadan 2023, en limitant les exportations. Il a été décidé de réduire les volumes destinés à l'Europe et d'interdire clairement les exportations vers l'Afrique de l'Ouest.

« C'est là qu'est né le grand malentendu », explique Amanatoullah. « Non seulement la décision a été brutale, mais elle a été mal perçue en Afrique de l'Ouest, notamment en Mauritanie : pourquoi continuer à exporter vers l'Europe et fermer les robinets en Afrique ? C'est la question que se posaient les professionnels et l'opinion publique, et c'est une erreur de communication majeure. Tout d'abord, la limitation des exportations, mesure inefficace s'il en est, s'explique par le stress hydrique et la hausse des prix sur le marché local marocain. Deuxièmement, toutes les exportations marocaines vers l'Afrique de l'Ouest se font sans programme ni contrat, alors que la majorité des exportations vers l'Europe se font sous contrat. Le gouvernement marocain ne pourrait pas arrêter les exportations vers l'Europe, car cela reviendrait à ne pas honorer les obligations contractuelles. »

Le vide laissé par le Maroc sur le marché mauritanien a été rapidement comblé par des importations en provenance de Turquie, du Sénégal et d'Égypte, partage Amanatoullah. « Il faut savoir que le marché local mauritanien, de par ses us et coutumes, ne consomme pas beaucoup de légumes, à l'exception de l'oignon qui est largement consommé. Les légumes sont principalement destinés aux restaurants ou aux expatriés vivant en Mauritanie. Cela dit, la décision marocaine a été vécue comme une humiliation. Elle a entraîné un certain nombre de réactions, dont une augmentation des droits de douane sur les produits frais marocains en janvier 2024. »

L'interdiction marocaine incite la Mauritanie à produire localement

« La Mauritanie a vu dans cette affaire un levier pour encourager la production locale, dans un souci de sécurité alimentaire mais aussi avec l'ambition de devenir un pays exportateur. Le succès de la filière d'exportation des légumes au Maroc, et avant elle des pastèques, a inspiré les producteurs mauritaniens. Le gouvernement a soutenu cet élan avec beaucoup d'efforts. Des terres ont été concédées à des prix symboliques à des producteurs, dont des investisseurs marocains, dans les régions de Rosso et de Jahra. Dans le lac artificiel de Jahra, l'eau est pompée gratuitement à des fins agricoles. En novembre 2023, le gouvernement a même offert gratuitement aux producteurs un bateau de semences de pommes de terre. »

La saison a donné lieu à un changement de paradigme dans la production mauritanienne, explique Amanatoullah. « Avant l'arrêt des approvisionnements marocains, la production agricole mauritanienne était principalement constituée de pastèques. Mais il y avait quelques problèmes. Tout d'abord, le succès des premiers exportateurs de pastèques, il y a cinq ans, a encouragé d'autres investisseurs, qui ont reproduit l'expérience sans grande planification. Le résultat a été que le marché a été inondé de pastèques mauritaniennes la saison précédente, ce qui a fait baisser les prix et a causé des problèmes de stockage en raison de la congestion de l'offre. Deuxièmement, l'arrêt des importations en provenance du Maroc a encouragé la production de légumes en Mauritanie. Ainsi, 1200 ha sont convertis à la production de poivrons et de tomates en 2023. Il s'agit d'une superficie importante, étant donné que la surface totale produite dans le pays ne dépasse pas 6 000 ha. Des investissements importants ont été déployés dans les équipements d'irrigation et les serres. »

Parallèlement aux efforts du gouvernement, les producteurs mauritaniens, dont beaucoup sont des investisseurs marocains, se sont organisés pour dialoguer avec le gouvernement : « Deux associations de producteurs ont été créées, ce qui est un grand pas vers la modernisation du secteur », déclare Amanatoullah.

Ces associations ont joué le rôle d'interlocuteurs du gouvernement mauritanien, en pilotant la transition et en relayant les préoccupations des producteurs, mais elles ont aussi tout intérêt à dialoguer avec le Maroc. Derrière l'agitation maraîchère se cache en effet une autre question ancienne et mal perçue en Mauritanie.

Pourquoi le Maroc n'autorise-t-il pas les pastèques mauritaniennes ?

La saison des pastèques mauritaniennes démarre en février, deux mois avant la saison marocaine. C'est une fenêtre que les producteurs mauritaniens pourraient utiliser pour exporter vers le Maroc, où le marché local est friand de pastèques. Cependant, « pour une raison ou une autre, les pastèques mauritaniennes ne sont pas les bienvenues au Maroc. Nous avons soulevé la question auprès de la partie marocaine, mais nous n'avons pas obtenu de réponse. Officiellement, il n'y a pas d'interdiction d'importation. Mais en réalité, les autorités sanitaires marocaines ne les acceptent pas. La raison peut être la crainte d'importer des virus, mais dans ce cas, la crainte est injustifiée, car nos produits sont acceptés en Europe, et nos certificats phytosanitaires sont acceptés en Europe, qui est très vigilante à cet égard. La protection de la production locale n'est pas non plus une raison, puisque les pastèques marocaines ne sont pas disponibles sur le marché à cette période de l'année. »

Un exportateur mauritanien a testé avec insistance l'exportation de pastèques vers le Maroc pas plus tard qu'en 2023 et a fourni tous les documents exigés par les autorités marocaines. « On lui a fait comprendre officieusement que les pastèques ne passeraient pas », explique Amanatoullah. « Cette situation injuste doit être corrigée. Ce qui est encore plus bizarre, c'est qu'elle concerne aussi les pastèques sénégalaises, alors que celles-ci sont importées massivement. »

« Il est temps de collaborer »

Réagissant au rétablissement des taux de douane antérieurs, un exportateur marocain, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a déclaré : « L'augmentation des droits de douane par la Mauritanie et l'interdiction d'exporter par le Maroc n'ont aucun sens. Les volumes de légumes exportés vers la Mauritanie sont très faibles. Pour vous donner une idée, si un seul exportateur marocain a le monopole sur l'ensemble du marché mauritanien, il sera toujours en difficulté. Les exportateurs spécialisés vers la Mauritanie sont plutôt petits et ne posent aucun problème ni pour le marché local marocain, ni pour les autres destinations. Les volumes sont beaucoup plus faibles que les exportations marocaines vers le Mali, entre autres. »

« Du côté mauritanien, les autorités ont compris qu'elles ne peuvent pas remplacer l'offre marocaine d'une saison à l'autre », poursuit l'exportateur. « Il peut y avoir une nouvelle augmentation des droits de douane lorsque la production locale est suffisante, mais cela est trop négligeable pour affecter les exportations marocaines dans leur ensemble ou les prix locaux sur le marché local marocain. »

Amanatoullah commente : « Les droits de douane sont utilisés comme un outil de sanction. Il est dans l'intérêt des deux pays de discuter, de se compléter et de résoudre les problèmes en suspens. Il est temps de travailler ensemble. Malgré cette tension, nous démontrons sur le terrain qu'un tel arrangement est tout à fait possible. Les investisseurs marocains bénéficient des mêmes incitations que leurs homologues mauritaniens pour produire des produits frais en Mauritanie. Ils sont même plus favorisés que les autres nationalités. Les producteurs mauritaniens voient également d'un bon œil l'expérience et le savoir-faire du Maroc en matière de production et d'exportation. »

La tension baisse d'un cran avec le rétablissement des anciens taux de douane. La levée de l'interdiction marocaine d'exporter est attendue prochainement, selon des informations de presse citant des sources professionnelles. Mais cet épisode épineux pourrait bien avoir été un mal pour un bien : « Il a incité la Mauritanie à produire localement. Plusieurs produits ont été testés avec succès cette saison. Les ressources naturelles, l'eau et la terre sont disponibles en abondance. »

Le producteur poursuit : « Il reste un certain nombre de défis à relever, à commencer par les infrastructures. La Mauritanie manque encore d'investissements tels que des stations de conditionnement et des entrepôts frigorifiques. Je pense que cela viendra bientôt, car le pays commencera à exporter du gaz naturel, ce qui constituera un précieux coup de pouce financier. Le deuxième défi concerne la main-d'œuvre qualifiée. Il n'y a toujours pas de transfert de savoir-faire en matière de production et de commercialisation. Et je ne vois pas qui d'autre pourrait le faire à part les cadres et les travailleurs marocains, et c'est là un autre domaine de collaboration entre les deux pays. »

Pour plus d'informations :

Amine Amanatoullah

Fastexpo

Tél. : +212 661281321

fastexpo2015@gmail.com





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 4925

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • karidena (H) 13/05/2024 15:10 X

    Les légumes et fruits marocains non conformes à l'exportation et impropres à la consommation du client marocain sont exportés en Mauritanie. Notre pays doit penser à LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE, et adopter une politique sérieuse et rigoureuse et finir avec les politiques stériles qui ne font que remplir les poches des prevaricateurs et exproprient les citoyens de leurs terres.