24-05-2024 19:00 - Lettre ouverte de l’Association des Panafricains pour l’Encadrement et la Formation des Jeunes

Lettre ouverte de l’Association des Panafricains pour l’Encadrement et la Formation des Jeunes

A son excellence le président de la République Islamique de Mauritanie : « Monsieur le président de la République, il est temps d’aller au bout de vos engagements ».

« La Garantie jeunes, un droit pour demain ».

Monsieur le président de la République, la Mauritanie est l’un des pays à n’avoir aucune réponse durable pour les jeunes ni en emploi, ni en formation ou pour les travailleurs pauvres de 18 à 25 ans.

Malgré tous les efforts à l’endroit des jeunes constitue aujourd’hui une priorité doit continuer à empiler les dispositifs, il est temps de mettre en place un droit ouvert à tous les jeunes en situation de pauvreté qui s’inscrivent dans un parcours d’insertion sociale et professionnelle qui soit en mesure de leur donner les chances de réussir leur entrée dans la vie active.

Ouvrir des droits aux jeunes en situation de pauvreté, c’est en effet la meilleure façon d’en faire des adultes autonomes et capables de subvenir à leurs besoins. Il est temps, Monsieur le président de la République, d’aller au bout de vos engagements.

Bâtir un cadre favorable sur de nouvelles assises:

Protéger l’espace civique dans lequel évoluent les jeunes: telle est la première étape pour établir une relation solide entre eux et les institutions publiques.

Cet espace civique est régi par les institutions, les lois, la réglementation et les règles qui influencent les libertés et les droits civils et politiques fondamentaux des jeunes, entre autres le droit d’accès à l’information, les libertés de parole et d’expression, les droits d’association et de réunion, à la vie privée et à la non-discrimination, la liberté de la presse, ainsi que les règlements relatifs à l’Internet ouvert et à la protection des données.

Au-delà des droits fondamentaux, d’autres cadres juridiques et politiques peuvent favoriser l’inclusion des jeunes dans la sphère publique, en particulier les politiques mises en place, d’une part, pour lutter contre le discours de haine et l’incitation à la violence et, d’autre part, pour garantir l’accès des jeunes à la justice.

Il convient également d’envisager des mécanismes de financement visant à préserver et élargir l’espace dédié aux organisations de la société civile, notamment aux organisations de jeunesse, et ainsi favoriser leur dynamisme.

Nous APANAEJF, nous encourageons les jeunes Citoyens à faire entendre leur voix et à se mobiliser pour conserver et soutenir les acquis déjà atteint en terme réalisations.

Depuis votre accession au pouvoir, vous avez contribué à garantir un environnement sûr dans tous les secteurs vitaux du pays.

Monsieur le Président de la République Islamique de Mauritanie, nous sommes toujours à bord d’un navire pour des acquits constructifs d’un monde sans racisme ni discrimination particulièrement pour le compte de notre programme, « Le racisme est une faiblesse d’esprit ».

Ce sujet regorge un message qui remet en question la manière dont chacun de nous doit agir face à nos différences intra-individuel.

De ce qui précède, le but de ce document est de donner un aperçu global du programme, permettant ainsi de prélever les besoins clés en termes des ressources humaines, matérielles et financières. Il devient impératif à ce que « Chaque jour, chacun d'entre nous puisse se dresser contre les préjugés raciaux et les attitudes irrespectueuses afin de léguer à nos futures générations une société où il fait beau de vivre et de s’épanouir ».

Pour y arriver, nous devons tous êtres champions (nes) des droits humains en construisant une Mauritanie sans racisme ni discrimination, où nous exerçons tous nos droits fondamentaux. Le silence, c’est l’indifférence. Il contribue à perpétuer la discrimination et l’oppression raciales. Il étouffe les voix de celles et ceux qui ont le courage de s’opposer au racisme. Ce n’est qu’en élevant nos voix ensemble que nous pourrons briser ce silence.

Soutenons celles et ceux qui sont confrontés au racisme et écoutons leurs expériences et leurs inquiétudes. Luttons contre les discours discriminatoires faux et nocifs, et veillons à ce que la voix de chaque personne soit écoutée.

Notre diversité est une force, et non pas une menace.

Son Excellence Monsieur le Président,

En attendant la présidentielle de juin prochain, vous avez su répondre aux à plusieurs attentes des citoyennes Mauritaniennes sources de vos engagement qui ont vus le jour à travers les programmes « TAhoudaty », « Mon projet mon avenir » et autres portés par les institutions gouvernementales sous les directives du Premier Ministre Mohamed Bilal Messaoud.

Etant témoins de tout ce déroulement de vos programmes depuis qui vous êtes élu, nous venons vous témoigner notre soutien à votre deuxième candidature et votre élection au premier tour à la prochaine élection de juin 2024 afin de prendre en compte les idéologies et les positions de nouveaux acteurs politiques plus jeunes qui prônent la rupture avec les pratiques politiques anciennes.

Ceci s'applique également dans les relations avec les partenaires extérieurs, une perspective partagée par une grande partie de la jeunesse Mauritanienne.

Votre réélection à la prochaine élection présidentielle, marquera le début d'une ambition plus vaste qui ne se limite pas en Mauritanie, mais s'étend au-delà du continent.

APANAEFJ /ASBL :

Depuis quatre (04) années, nous dirigeons un programme qui vise à renforcer l’unité nationale, à rejeter le discours de la haine et de l’extrémisme, à contribuer à la propagation de la paix et de l’amour au sein de la société mauritanienne et à participer efficacement à l’œuvre de développement du pays et de l’Afrique.

Dans ce programme, nous avions organisé une tournée Nationale à travers des cérémonies à participation inclusive des jeunes et des femmes, dans les villes de Boghé, Rosso, Aleg, Atar et Nouakchott pour la même cause.

C’est pourquoi Son Excellence Monsieur le Président, nous soutenons votre réélection en juin 2024 sachant que les attentes les plus importants auxquels nous sommes confrontés en Mauritanie et en Afrique ne peuvent être accomplies par un pays agissant seul. Pourtant, lorsque les nations africaines travaillent ensemble, ces défis peuvent être relevés, pour le bien de tous.

Son Excellence Monsieur le Président, malgré le poids de plusieurs menaces existentielles, l’espoir demeure. Notre meilleur avenir peut encore être devant nous. Nous en appelons tous les jeunes Mauritaniens pour adopter une perspective à long terme et à faire preuve de courage pour nous guider vers ce meilleur avenir.

Nous rappelons notre volonté et notre motivation à participer activement à la prochaine campagne présidentielle, espérant enfin une action politique d’ampleur pour notre pays.

Son Excellence Monsieur le Président, nous vous remercions de l'attention que porterez à ces quelques propositions, qui nous le pensons, peuvent contribuer à de réels engagements envers les jeunes sachant que c’est ensemble que nous pourrons relever ces défis.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre respect républicain.

APANAEFJ /ASBL

L’Exécutif





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Ibrahim Idriss
Commentaires : 1
Lus : 1151

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • patriote1978 (H) 25/05/2024 10:24 X

    Brave jeunesse de mon pays , nous vous saluons . Vous n,êtes pas la jeunesse du pays mais une jeunesse du pays , et heureusement . C'est bien d'incister sur la diversité culturelle du pays , la necessité de combattre le racisme . Mais en Mauritanie les opprimés se mefient à juste titre de ce slogan de "lutte contre le discours de haine " qui permet de lutter contre tout changement et garder le statu quo ante . Brave jeunesse de mon pays .Un jeune c'est la conviction et l'engagement .C'est le désintêret et le dynamisme "comme le soleil de 8 à 9 h " disait MAO . Mais une jeunesse qui fait l'apologie du mensonge , qui vante des programmes et des projets creux qui n'ont eu aucun apport. Une jeunesse qui refuse de dire les maux avec les mots qu'il faut est une jeunesse opportuniste qui ne peut être panafricaniste . Le panafricanisme mot creux revenu à la mode par le truchement de politiciens véreux au Sahel , mérite d'être porté par une jeunesse propre et lucide . Pas par une jeunesse qui ne "cherche qu'à remplacer pour s'en donner à coeur et joie"....