09-07-2024 07:45 - CRADPOCIT / Déclaration

CRADPOCIT / Déclaration

Le CRADPOCIT, Collectif des Anciens Détenus Politiques Victimes de la Torture, a appris avec regret la répression sauvage, perpétrée par les Forces de la Gendarmerie à Kaédi, sur de jeunes manifestants qui exprimaient le plus naturellement du monde leur joie suite à la victoire de leur candidat dans les bureaux de vote de leur ville.

Contrairement au discours officiel, ces jeunes n’ont procédé à aucun acte de vandalisme, ne se sont pas attaqués aux forces de l’ordre et n’ont pillé aucun bien ou édifice, qu’il soit public ou privé. Cette répression d’une rare violence a causé la mort d’au moins quatre (04) personnes sous la torture.

Il n’est plus étonnant de savoir que les casernes des forces de l’ordre sont devenues depuis belle lurette des lieux d’extinction de la vie humaine, sans aucune forme d’enquête et de procès.

Le CRADPOCIT s’incline devant la mémoire des victimes et adresse aux familles éplorées ses condoléances les plus émues.

Face à cet énième drame, le CRADPOCIT

- Condamne les autorités civiles et militaires responsables de cet acte odieux

- Invite à faire toute la lumière sur cette répression barbare par la création d’une commission d’enquête transparente et indépendante

- Invite à la poursuite des auteurs reconnus coupables des actes de torture ayant entrainé la mort d’hommes

- Dénonce les menaces exercées à l’encontre des membres de la société civile et des acteurs politiques de l’opposition

- Salue les gestes d’apaisement constatés par la libération des détenus arbitrairement arrêtés.

Fait à Nouakchott, le 09/07/2024

LE BUREAU EXECUTIF





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : CRADPOCIT
Commentaires : 2
Lus : 1845

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • ouldsidialy (H) 09/07/2024 14:56 X

    Quand on arrête des gens en tout légalité et conformité à la loi et qu'ensuite on les reclache sans respect des règlements et procédures, cela donne une impression de similitude entre une parole de l'Etat dont le crédit a été dévalué et une déclaration mensongère provenant d'une autre partie........................................... La décision de relâcher les nationaux par clémence discrétionnaire et de poursuivre les étrangers, viole la loi mauritanienne du principe d'égalité de traitement des étrangers et nationaux pour ce qui est des crimes et délits. Ce principe qui est aussi de droit international, n'a rien d'obligatoirement d'universelle ou immanent mais on ne peut pas à la fois adhérer à des principes et se réclamer de son particularisme comme cela chante, en matière de droit. On choisit ou on a la faiblesse se laisser imposer un référentiel mais on se tient au principe une fois actée. Il y a une obligation de cohérence interne des choix. Les droits de l'hommistes autoproclamés comme les dirigeants africains aiment généralement leur pays, même si c'est différemment. ils devraient ensemble considérer que: 1) Un américain lambda n'a pas beaucoup de temps à perdre à rechercher les faits en Mauritanie ou au Congo. Pour lui un massacre en Afrique, " c'est encore un millier de morts regrettables de plus en Afrique"; voilà tout; A fortiori des arrestations de quelques heures pour atteinte à l'ordre public. ………………………………………………………….Les moralistes africains devaient considérer ce qu'ils ressentent profondément et vraiment face aux centaines de milliers de morts de la guerre en Ukraine avant de juger. 2) Quand la chine aura des ambitions à modeler "la façon de voir le monde" par les africains; un responsable chinois pensera : "un millier de morts en plus ou en moins en Afrique c'est une chose, mais qu'est-ce qu'il est opportun que j'en fasse dans le cas précis"............................. Après cela, liberté aux dirigeants à se faire peur tout seul. Liberté aux droits de l'hommistes d'aller dans tous les sens.Libre à tous, de ne pas voir que le respect aux africains est proportionnelle à la déconsidération qu'ils fabriquent à leur pays; en croyant bien faire.

  • statutderome (H) 09/07/2024 08:41 X

    CRADPOCIT, nous nous associons à la douleur des familles et compensations, que dieu leur accorde le paradis et paix aux âmes. La Mauritanie est devenue depuis l’avènement de Ghazouani, l’Afrique du Sud au Nord du Sahara, les hommes de tenues pratiques la même méthode que faisait les Bohers Sud-Africains contre les noirs, tortures et tueries sans raison, ces gestes ignobles et inadmissibles sont devenus des pratiques courantes de cette police criminelle, cette honte bue par ce corps de protection est devenue monnaie courante avec des remises de grades, qu’ils soient police ou gendarmerie, ce sont des hommes qui commettent des crimes sans suite, comme en Afrique du Sud, les mêmes qui tuent sont les mêmes qui utilisent les plumes pour défendre les criminelles, malheureusement pour Ghazouani, cette victoirette à la violette est entaché de sang comme durant 5 ans tu seras le président avec une équipe de voleurs et de tricheurs entourés de criminelles. Je demande aux mauritaniens de rejeter ce régime de Pither BOTHA, ce régime Sud Africain, ce régime raciste, même en Afrique du Sud cela ne se passe pas comme cela.