03-04-2006 07:09 - Abdel Nasser Ould Othman Sid'Ahmed Yessa: "J'en appelle au Premier Ministre, Sidi Mohamed Ould Boubacar"

Abdel Nasser Ould Othman Sid'Ahmed Yessa:

Abdel Nasser Ould Othman Sid'Ahmed Yessa : C'EST ASSEZ, DONC TROP !





Depuis quelques jours, Monsieur Boïdjel Ould Homoïd et moi croisions l'argument pour, enfin, établir le constat de notre dissentiment indépassable. Désormais, nous n'avons plus rien à nous dire. Lui, défend le Colonel Ould Taya qu'il qualifie d'« ami » ; il juge son bilan positif ; à l'inverse, je m'acharne, depuis tant d'années, afin de parvenir au jugement de l'ex dictateur, de ses tortionnaires et de ses complices, dont
Boidjel Ould Homoïd et la gent semblable ; à ce titre, je me fonde sur les présomptions lourdes de crimes contre l'humanité, crimes écologiques, de disparition et de torture aggravés de motifs racistes, dévastation, déplacement forcé de populations civiles, prévarication caractérisée, trafic d'influence et enrichissement sans cause.



Maintenant que la cause est entendue de part et d'autre, je sollicite l'arbitrage des autorités provisoires.

En effet, il ne se conçoit, raisonnablement, que Boïdjel Ould Homoïd, avec un dédain gorgé de suffisance agressive, demeurât le seul haut responsable à s'assumer réfractaire aux usages de la neutralité. Tous ses collègues ou pairs rongent leur frein, chaque jour ; ils prennent sur eux l'effort de garder silence dans le tumulte de la contradiction; tous s'en tiennent à la discrétion requise par l'impartialité. En vertu de quoi, répété-je,
Boïdjel Ould Homoïd se placerait-il au dessus de la norme ?



Que mon contradicteur consentît de la loyauté à son ancien protecteur Ould Taya ne choquait pas les esprits aptes à l'élévation; l'attitude passerait d'ailleurs pour admirable, dans un pays où le souvenir de la chevalerie a déserté l'échelle des valeurs. Après tout,
Pinochet, Habré, Milosevic, Saddam ont leurs émules pétris de nostalgie ; ils bénéficient, toujours, des suffrages de ceux qu'ils ont sorti de l'anonymat cosmique. De tout temps, la créature docile rend hommage à son artisan, partage sa disgrâce et l'accompagne en enfer, comme, d'éternité, l'on dérive, selon un sens unique, de Charybde en Scylla, sans possibilité de rebours.



A présent, il ne s'agit plus de liberté d'expression ; Boïdjel Ould Homoïd s'affiche, au grand jour, dans les réunions du PRDS-PRDR et participe, sans aucune réserve, à une dispute cybernétique sur un sujet aussi grave et sensible que le décompte des forfaitures sanglantes de Ould Taya ; il prend des positions nettes, discutables et dont l'énoncé choque les sentiments d'une partie de la communauté nationale dont il insulte, ainsi, la dignité, le deuil et les vœux de réparation. Je suis de ceux pour qui le discours de la négationniste relève de l'opinion et ne constitue un délit. Boidel Ould Homoïd détient le droit inaliénable de professer les siennes. Qu'il se libère en conséquence et aille séduire des électeurs. De nombreux mauritaniens voteront le bulletin de l'amnésie. Dans la cité des hypocrites, A ce genre d'article, le chaland ne fait jamais défaut, dans la cité des hypocrites.



Boïdjel Ould Homoïd dirige le projet de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie, au moment où la
Mauritanie s'engage, bon an mal an, sur le chemin sinueux de sa première expérience en démocratie. Il n'est pas un agent subalterne ni le tenancier d'une buvette à l'entrée d'une vague annexe de l'intendance.



Dans un tel contexte, il me paraît inexcusable qu'il soit maintenu à sa fonction. Au nom de la conduite et des principes de neutralité dont se réclame le
Conseil Militaire, ceux-ci devaient être opposables, en toute sévérité, à l'échelon supérieur du personnel d'Etat.



Drôle de transition, tout de même, où les affidés du tyran déchu haussent le ton, donnent du bec et veulent déterminer le périmètre de la bienséance. L'on se demanderait s'il s'est vraiment passé quelque chose de neuf le 3 août 2005. Nous nous excuserions, presque, d'en avoir osé le rêve…



En l'absence d'une mesure de fermeté, le précédent risque d'entretenir des vocations à la tricherie. Il y va du crédit de notre éventuelle insertion dans la civilisation politique qu'est la compétition par le pluralisme.



Boïdjel Ould Homoïd doit choisir entre sa fonction et l'activisme partisan.



J'en appelle au Premier Ministre, Sidi Mohamed Ould Boubacar.








Chronologie du débat*




http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=3518




http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=3523




http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=3545




http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=3550




http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=3554





* Le journal Le Véridique a cru devoir s'inviter dans cette dispute; que Dieu me préserve de répondre à une
Pravda des tropiques!

Commentaires : 0
Lus : 2077

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)