28-12-2009 09:06 - Révélations accablantes sur la Somelec : des implications tout azimut

Révélations accablantes sur la Somelec : des implications tout azimut

La recrudescence de la crise de l’électricité pendant l’été a toujours poussé les citoyens à se poser de nombreuses questions, restées sans réponse sur le rôle de la Somelec et l’incapacité de celle-ci d’accroitre et de développer sa production, pour mieux accompagner l’expansion de la capitale.

Le site Alakhbar révèle l’existence de nouveaux rapports compromettants, de la gestion de la société,, établis par le gouvernement avec d’autres documents officiels qui montrent aujourd’hui les raisons de cette crise pérenne d’électricité en Mauritanie.

Des rapports administratifs révèlent un accroissement considérable des dettes de la Somelec qui dépassent actuellement 8,3 milliards d’Um pour le compte de banques secondaires, auxquelles s’ajoute aussi une perte accrue de l’énergie. La lecture des rapports officiels fait découvrir également d’importants détournements au sein de la société et abordent sa situation fiscale, ainsi que ses relations avec les banques.

Des groupes électrogènes dans les maisons de « grands »

Selon les rapports précités, plusieurs groupes électrogènes d’une valeur estimée à 36 millions d’Um ont été installés par la Somelec dans les villas de hauts responsables de ce pays en 2006.

Il s’agit des maisons de l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, de l’ex Directeur Général de la Sureté Nationale (l’actuel chef d’état-major de l’armée, le Général Mohamed Ould Ghazouini), l’ex chef d’Etat-major de la garde républicaine (le président Mohamed Ould Abdel Aziz), ainsi que du directeur du cabinet du président du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (Cmjd), Mohamed Lemine Ould Dahi. Toutes ces installations ont été faites sans la constitution préalable d’un dossier juridique.

Des intérêts et des manque-à- gagner

Les rapports évoquent aussi l’accumulation des arriérés d’imposition sur la société qui ont atteint au 30 septembre 2007, 1,8 milliards d’Um, alors que les avancements et les indemnités non justifiées au profit de cadres de la société ont été évalués à 279 millions d’Um.

Selon les rapports adressés aux hautes autorités du pays, le montant net perdu est de 261 millions d’Um, partagé entre des intérêts non justifiés et des surfacturations, sinon pour le compte de services faits à des conseillers fictifs et des dépenses de majoration sans justifications au profit de malades à l’étranger, ou pour des abonnements d’appui…

Le gaspillage de l’énergie

Sur la base de ces rapports qui expliquent la situation de la Somelec en 2007, la société est également victime d’un gaspillage considérable de l’énergie, estimé à 21,5%, dont des pertes constatées lors des distributions, des facturations et même pour les cas de recouvrement d’impayés. Les données montrent en effet qu’un taux élevé du recouvrement des factures, dont le seuil minimal ne doit pas dépasser les 80% sont considérablement inférieures à ce seuil. Les rapports abordent également le rôle capital dévolu au gouvernement pour réduire les pertes d’énergie, notamment à travers le règlement des consommations propres de l’administration.

Les prérogatives sur les offres d’appel alourdissent les charges

A propos des appels d’offres signés par la Somelec, le rapport fait remarquer que l’attribution des réformes n’est pas déterminée pour la commission des marchés et de l’exploitation. Le document compromettant pour la société parle de violations des procédures et de grands détournements, en plus d’abus flagrants de compétences, ainsi que des cas de pratiques illégales pour légitimer les marchés publics.

Le rapport évoque par ailleurs plusieurs offres d’appels octroyés par complaisance à un établissement non enregistré auprès de la Direction générale des impôts en Mauritanie.

Sur la base des études faites sur les dépenses de la Somelec, le document récapitule un ensemble d’irrégularités dans la gestion de la société dont des taux d’intérêts exorbitants que les banques lui imposent, en plus du détournement de certains employés de l’entreprise de ses équipements techniques, en particulier les groupes électrogènes.

Une grande partie des pertes d’énergie sont dues essentiellement à des détournements qui se traduisent par des différences énormes et flagrantes sur les quantités d’énergie distribuées et celles qui ont été fournies (voir tableau)

Tableau récapitulatif de l’énergie perdue en Kw
Centre       Q distribuée             Q facturée       Q perdue           taux

T Zeine     58.233.172            45.314.347        12.918.825         22,18% Capitale    10.671.687             8.788.396          1.883.291          17,65%
Sebkha     16.087.891            12.144.563         3.943.328           24,51%
El Mina      40.468.303            35.040.841          5.427.462          13,41%
Arafat         9.732.670              6.755.672          2.976.998           30,59%
Ksar           22.891.157          17.845.114           5.046.043          22,04%
Teyarett     13.396.455           10.830.388          2.566.067         19,15%
Toujounine 23.887.359           19.051.104         4.836.255          20,25%
Riadh         11.405.890             6.168.669          5.237.221         45,92%
Ndb            40.273.839           31.902.373           8.371.466        20,79%
L’intérieur  31.428.234            24.755.041          6.673.193         21,23%
Total   278.476.657               218.596.508         59.880.152         21,50%

Les compteurs font la différence


La Somelec souffre de la perte de 59.880.152 Kw (selon les données commerciales), ce qui avoisine 21,5% de sa production et accroit le déficit qui apparait souvent sous forme de coupures courantes d’électricité. Pour ce qui est de la direction technique de la société, celle-ci parle d’énergie perdue estimée à 92.699.691 Kw, ce qui représente une différence de l’ordre d’un tiers.

Suivant les interprétations faites par des parties au sein du gouvernement, l’anomalie dans le volume des quantités produites s’explique par l’existence de plusieurs stations de distribution ne disposant pas de compteurs (15 sur 306), mais aussi l’utilisation de compteurs qui ne répondent pas aux normes. Selon les données commerciales et techniques, la capitale Nouakchott vient en tête des régions où les pertes de courant sont fréquentes et énormes, suivie de Nouadhibou puis des régions de l’intérieur du pays.

Le document retrace en plus de ce qui précède, les conséquences de la perte d’énergie qui se traduit par une régression des recettes, qui engendre à son tour des difficultés financières et des blocages de l’investissement, en plus de la dégradation des prestations fournies aux abonnés. Tout cela s’accompagne de l’argumentaire administratif qui prétexte cette mauvaise gestion par la vétusté du réseau électrique de l’Etat et par la négligence notoire auprès des employés de la société, mais aussi chez les consommateurs dont certains se spécialisent dans les fraudes du courant, parfois par complicité avec les propriétaires des niches.

Face à cette gabegie de grande envergure, le rapport recommande immédiatement la lutte contre les détournements, les arriérés et la motivation des employés, surtout pour les non permanents, pour éviter qu’ils ne recourent à la corruption,. En plus de la prise en considération de la situation de la Somelec par le gouvernement, en tant que société stratégique.

Selon le rapport, 20% de ceux dont la consommation en électricité est supportée par le budget de l’Etat ont perdu leurs fonctions sur la base desquelles la consommation a été prise en charge. Certains ont même modifié l’adresse de leur lieu d’habitation, objet de la prise en charge. Ce qui revient à dire que l’Etat prend en charge encore la consommation de personnes qui n’en ont pas le droit, pour la simple raison qu’ils résident à des adresses d’anciens responsables.

En plus de tout ce tableau noir de la Somelec, le retard de paiement alourdit les charges de l’Etat car les dettes de la société sur les secteurs publics et parapublics sont estimées à 3 milliards d’Um.

Demain, on reviendra sur les autres points saillants du rapport sur la Somelec, notamment le tableau récapitulatif des dettes publiques impayées jusqu’à cette date, dont sont redevables des partenaires fictifs dont des hommes d’affaires célèbres, les emprunts pris à tort et à travers ; le cas de malades non soignés et des annonces non publiées pour ne citer que ces aspects. (À suivre)

Commentaires : 3
Lus : 2554

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • echweina (F) 28/12/2009 20:47 X

    Someya, le pire est que les pauvres gens comme vous et moi qui avions des compteurs non falsifiés, qui payons régulièrement nos factures et à temps, étions les boucs émissaires.
    Avec une maison de moins de 200m² un frigo, 2 téléviseurs et 2 ampoules économiques qui restaient allumées pour raison de sécurité et sans aucun outil électroménager mais plutot un fer au charbon de bois (eh oui!!), je payais chaque 2 mois une facture qui grossissait chaque fois de plus en plus et cela malgré mes efforts encore et encore qui ont fait que j\'en suis arrivée à 1 télé, 1 ampoule pour la nuit.
    Voyez de vous meme 80.000UM en juillet 2007 j\'en suis arrivée à 180.000UM en juillet 2009!. Et le malheure est que je devais payer, un point c\'est tout. Y\'avait pas d\'association de consommation, pas de moyens de se défendre sinon que ce sont les taxes qui conditionnent ma facture et cela parce que j\'ai eu le malheur de loger dans un quartier résidentiel où pourtant mes voisins qui ont une consommation plus que flagrante paient parfois moins que moi!
    LA SOMELEC DOIT ETRE REVUE, UN AUDIT DOIT ETRE COMMANDITE ET LES COUPABLES DE CETTE SITUATION JUGES, CONDAMNES ET PRESENTES AU PUBLIC. A UN MOMENT LE CITOYEN HONETE NE TRAVAILLAIT PLUS QUE POUR LA SOMELEC AVEC LA PEUR AU VENTRE EN PLUS.

  • someya (H) 28/12/2009 14:39 X

    Nous souhaitons que les responsables de ces crimes économiques apparaissent devant la justice, surtout les directeurs généraux, les directeurs départementaux, les directeurs techniques, les responsables(s\'ils existent) administratifs, les chefs services, les directeurs des centrales électriques, les responsables des marchés, les directeurs des stocks, les directeurs commerciaux, les responsables de facturation, les releveurs et même les agents d\'acuiels dans les centres. Là aussi je me demande comment une société comme SOMELEC emploie des journaliers releveurs et électriciens très mal payés et elle dit que tout est honnête?. Pourque cette sociéte marche sur ses pieds, il faut vraiment prendre une balaie et faire le menage et mettre le collectes devant la justice. J\'en suis sûr que tout ce monde vont sortir chacun moins un membre ou deux si on applique la chaaria/

  • someya (H) 28/12/2009 14:38 X

    Nous souhaitons que les responsables de ces crimes économiques apparaissent devant la justice, surtout les directeurs généraux, les directeurs départementaux, les directeurs techniques, les responsables(s\'ils existent) administratifs, les chefs services, les directeurs des centrales électriques, les responsables des marchés, les directeurs des stocks, les directeurs commerciaux, les responsables de facturation, les releveurs et même les agents d\'acuiels dans les centres.
    Là aussi je me demande comment une société comme SOMELEC emploie des journaliers releveurs et électriciens très mal payés et elle dit que tout est honnête?.
    Pourque cette sociéte marche sur ses pieds, il faut vraiment prendre une balaie et faire le menage et mettre le collectes devant la justice. J\'en suis sûr que tout ce monde vont sortir chacun moins un membre ou deux si on applique la chaaria/