14-01-2012 16:45 - Que cherche Aqmi avec son communiqué du 12 janvier? (Analyse).

Que cherche Aqmi avec son communiqué du 12 janvier? (Analyse).

Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a fait diffuser le 12 janvier un communiqué sous le titre: "Avertissement urgent", dans lequel elle dit avoir appris de ses «sources fiables» l’imminence d’une opération internationale menée par le «front des coalisés» en vue de libérer les otages qu’elle détient, 6 français un suédois, un néerlandais et un anglais.

Aqmi a menacé de les tuer si une telle opération est lancée et appelé à une solution «pacifique et juste», demandant aux familles de faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils retirent leur soutien à cette opération ; et à la presse, de braquer ses feux sur cette «aventure politique» menée des gouvernements qui «font peu de cas du sang de leurs ressortissants».

Les «sources» d’Aqmi généralement bien informées sont d’une relative efficacité qui a déjà permis à cette organisation de neutraliser des agents spéciaux lancés à ses trousses et récemment de cueillir des otages dans des chambres d’hôtel.

Elles ont vraisemblablement senti des préparatifs sur le terrain accréditant l’éventualité d’une opération semblable à celles menées pour libérer Germaneau et les jeunes enlevés en janvier 2011 à Niamey. L’objectif du communiqué serait donc de retarder sinon d’empêcher une telle opération, en ébruitant ses préparatifs.

Il s’agit de dire à ses organisateurs -qui ne sont pas forcement français-, qu’ils ne peuvent plus compter sur l’effet surprise. Et que l’organisation à encore le temps de compter sur son extrême mobilité et sur sa stratégie de dissémination des otages sur de vastes zones : Boukahil (Algérie), Ténéré (Niger) et Tigharghar (Mali).

Ce qui fera, qu’il sera nécessaire de mener plusieurs opérations concomitantes et non pas une seule. Et en insistant sur la menace qui pèse sur la vie des otages, plus que sur le risque de perdre l’argent et l’intérêt qu’ils représentent, et en faisant appel aux familles et aux médias, Aqmi exerce le chantage maintes fois utilisé.

La mort éventuelle des otages ne serait donc pas imputable aux ravisseurs, mais aux gouvernements présentés comme insensibles aux revendications et à leurs otages ou en quête d’actions d’éclats, pouvant leur donner des coups de pouce en matière de politique intérieure. Bien que l’option militaire pour libérer les otages ait démontré ses limites depuis 2003, elle semble pour plusieurs raisons être sérieusement envisagée sur le terrain.

D’abord parce que les moyens pacifiques (paiement de rançons et libération de jihadistes) permettent, c’est vrai, de libérer des otages de fait, mais ne prémunissent pas de nouvelles prises d’otages. Ensuite, à cause du plafond fixé dans les revendications d’Aqmi : Evacuation de l’Afghanistan, libération de jihadistes détenus en France, en Mauritanie, au Mali et en Algérie et paiement de fortes rançons.

Enfin, pour des raisons politiques propres aux pays concernés par les otages et les conditions exigées pour leur libération lesquels n’en peuvent plus d’ouvrir continuellement des dossiers d’otages, pour en ouvrir d’autres Toutes ces considérations font qu’il y a présentement un bocage dans les négociations.

«Sarkozy et ATT sont sur le point de partir, les otages ne les intéressent vraiment plus » nous a dit une source en relation avec le dossier chez lequel l’honnêteté n’est pas –hélas- une qualité première. L’affaire Chafi nous en a donné une preuve supplémentaire. Mais ça c’est une autre histoire.

La rupture du fil de la médiation entamée par des notables et sécuritaires maliens, suivie par une efficace équipe Burkinabé et relancée par un ex-officier français travaillant pour le compte d’Areva qui a eu des déboires avec les Maliens qui ne voulaient pas être doublés, fait penser que la confrontation est de plus en plus privilégiée à la négociation.

Sur le terrain, les observateurs notent un mouvement assez inhabituel des aéronefs des forces spéciales françaises notamment à l’aéroport de Menaka (Mali). A cela s’ajoute le déploiement exceptionnel de l’armée malienne dans l’axe Tinzouaten- Gao-Tombouctou ainsi que la présence de militaires algériens aperçus pour la première fois au Nord-Mali en dehors de leurs frontières probablement dans le cadre des activités de l’état major conjoint de Tamanrasset créé il y a deux ans pour lutter contre Aqmi et qui n’a mené depuis lors aucune opération.

Mais au delà de l’intention prêtée au «front des coalisés» ou aux militaires à Tamanrasset de faire pression sur les ravisseurs ou de libérer les otages par la force, il convient de se demander si une telle option préservera leur vie ou si au contraire, elle les sacrifiera.

Isselmou Ould Moustapha

Commentaires : 0
Lus : 1447

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)