26-10-2014 08:45 - Note d’information d’alerte du Président Biram DAH ABEID à l’endroit de la communauté nationale et internationale

Note d’information d’alerte du Président Biram DAH ABEID  à l’endroit de la communauté nationale et internationale

IRA-Mauritanie - I. Le contexte

Vendredi, 24 octobre 2014, l'Imam de la grande mosquée de Nouakchott, consacrait son homélie, devant les fidèles, à l'appel au meurtre contre le président d'IRA, Biram Dah ABEID, prix de l'ONU pour la cause des droits de l'Homme en 2013 et prisonnier d'opinion récurrent, à cause de son combat contre l'esclavage et le racisme en Mauritanie.

L'Imam Ahmedou Ould Lemrabott Ould Habibourahman est un grand propriétaire d'esclaves et de domaines terriens ou triment des dizaines de familles esclaves au sud de Nouakchott, précisément à Ammara et Houbeira dans l'arrondissement de Lexeiba 2, département de R'Kiz, région du Trarza. Il est aussi le mufti attitré et officiel de la République Islamique de Mauritanie ; promoteur et dépositaire de la Chaaria esclavagiste, l’imam est aussi un défenseur zélé des codes négriers qu’IRA-Mauritanie avait brûlés, de manière volontaire et symbolique, le 27 avril 2012 à Nouakchott.

Ould Habirahman promeut et prétend contrôler la vie des gens dans le sens de la restriction et du fanatisme ; ses thèses obscurantistes, sa misogynie, sa xénophobie notoire, son racisme déguisé sous des dehors de puritanisme et sa loyauté à la dictature militaire le désignent à quelque outrage. Le susdit, s’est toujours dressé aux côtés du fort contre le faible, sans jamais oublier de se servir de son crédit acquis au nom de Dieu, pour s’enrichir à proximité du tyran.

Lors de l’évènement d’avril 2012, le « grand mufti des terres mauritaniennes » comme l’appelle la presse officielle, produisait une fatwa excommuniant, de l’Islam, Biram Dah Abeid et les militants abolitionnistes; selon lui, la loi de Dieu ordonne la mise à mort de ces personnes coupables de remettre en cause, de manière aussi osée, un pilier de la religion qu’est l’esclavage ; notre mufti joignait alors l’acte à la parole et organisait une procession de la haine, dans les rues de Nouakchott, avec quelques centaines de ses disciples, depuis sa mosquée jusqu’aux grilles du Palais présidentiel.

Les marcheurs réclamaient, par des slogans et des pancartes, la peine de mort contre le leader et des membres d’IRA-Mauritanie. Le chef de l’Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz les accueillait, par la promesse publique d’appliquer la peine capitale à Biram Dah Abeid et à ses compagnons.

Or, après plusieurs mois d’incarcération, les détenus sont acquittés par la justice. Beaucoup d’hommes politiques et de notabilités arabo-berbères – toutes tendances confondues - mais surtout des soi-disant « érudits », comme le Mufti Imam de la grande mosquée de Nouakchott, continuent à rappeler, au chef de l’Etat Mauritanien, sa résolution non tenue.

Prêches et communiqués pressent l’Etat et les citoyens de tuer les « impies » membres d’IRA et leur dirigeant ; dès qu’IRA ou Biram Dah Abeid, remporte une bataille contre le système esclavagiste et raciste mauritanien, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, la ligue de l’extrême droite conservatrice se réveille, resserre les rangs et tente de susciter des vocations au meurtre terroriste.

II. L’étincelle

En effet, le jeudi 23 octobre 2014, Biram Dah Abeid animait, à Nouakchott, une conférence de presse au cours de laquelle il diffusait une déclaration par les élus et associations citoyennes, de la ville de Chicago (USA), contre la persistance de l’esclavage en Mauritanie et la duplicité des autorités qui édictent ou ratifient des instruments protecteurs de la dignité et de la liberté mais persécutent, pourtant, les organisations et militants abolitionnistes.

En guise de réplique à l’appel de la ville de Chicago pour davantage de sévérité de la part de la communauté internationale contre l’impunité du crime raciste en Mauritanie, le mufti Ould Habibourahaman orienta son prône de ce vendredi 24 octobre contre IRA-Mauritanie et Biram Dah Abeid ; il les qualifia d’impies et d’apostats, de juifs à la solde du sionisme, d’ennemis de l’Islam et des musulmans et les accusa de vouloir mener le pays à l’implosion.

Il appela - l’Etat Mauritanien et le Président de la république Mohamed Ould Abdel Aziz - à défendre l’Islam contre ses ennemis ; Ould Habibourahman réclame, des pouvoirs publics, une politique de coercition contre IRA et ses membres, qu’il décrit comme la cinquième colonne du judaïsme et de l’impiété en Mauritanie.

Parmi les fidèles dans la mosquée, Brahim Ould Jiddou, imam et grand militant au sein d’IRA-Mauritanie, se dressa, séance tenante, et cria, à la face du Mufti : « tu as menti, c’est toi le monstre, c’est toi l’impie, c’est toi l’esclavagiste, le criminel, point le président ni les membres d’IRA ».

Immédiatement, le mufti ordonna, aux disciples qui l’entourent, tous des arabo-berbères, d’attaquer son contradicteur et de le châtier ; ils se ruent alors sur le militant d’IRA pour le lyncher ; les autres fidèles Hratin s’interposent pour défendre Brahim Ould Jiddou ; s’ensuit d’abord une rixe puis une bataille rangée entre les deux groupes, à l’intérieur la mosquée ; la police intervient en grand nombre, vide l’oratoire et restaure l’ordre.

III. L’enjeu

Plus tard, dans la soirée, des membres de la Direction de la Sureté de l’Etat (Dse), viennent arrêter trois membres d’IRA, à leurs domiciles respectifs, dans la capitale : il s’agit de Brahim Ould Jiddou, auteur de la contradiction au mufti, Alioune Sow, activiste dynamique, courageux et souvent surveillé par les services de sécurité et Saloum Vall, militant d’une instance de base.

Tous sont retenus, depuis le 24 octobre, dans le commissariat de police de Tevragh Zeina à Nouakchott ; ils y subissent des interrogatoires sur les relations d’IRA avec les Ongs et la classe politique afro-américaine, voire de prétendues tentatives d’IRA de mener des actions de désobéissance civile à grande échelle en Mauritanie.

Aujourd’hui encore, 25 octobre 2014, les militants d’IRA qui observent un sit-in pacifique devant le commissariat de police ou sont gardés leurs amis, sont brusquement chargés à coup de bâtons et de bombes à gaz lacrymogènes par la police ; plusieurs personnes sont blessées ou se sont évanouies sous l’effet des gaz ; et deux militants d’IRA ont été en plus arrêtés : il s’agit de Baba Traoré et Yacoub Inalla, ce qui porte à cinq le nombre d’abolitionnistes arrêtés, alors que le mufti fauteurs de troubles et sa milice raciste, restent au dessus de la loi.

- IRA-Mauritanie exhorte tous ses militants et sympathisants, en Mauritanie ou ailleurs, à se mobiliser largement pour soutenir les promoteurs de la liberté d’expression que sont Brahim Ould Jiddou et ses codétenus ;

- Nous demandons, aux partenaires stratégiques de la Mauritanie, d’agir, à temps, pour prévenir la violence intercommunautaire ou le basculement du pays aux mains des partisans du fanatisme religieux, du racisme primaire ou de l’intolérance ; la protection et la défense des noirs de Mauritanie constituent le rempart le plus solide à la bokoharamisation, déjà très avancée, de la société et de l’Etat;

- Nous exigeons, des autorités mauritaniennes, le devoir de sévir contre les orateurs de l’ordure qui exposent les mosquées à la sédition, par leurs discours de haine et d’incitation à tuer les défenseurs des droits fondamentaux de la personne.

De tels incidents relèvent des indices de la dissémination, dans notre sous-région, du modèle de Bokoharam et de l’Etat islamique qui sème la désolation et la barbarie au Moyen Orient et étend son influence en Afrique. Ould Habibourahman et ses disciples sont de la légion des précurseurs de ce modèle , sur le territoire de la Mauritanie.

Le 25 octobre 2014

Biram Dah ABEID

Dakar, République du Sénégal

Biram Dah ABEID

Président de l'Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste

(IRA-Mauritanie) President of the anti-slavery NGO IRA - Mauritania

Prix de l'ONU pour la cause des droits de l'homme, 2013

United Nations Human Rights Prize, 2013

Prix Front Line Defenders pour défenseurs des droits de l'homme en danger, 2013

Front Line Defenders Award, 2013

Prix de la ville de Weimar pour les droits de l'homme, 2011

Human Rights Prize of the city of Weimar, 2011

Tel: 0022 247 57 67 97

0022 232 00 24 25



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : IRA-Mauritanie
Commentaires : 13
Lus : 4315

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (13)

  • grand pere (H) 26/10/2014 23:22 X

    Il ne faut pas confondre les noirs et les haratins ,il n'ya rien de commun a part que les haratins sont noirs aussi c'est tout.Les pb des noirs en Mtnie est autre que le probleme des haratins.Birane n'a qu'à chasser sur son terrain et qu'il nous colle la paix avec ses manieres archaiques et improvisees et impulsifs de faire la politique.

  • bleil (H) 26/10/2014 23:12 X

    Biram & sa milice n'ont pas encore fini de surprendre...Quand on n'a pas de scrupules, ignorant et rustre on se prends pour seigneur! quand il n'y a pas de croissance économique, tous les extrémismes finissent de ramper et remontent à la surface ... ils font tout pour nuire et particulièrement -dans notre cas- au ciment sociétal que constitue l'islam. Mais au lieu de faire l'interressant ou le kangourou (singer...) les militants biramistes peuvent fréquenter d'autres lieux de cultes et coller la paix aux musulmans "esclavagistes" ... A bons entendeurs salut ! Sans rancune aucune pour mécréants!

  • voulani (H) 26/10/2014 19:24 X

    Je souhaite que toutes les questions relatives aux droits humains en Mauritanie soient réglées.

  • marigo33 (H) 26/10/2014 17:24 X

    Tous les prieurs présents quels qu'ils soient se sont interposés entre L'IMAM et ces gens.La verité ne porte atteinte a une cause au contraire.

  • mansour25 (H) 26/10/2014 17:12 X

    Mon frère vendeur non permament de teléphones a NOGgTA SAKHINA m'a donné une version differente de celle communiquée par IRA.C'est a la fin de la priere alors que les gens s'appretaient a sortir que ces gens sont sortis vers l'imam pour lui tenir des propos malveillants surtout tenant compte de son statut et dans une mosquée.Du debut de la prière jusquá sa fin rien d'offensant n'a été dit envers quelqu'un et d'ailleurs cela ne pouvait etre le cas dans une mosqée.Toutefois la presence de ces personnes au meme moment dans la mosquée sent le premedité pour troubler l'ordre public.La loi est claire et ferme.

  • Mohamedene (H) 26/10/2014 16:46 X

    TRINITA, Martin.J.Luther King "rêvais" toi "tu voix", entre le rêve et le voyeurisme, je crois au premier, car un rêve n'est réalité que si on le raconte, alors que le voyeurisme peut s'accompagner de violence comme tu le sous entends. Bon courage pour la suite ....

  • Mohamedene (H) 26/10/2014 16:39 X

    Maurifemmienne, j'adore les gens quand ils sont intelligents et se distinguent dans un débat par leurs propos intelligents, mais là tu es ridicule et tu m'as fait rire. Ce n'est pas parce que à Chicago, il y a de sottes personnes que ça enlève le droit à tout citoyen de cette ville de voir le soleil s'éclairer. Je te rappelle que j'ai des doutes sur la sincérité de la lutte de Biram (il est trop clivant pour les Nations mauritaniennes), mais je n'ai pas plus d'estime pour cet Iman qui n'a rien dit de consistant sauf caresser dans le sens des poils le dos des dirigeants.

  • sraghaa (H) 26/10/2014 13:56 X

    tu as oublié les prix locaux decernés pour BIRAM DAH: -Prix de la falsification. -Prix de l'arrivisme -Prix de la corruption lorsqu'il etait greffier. -Prix du racisme -Prix de "tisfag"lorsqu'il etatit au PRDS; Tout est faux chez ce monsieur.

  • ADONIS08 (H) 26/10/2014 13:28 X

    Cet Imam par cette sortie n'est pas dans son rôle car c'est au gouvernement de répondre et non à l'Imam qui doit rester à équidistance entre les parties. L'Imam fait de la politique et s'il est attaqué dans son rôle de politique, il ne doit pas s'étonner. Ce qui est étonnant lorsque Maouiya avait établi des relations diplomatiques avec Israël cet Imam on l'a jamais entendu critiquer. Le combat de l'IRA est un combat juste même si la méthode est excessive mais l'Imam n'a pas à jouer un rôle politique.

  • farouq (H) 26/10/2014 12:31 X

    Je na sais pas ce que l'imam Habiboulah a exactement dit; mais de toutes les façons, un imam doit toujours à réconcilier les musulmans; et personnellement j'ai toujours cru qu'il était un homme bien, réconciliant. De leur côté Biram et ses militants doivent savoir se contenir et ne pas envenimer cette situation, déjà fragile en Mauritanie; essayons d'être des frères et savoir que cette vie ci-bas n'est qu'éphémère. Que Dieu fasse la paix en Mauritanie

  • Maurifemmienne (F) 26/10/2014 12:12 X

    En tout cas, Chicago comme beaucoup de villes et états américains, doit d'abord dénoncer ses propres pratiques racistes et xénophobes qui n'ont rien à envier à l'esclavage dénoncé en Mauritanie.

  • kangourou (H) 26/10/2014 11:27 X

    Les noirs et surtout les hratines doivent cesser de fréquenter toutes les mosquées dirigées par des imams beidanes, au besoin même changer de religion.

  • TRINITA (H) 26/10/2014 09:39 X

    y a toujours des indices quand la fin d'un carnaval approche . Dommage que Aziz ne comprendra jamais que la menace qui le guette sera toujours orchestrée par les siens. Car plus ils croient inquiéter IRA plus ces gens sont solidement soutenus de l’intérieur et de l’extérieur.Pourquoi mon Dieu ne pas organiser de débats publics sereins entre ces esclavagistes et les anti esclavagistes pour déterminer où se trouvent les ignorants? je vois les soleil des esclavagistes se coucher et la fin imminente d'une dictature.Je vois la liberté des asservis suppléer prendre l'oppresseur en tenaille ...la fin du calvaire des hratins approche car le pouvoir inéluctablement les reviendra avec la volonté qui est la leur et celle de DIEU.