30-10-2014 18:16 - Entre le pouvoir et IRA : Le torchon brûle

Entre le pouvoir et IRA : Le torchon brûle

Le Calame - Rien ne va plus entre le pouvoir et le mouvement abolitionniste IRA-Mauritanie, depuis l'arrestation de trois activistes du mouvement, le vendredi 24 Octobre, suite à une altercation à la mosquée saoudienne.

Les trois militants sont l’érudit Brahim ould Jiddou, Alioune Sow et Salem Vall, pris à parti par d’autres fidèles de la mosquée. Ils ont été incarcérés au commissariat 1 de Tevragh-Zeïna, sur instruction des hautes autorités de l’État.

L’altercation a eu lieu lorsqu’un des militants a récusé le contenu du sermon de l’imam Lemrabott ould Habibou Rahmane. Dans sa khotba, l’imam avait, en effet, indexé ce qu’il appelait des « groupuscules dangereux à la solde d’Israel en vue de s’attaquer à l’islam, s’opposant à certains de ses fondements ».

L’imam de la grande mosquée de Nouakchott est allé plus loin, en appelant au meurtre du président d'IRA, Biram Dah Abeïd, prix de l'ONU pour la cause des droits de l'Homme en 2013 et prisonnier d'opinion récurrent, à cause de son combat contre l'esclavage et le racisme en Mauritanie.

Les militants d’IRA ont alors manifesté leur refus. De leur point de vue, un sermon « anti-islamique » qui accuse, directement ou indirectement, toute une communauté d’apostasie. L’un des contestataires a dit, littéralement : « la prière derrière cet imam n’est pas valable et vous devez la recommencer ». Une dispute s’en est suivie.

Selon IRA, « l'imam Ahmedou ould Lemrabott ould Habibou Rahmane est un grand propriétaire d'esclaves et de domaines terriens où triment des dizaines de familles d’esclaves.

Au sud de Nouakchott, précisément à Ammara et Houbeïra, dans l'arrondissement de Lexeïba 2, département de R'Kiz, région du Trarza. Il est aussi le mufti attitré et officiel de la République Islamique de Mauritanie (RIM).

Promoteur et dépositaire de la Chari’a esclavagiste, l’imam est un défenseur zélé des codes négriers qu’IRA-Mauritanie avait brûlés, de manière volontaire et symbolique, le 27 avril 2012, à Nouakchott

L’étincelle

Il faut situer les propos de l’imam, lors de son prêche de vendredi, dans l’actualité. La veille, Biram Dah Abeid animait, en effet, à Nouakchott, une conférence de presse au cours de laquelle il diffusait une déclaration des élus et associations citoyennes de Chicago (USA), contre la persistance de l’esclavage en Mauritanie et la duplicité des autorités qui édictent ou ratifient des instruments protecteurs de la dignité et de la liberté mais persécutent, a contrario, les organisations et militants abolitionnistes.

C’est bel et bien en guise de réplique à l’Appel de Chicago exigeant plus de sévérité, de la part de la Communauté internationale, contre l’impunité du crime raciste en Mauritanie, que le mufti Ould Habibou Rahmane a orienté son prêche du vendredi 24 octobre contre IRA-Mauritanie et Biram Dah Abeïd, les qualifiant « d’impies et d’apostats, à la solde du sionisme, d’ennemis de l’islam et des musulmans », et les accusa de vouloir « mener le pays à l’implosion ».

Appelant l’Etat mauritanien et le président de la République à « défendre l’islam contre ses ennemis », Ould Habibou Rahmane réclame une politique de coercition contre IRA et ses membres, qu’il décrit comme « la cinquième colonne du judaïsme et de l’impiété en Mauritanie ».

Parmi les fidèles dans la mosquée, Brahim ould Jiddou, imam et grand militant d’IRA-Mauritanie, se dresse, séance tenante, et crie, à la face du mufti : « Tu as menti, c’est toi le monstre, c’est toi l’impie, c’est toi l’esclavagiste, le criminel, point le président ni les membres d’IRA ! ».

Des hommes se ruent sur le militant d’IRA pour le lyncher, les fidèles haratines s’interposent pour défendre Brahim, rixe puis bataille rangée entre les deux groupes, à l’intérieur même de la mosquée. La police intervient en grand nombre, vide l’oratoire et restaure l’ordre.

Plus tard dans la soirée, des membres de la Direction de la Sureté de l’Etat (DSE) viennent arrêter trois membres d’IRA, à leur domicile respectif : Brahim ould Jiddou, auteur de la contradiction au mufti, Alioune Sow, activiste souvent surveillé par les services de sécurité et Saloum Vall, militant d’une instance de base.

Retenus au commissariat de police de Tevragh Zeïna, ils y subissent des interrogatoires sur les relations d’IRA avec les ONG et la classe politique afro-américaine, voire de prétendues tentatives d’IRA de mener des actions de désobéissance civile à grande échelle en Mauritanie.

Samedi 25 octobre 2014, les militants d’IRA qui observent un sit-in pacifique, devant le commissariat de police où sont gardés leurs amis, sont brusquement chargés par la police, à coups de bâtons et de bombes lacrymogènes.

Plusieurs personnes sont blessées ou s’évanouissent sous l’effet des gaz ; deux nouveaux militants d’IRA sont arrêtés : Baba Traoré et Yacoub Inalla. Ce qui porte à cinq le nombre d’abolitionnistes incarcérés.

IRA-Mauritanie exhorte tous ses militants et sympathisants, en Mauritanie ou ailleurs, à se mobiliser largement, pour soutenir les promoteurs de la liberté d’expression que sont Brahim ould Jiddou et ses codétenus.

« Nous demandons, aux partenaires stratégiques de la Mauritanie, d’agir à temps, pour prévenir la violence intercommunautaire ou le basculement du pays aux mains des partisans du fanatisme religieux, du racisme primaire ou de l’intolérance.

La protection et la défense des noirs de Mauritanie constituent le rempart le plus solide à la bokoharamisation, déjà très avancée, de la société et de l’Etat »
, indique le communiqué.

« Nous exigeons, des autorités mauritaniennes, d’assumer leur devoir de sévir contre les orateurs de l’ordure qui exposent les mosquées à la sédition, par leurs discours de haine et d’incitation à tuer les défenseurs des droits fondamentaux de la personne ».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 2908

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • Bounana (H) 31/10/2014 01:18 X

    Sambalabbo, c quoi une honte internationale? Le ridicule ne tue pas, tout court. Les ignorants ne font même pas la part des choses. Le dénigrement de l'Imam Moufti de la RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE et l'incinération des livres de fiqh de l'Imam malick ne peuvent être le fait d'un bon musulman. Savez-vous que ces livres renferment des milliers de versets et de hadiths ? Les infidèles ne doivent pas toucher un livre contenant des versets du Coran. Repentez vous avant que ALLAH ne vous écrit parmi les damnés. Le jeu n'en veut pas la chandelle. Iblis n'ira pas seul en enfer.

  • Sambalabbo (H) 31/10/2014 00:42 X

    pauvre Bounana tu ne connais même pas l'histoire de ton pays.Dire que la mauritanie a 95% de maures est une honte internationale.J'oubliais que le ridicule ne tue pas les ignorants.Ce sont les maures qui ne rprésentent que 5% et doivent rejoindre les bernéres

  • abraham (H) 30/10/2014 22:39 X

    Cet imam est non seulement esclavagiste mais aussi complice actif des meurtriers des événements de 1989: Je l'ai entendu dire dans son prône de la fête de FITR que tuer les "ces gens" était légitime en se basant sur des versets du coran "akhroujoume hayzou kharojou koum aktoulou houm....." Donc cela ne m'étonne pas que ces gens continuent à emmètre des fatwas de mort contre BIRAM. Pour eux le bon nègre est soit esclave,soumis,mort ou réfugié loin du pays.

  • mansour25 (H) 30/10/2014 21:49 X

    Mon Dieu c'est un journaliste ou un plagieur.Deshonneur.Il s’appropie et recopie integralement les mensonges subversifs d' IRA en date du 26-10-2014( http://www.cridem.org/C_Info.php?article=662511) sans prendre la peine de les mettre entre guillemets. Quelle honte.Mr Mohamed Vall OULD OUMEIR reprend les choses en main et met ce malhonnête aux intentions malsaines à la porte.Le CALAME est un grand journal.

  • Bounana (H) 30/10/2014 19:30 X

    Le racisme est la seule doctrine et raison d'être d'IRA. Si les noirs Haratines ne sont que les descendants de maliens ou autres pays negro volés par les bidhanes, alors la seule solution c'est de leur donner le choix d'être Mauritaniens ou de rentrer chez eux. La Mauritanie est d'abord le pays des maures. Et n'oubliez pas que nous sommes 95% de la population de ce pays. Les noirs sont sûrement surreprésentés dans le gouvernement et les autres instances du pays.

  • bleil (H) 30/10/2014 19:16 X

    Quand on aime son pays et ses paisibles populations, quand on parle politique on soigne son langage et l’on fait attention à ce qu’on fait en publique … La liberté de culte doit permettre à ceux qui ne se sentent pas musulmans de ne pas fréquenter la mosquée et de faire le singe ailleurs … les imams constituent le ciment national et doivent être respecter en principe par respect à l’Islam … Quant aux pyromanes, rappelez vous que l’on ne récolte que ce qu’on a semé ! Ce déferlement d’agressivité à l’égard de l’islam et de la paix civile chez nous est inadmissible … Si par malheur la situation se dégrade dans ce bled perdu, Biram aurait raison de se la couler douce et de boire son canon à Dakar plutôt que de crever de soif à Oualata…

  • BelleDuDésert (F) 30/10/2014 18:30 X

    vous êtes à plaindre !