17-10-2021 00:30 - Etude de Cas : Concertation nationale/Massaoud Ould Boulkheir, crise de nerfs ou crise de folie ?

Etude de Cas : Concertation nationale/Massaoud Ould Boulkheir, crise de nerfs ou crise de folie ?

Chighali Mohamed - « D’abord, sur certaines terminologies nous ne sommes pas d’accord. Moi, je n’ai j’ai jamais parlé de « réconciliation » nationale. Mais je parle « d’unité » nationale. Et à mon avis il y’a une différence.»

Voici la précision apportée par le chef de l’Etat Ould Ghazouani dans sa réponse à une question que lui avait posée notre confrère Dia Cheikh Tidjiane du quotidien le Rénovateur lors de sa rencontre avec la presse en mars 2020. Fidèle à ses principes, Dia Cheikh Tidjiane journaliste francophone, l’un des plus brillants de ce pays, -il faut le lui reconnaitre-, n’a pas dérogé à ses règles.

Ses questions ont porté évidemment comme il fallait s’y attendre, sur les sujets dominants et d’intérêts qui préoccupent la communauté noire au sens large du terme. C’est à dire aussi bien les harratines que les négro-mauritaniens.

Ces questions posées portaient sur le passif humanitaire, les problèmes des terres de la Vallée et sur l’esclavage. Notre confrère Dia Cheikh Tidjiane, en posant au chef de l’Etat ces questions et pas d’autres, payait une dette morale envers les négros mauritaniens et les harratines qui souhaitaient entendre le président s’exprimer officiellement sur sa « position » par rapport à ces sujets qui reviennent en boucle depuis les années 90, pour le « passif » et les années 70 pour l’esclavage.

Très intelligent, notre confrère Dia Cheikh avait fait un parallèle entre la résolution de ces problèmes et le traitement d’un mal par l’application d’une pommade « analgésique » au lieu de l’administration d’un remède curatif. Le journaliste du Rénovateur avait posé au président la question de savoir si (lui Ghazouani), « ne pouvait pas prendre sur lui le courage de crever l’abcès pour mettre fin à des revendications et des contestations qui ont « toujours été étouffées dans l’œuf ».

Questions, réponses entre un journaliste curieux de savoir (pour les siens et leurs assimilés) et un président qui se veut très clair vis-à-vis des citoyens concernés par ces situations. Donc, un « Jeu de mots » et « jeu de phrases » entre un journaliste qui s’ « arroge » le droit de se porter volontaire pour jouer à la « voix des sans voix » et un chef de l’Etat obligé de réponde à des questions très sensibles.

Le nouveau Larousse des revendications.

« Réconciliation nationale », « vérité et réconciliation », « devoir de mémoire », « pardon », « réparation », ces expressions sont entrées dans notre vocable depuis les expulsions ciblées des négro-mauritaniens en 89 et les pendaisons extrajudiciaires d’Inal. Ces mots, qu’on entend régulièrement désignent des « maux » et deviennent de véritables « terminologies » pour des activistes politiques qui en tirent une popularité et dont ils ont besoin pour s’affirmer comme « leaders ».

Le nouveau lexique négro-harratin et son contenu de « terminologies » de toute manière n’ajoutent rien, ni à la gravité des problèmes qu’ils dénoncent, ni au volume du spectre des problèmes qu’ils posent dans ce pays, problèmes pour lesquels il est bien temps de trouver des solutions définitives.

Sur une vidéo mise en ligne le 16 août 2021, le leader charismatique de la lutte pour l’éradication de l’esclavage Messaoud Ould Boulkheir, président de l’APP, avait fait une sortie très surprenante qui a suscité bien d’interrogations de la part de certaines variantes de l’opposition mais aussi de certains observateurs nationaux et internationaux. Devant la presse et en direct, l’homme que le temps ronge et mine depuis les années 70, qui a tenu tête d’opposant à tous les régimes qui se sont succédés était étonnement « méconnaissable ».

Sa bonne éducation, sa sagesse et sa politesse avaient laissées place à une « violence » verbale qui ne pouvait s’expliquer peut-être que par une exaspération incontrôlable qui avait fait déborder les vases et les canaris.

Que Messaoud Ould Boulkheir demande au président de démissionner s’il n’est pas capable de respecter les « engagements » pris lors de sa campagne, ce n’est pas un crime. Ce sont des paroles politiques exprimées pour lesquelles il a peut-être ses raisons. Certains, proches du pouvoir considèrent que la déclaration de Ould Boulkheir était très « osée ». Pour d’autres c’était plutôt une « provocation » dévoilée qui brulait tous les feux rouges d’un sens interdit.

Pourtant ce n’était pas le cas. La réaction de Messaoud est simplement une autre preuve de sa sagesse et de son honnêteté. L’honnêteté d’un Homme auquel aucune autre personne qu’elle soit poular, soninké, wolof, hartanie où arabo-berbère ne peut se comparer dans sa volonté sincère et réelle de lutter pour une Mauritanie de justice, d’équité et de liberté. Et c’est vrai. Messaoud Ould Boulkheir et Mohamed Ould Maouloud sont les seuls leaders politiques de ce pays auxquels personne ne peut faire baisser les yeux.

Messaoud Ould Boulkheir a peut-être raison donc de suggérer à Ould Ghazouani de démissionner s’il se sent incapable de diriger le pays. Que cette incapacité soit entrainée par des motifs personnels, par des incompétences ou qu’elle soit entrainée par des pressions politiques intérieures incontournables, ce n’est pas l’affaire des citoyens. Il doit démissionner s’il se trouve dans l’incapacité de diriger. Messaoud ce jour-là avait simplement dit à haute voix ce que d’autres disent « terrés ».

Mais ce qui est incompréhensible, intolérable et inacceptable pour Massaoud Ould Boulkheir un homme respectueux des autres, très bien éduqué, sage et d’un tempérament généralement très apaisé, c’est cette colère « dégoupillée ». C’est pourquoi, il faut mesurer cette colère car Messaoud Ould Boulkheir n’est pas n’importe qui. Messaoud est une très grande valeur morale et sociale qui a toujours servie de perche « d’équilibriste » pour les régimes de ce pays. Donc c’est une réaction à prendre au sérieux et dont il faut mesurer la profondeur. Maintenant qu’il ait comparé le président à un animal, pour ces propos déplacés et impardonnables, Massaoud Ould Boulkheir s’est « rabaissé ». Vraiment rabaissé en utilisant une expression qui collerait bien plus au profil d’une personne mal éduquée, ou élevée dans un environnement de délinquance ce qui n’est pas son cas. Messaoud est un homme qui s’est toujours montré depuis sa tendre enfance comme un exemple de sagesse respectable et respecté.

Pour avoir manqué de respect le président par de tels propos, le sage, le timonier de la culture sociale et de bonnes mœurs Massaoud doit à mon avis demander publiquement pardon à tous les mauritaniens parce qu’il a été très offensant à l’égard de chacun de nous. Ould El Ghazouani est après tout notre président à nous tous et ces propos très abjects sont déplacés.

Dans une sortie médiatique, la réaction du porte-parole du Gouvernement, Moktar Ould Dahi très fin politicien ne s’est pas fait attendre. En rappelant la place qu’occupe Massaoud Ould Boulkheir dans le cœur de tous les mauritaniens, il s’est déclaré très surpris par les propos tenus par un homme que le gouvernement mauritanien élève au-dessus de toutes les mêlées politiques. Et le porte-parole du gouvernement avait bien raison.

Explosion de colère ou grondement d’un volcan qui annonce une éruption ?

En tous cas, il est difficile pour bon nombre d’entre nous de croire que l’explosion de colère de Messaoud a été provoquée par l’emploi par le président de la république du mot « concertation ». Par rapport à l’usage de ce mot, le président Ghazouani a toujours été cohérent dans ses propos.

Ni au cours de la campagne électorale, ni dans l’un de ses discours, ni dans l’une de ses conférences de presses nationales ou internationales, Ould Ghazouani n’a jamais, -à aucun moment-, employé le mot « réconciliation ». Ni, en répondant à notre confrère Dia Cheikh Tidjiane en mars 2020, ni en répondant aux deux journalistes français Marc PERELMAN et Christophe BOISBOUVIER le 31 juillet 2021 dans leur interview dévaluée par des questions nulles.

Parce que le mot « réconciliation » est étymologiquement plus significatif pour parler d’une situation de guerre ou de conflit, que « concertation » qui désigne un échange d’idées dont le but peut contribuer à aboutir à un conciliabule ou une vision rapprochée. Messaoud Ould Boulkheir, autodidacte, renvoyé de l’école à la 6 ème année du primaire à cause de ses engagements politiques de lutte pour l’éradication de l’esclavage, est pourtant aujourd’hui l’un des mauritaniens qui maitrisent le plus et le mieux la langue de Molière. Il sait donc parfaitement bien que le président Ould Ghazouani a raison de faire et de toujours refaire cette précision pour éviter un amalgame dans la compréhension par certains du sens de la « concertation » qu’il propose aux mauritaniens sans exclusive.

Ould Ghazouani est un chef d’état, il ne peut pas utiliser les mêmes vocables que des refugiés sous dépendance de la critique déplacée emploient comme terminologies destinées à une consommation extérieure. Et si même, pour aller plus loin, on fait recours à l’arbitrage du Larousse, Ould Ghazouani a raison sur tous les plans. Aussi bien sur le plan linguistique que politique.

Le courant entre Ghazouani et Messaoud Ould Boulkheir connait-il des coupures intempestives ?

A la veille des élections de 2019, Ould Ghazouani pourtant au sommet de sa puissance et de sa gloire avait besoin de soutiens des poids lourds politiques. Il s’était rendu à plusieurs reprises au domicile de Ould Boulkheir pour solliciter son soutien. A chaque visite qu’il rendait au guide spirituel de la Mouvance Harratine, l’actuel président savait qu’il n’était pas seulement en face d’un leader politique âgé, mais aussi en face d’un homme sage, respectable et respecté. Ould Ghazouani en signe de respect et de considération comme le veut la tradition écoutait toujours Ould Boulkheir la tête baissée. Messaoud l’avait dit lui-même.

Dans le discours qu’il avait prononcé le 7 janvier 2020 en langue arabe très bien maitrisée lors de son investiture à la présidence du Conseil Economique et Social, Massaoud Ould Boulkheir, avait salué je le cite « la politique de concertation et d’écoute de tous les fils du pays suivie par le président de la république, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani depuis son accession au pouvoir ».

Comment expliquer donc cette explosion de colère et cette sortie verbale « maladroites » du leader politique de l’APP lors de la conférence des partis politiques de l’opposition ? Comment expliquer qu’un leader politique de l’envergure de Messaoud se soit laissé influencer par des « allégations » au lieu de chercher à s’assurer de lui-même de la réelle intention du président, en demandant simplement son audience, sachant parfaitement que jamais la porte du palais de Ould Ghazouani ne sera fermée devant lui ?

On peut bien maintenant se demander aussi pourquoi donc en août 2021, Messaoud Ould Boulkheir, profitant de son explosion avait soulevé le problème des négro-mauritaniens en employant des slogans politiques qui « n’étiquetaient » d’habitude que les accusations portées contre le pays par des extrémistes lorsqu’ils crient dans des mégaphones devant des édifice publiques en Europe ou aux Etats-Unis?.

Et pourquoi ce coup de poing sur la table accompagné d’une « insolence verbale » du Symbole de la lutte pour la criminalisation de l’esclavage qui, par sa détermination unimuable avait extenué Ould Daddah, plié en deux Ould Haidalla, amené à la raison Sidi Ould Cheikh Abdallah et mis à genoux Ould Abdel Aziz ?

Crise de nerfs, crise de folie, dérapage politique ou extrême exaspération du vieux timonier pour les siens, pour les poulars, les soninkés, les wolofs, les forgerons, les griots, les z’naagas ? Ce qui est sure, c’est que Messaoud Ould Boulkheir qui faisait notre fierté nous tous s’est considérablement rabaissé, en recyclant des mots plutôt couramment employés par Kaw Elimane Bilbassi Touré (mauritanien à nationalités variables), Sy Mamadou (le mauritanien de race hybride), Ould M’Kheitir (père) ancien préfet qui s’est « autoproclamé » leader des forgerons, Ould Abdel Wedoud (cet accroc du mensonge et de l’insolence réfugié au Canada), ou Ould K’mach cet aliéné et malade mental qui confond la cabine d’un poids lourd et un centre psychiatrique.

Si Ould Boulkheir, comme il le dit lui-même ne veut pas de « concertation » mais plutôt de « dialogue », il doit bien expliquer pourquoi le choix du dernier mot plutôt que le premier. En insistant pour employer le mot « concertation » au lieu de « dialogue » Ould Ghazouani sait ce qu’il dit et pourquoi il le dit. Parce que dans l’esprit de certains extrémistes mauritaniens « dialogue » signifie « négociations ». C’est justement pour éviter le piège dans lequel les activistes veulent le faire tomber que Ould Ghazouani emploie un mot et pas l’autre. Ce qui n’altèrera pas l’importance de la concertation qu’il propose.

Nous devons tous avoir à l’esprit, par honnêteté morale et intellectuelle que, par exemple, les séquelles des « passifs » (harratine et négro-mauritanien) ne résultent pas des agissements de l’actuel régime. C’est un héritage constitué de cumuls d’injustices et de discriminations laissés par des dirigeants qui avaient mis du désordre dans tout et partout et qui sont partis. L’un à Doha au Qatar, l’autre en prison à Tevragh-Zeina à seulement 150 mètres d’un domaine public qu’il avait acquit illégalement.

Il n’est donc pas juste de demander à Ould Ghazouani, de répondre des agissements de Maaouiya et de Mohamed Ould Abel Aziz. Ce qu’il peut faire, qu’il a l’intention de faire et qu’il a commencé à faire d’ailleurs depuis qu’il est entré au palais « en ruines » politique et économique, c’est de rencontrer les leaders politiques, ce qu’il a fait. De prendre en compte leurs avis ce qu’il a fait. Et enfin, de créer un environnement favorable à des concertations qui peuvent être les socles du règlement définitif de certaines questions qui enveniment le climat politique, judiciaire, humanitaire et social de notre pays.

Maintenant reste aux mauritaniens de se retrouver en bonne intelligence, mais autour de l’essentiel. C’est-à-dire des problèmes réels qui se posentet reconnus comme tels. D’en faire un état des lieux qui pourrait servir de feuille de route pour une concertation apaisée, consensuelle et d’un intérêt national qui aboutirait aux solutions proposées.

C’est pourquoi, je dis en prenant sur moi la responsabilité de ce que je dis, qu’on ne peut pas comprendre vraiment la réaction injustifiée, déplacée et surprenante de Messaoud Ould Boulkheir. On peut l’accepter pour des mauritaniens de la diaspora qui vendent par étalage public des critiques injustifiées et malhonnêtes à l’endroit de leur pays et de ses dirigeants pour obtenir le prolongation de leurs visas de séjours.

On peut le comprendre pour des activistes extrémistes violents de tous bords qui ne s’identifient à aucune mouvance politique. On peut même le comprendre pour des politiciens qui se vendent à la criée pour chercher à s’arrimer à la majorité présidentielle pour des intérêts matériels. Mais, comme l’a dit Moktar Ould Dahi le Ministre porte-parole du gouvernement le 18 août 2021, la réaction du doyen et sage Messaoud Ould Boulkheir surprend par la nature des propos qu’il a tenus à cause de l’interpétation d’un mot.

Sans Messaoud, le « dialogue » ou la « concertation » vont manquer de saveur de crédibilité.

Encore que Messaoud Ould Boulkheir, sait mieux que quiconque, que l’intention de Ould Ghazouani de mettre en place tous les mécanismes nécessaires pour la tenue d’un dialogue inclusif franc et sincère qui ne laisse personne sur le trottoir est déterminée et irrévocable. Et ce n’est d’ailleurs pas nouveau pour l’actuel président. Dans son livre vert qui sert de balisage à toutes les activités qu’il s’est engagé à mener, Ould Ghazouani est resté cohérent avec lui-même et respectueux de ses engagements.

A la page 6 de ses versets politiques (Mes engagements), le nouveau président a dit « la recherche d’un climat apaisé guidera constamment notre action pour rapprocher, -sur les questions d’intérêt national les positions des acteurs politiques ». (paragraphe 2). Et, plus loin, il a dit je le cite : « comme je l’ai annoncé dans mon discours de candidature, je crois profondément que la Mauritanie a besoin de toutes ses forces vives et que chacun peut et doit apporter sa contribution à l’œuvre des constructions nationale. Nous pouvons être d’accord ou pas mais nous devons pouvoir discuter de toutes les questions d’intérêt national. Je m’engage donc à mettre en place les conditions nécessaires pour qu’il soit ainsi… » (Paragraphes 5 et 6). C’est bien donc ce qu’il a fait sans avoir été contraint par des pressions exercées sur lui.

Quand Ould Ghazouani fait le contraire de tout ce que faisait son prédécesseur Ould Abdel Aziz qui ne donnait d’opportunités de concertations à ses opposants politiques que dans la fumée des grenades lacrymogènes, à mon avis, on ne doit pas le remercier par des sorties médiatiques « déplacées ». C’est pourquoi, il est vraiment regrettable que ce soit Massaoud, ce leader que nous respectons tous pour sa sagesse et sa bonne éducation, qui se soit prêté ce jeu d’un « désaccord » qui n’en est pas un. En arriver là, cela signifie peut-être que quelque chose cloche.

Si quelque chose cloche, alors souhaitons que ce ne soit pas une cloche que sonnent des « extrémistes » de différents bords dans le cerveau du leader charismatique en l’utilisant comme amplificateur de bruits intermittents. En tous cas, ce qui est sure, c’est que Messaoud Ould Boulkheir n’est pas tombé sur la tête. Parce que par le passé, le leader de l’APP était tombé à plusieurs reprises, mais jamais sur la tête. Toujours sur le côté, celui du pouvoir.

Certains pensent sans le dire vraiment, que ce jour-là, en pleine conférence de presse, Ould Boulkheir avait pété les plombs. Si c’était le cas, il sera difficile de savoir pourquoi. Mais si aussi c’était le cas, il vaut bien mieux pour la Mauritanie, que ce soit Messaoud qui pète les plombs, plutôt que se soient d’autres qui fassent péter les « plombs de la poudre » par exaspération. C’est peut-être le message que Ould Boulkheir, le descendant d’esclaves devenu par sa sagesse et son honnêteté le « Maitre » de ses anciens maitres voulait faire passer par un sens interdit. Juste pour éviter à son pays le pire.

Mohamed Chighali

Journaliste indépendant





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 2430

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • mystere1 (F) 18/10/2021 09:49 X

    Chers commentateurs, la vérité, est que ce journaliste, est aigri, il ne fait que ressurgir, les cris amers de son coeur, quand on a un esprit tordu, eh, bien, ce n'est pas étonnant, que l'on raisonne, ainsi, au lieu, de critiquer positivement, lui, il le fait tout le temps négativement, et ce n'est pas élégant, pour un journaliste.

  • bougouffe (H) 17/10/2021 17:21 X

    De quel droit ou autorité vous dressez-vous en juge et en donneur de leçons pour dire au Président Ghazouani et à Messaoud ce qu’ils doivent ou ne doivent pas dire ou faire ? Vous sortez de votre rôle de « journaliste » pour en endosser un autre que vos petites épaules ne sauraient porter. Les plombs, c’est vous qui êtes entrain de les péter, il y a d’autres manières plus honorables de gagner son pain !

  • pyranha (H) 17/10/2021 14:46 X

    Sahélien-morali tous ces noms de haratine que tu enumeres ,c'est l'éloge de très grands gabegistes grangantuesques très graves ....

  • pyranha (H) 17/10/2021 14:29 X

    Chighali,vraiment je ne vois plus d'intérêt de te lire tellement tes articles maintenant sont truffés de mensongers. Quand tu dis que seuls Messaoud et maouloud s'adressent à n'importe qui sans baisser les yeux ,c'est un gros mensonge. Où laisserais tu Ibrahima Sarr et Samba Thiam qui sont les seuls à faire ce quvtu attribues aux autres? Tu deviens simplement un grand griot.

  • Sahelien-morali (H) 17/10/2021 11:43 X

    Il faut placer les choses dans leur contexte. Messaoud est un homme politique, un vrai, un ancien ministre, un ancien président de l’Assemblée, un président du Conseil économique et social. Il représente bien les intérêts des haratines, mais il inspire aussi confiance aux autres Kouars, beidanes, …Il l’a prouvé.

    Il inspire confiance à la plupart. Actuellement avec le Président Ghazouni, son PM Oul Bilal et certains de ses ministres opérationnels comme Sid Ahmed Oul Mohamed, Sidi Oul Zahaf qui incarnent le renouveau et le changement…mènent des actions importantes, mais dans le Gouvernement il y d’autres personnes qui n’incarnent aucun renouveau et qui polluent plutôt la scène sans apporter au régime aucune valeur ajoutée. Messaoud a parlé peut-être sous l’effet de cette situation inhabituelle et agaçante pour tout le monde et vous le savez très bien, Messaoud a toujours eu sa manière de parler, ce n’est pas vis-à-vis de Ghazouani seulement qu’il l’a fait. Oul Ghazouani n’a aucun complexe de ce que peuvent dire les opposants ou ce que publient les médias et les blogueurs, il en écoute ce qui est bon et ne prête pas attention à certains débordements.

    Le Projet de loi pour la protection des symboles de l’Etat profitait surtout aux ministres qui trainent avec eux des passés douteux, des trahisons de l’Etat ou des incompétences qu’ils cachent et que la presse, les réseaux sociaux et les blogueurs peuvent publier. Ce genre de ministres complexés ne supportent pas que les médias dévoilent leur réalité. Ils ne supportent pas non plus la présence des grands hommes politiques comme Messaoud qu’ils ne peuvent pas tromper. Vous les connaissez. Vous lisez souvent ce que les médias et les blogueurs écrivent sur eux. Il y a sûrement quelqu'un de ce genre de ministres qui a dû inciter le Président Ghazouani à s'engager dans ce projet de loi et de s’éloigner des grands hommes politiques. Messaoud s’est peut-être senti blessé et exclu dans le régime actuel.

    C’est certainement ce qui l’a poussé à s’exprimer ainsi. Le président Ghazouani est très mal conseillé sinon il aurait tenu compte de la réalité que les grandes personnalités de la communauté haratine dans laquelle de brillants cadres et hommes d’Etat, dignes et respectés, se sont distingués et se sont affirmés comme M. Bilal Ould Werzeg, Messaoud Oul Belkheir, Boidiel Oul Houmeid, Sghair Oul Mbarek, Mohamed Oul Boilil, Achour O. Samba. Ils sont depuis leur naissance affirmés et brillants. Ils se sont affirmés dans leurs secteurs professionnels respectifs, mais aussi dans la manière de servir intelligemment et efficacement la cause et les intérêts de leur communauté des Haratines tout en inspirant confiance et estime chez les autres communautés arabes/maures, peulh, soninké, wolofs. Ces personnes ont occupé des fonctions de ministres, de présidents de partis, de chefs de gouvernement, de présidents de parlement, ambassadeurs… Ils remplissent leurs rôles respectifs de façon ordinaire, normalement méritée sans besoin de discrimination positive.

    Ces anciens doyens ne doivent être ignorés dans les consultations sur le passé et l’avenir du pays car ce sont ces gens-là qui ont réellement servi la cause des haratines tout en contribuant à la cohésion sociale et la stabilité. Naturellement que Oul Ghazouani a fait un bon choix dans le gouvernement où figurent les technocrates comme le PM Oul Bilal et ses ministres opérationnels comme Sid Ahmed Oul Mohamed, Sidi Oul Zahaf qui ont parfaitement leur place dans le renouveau que le président Oul Ghazouani tente de mettre en place difficilement à cause de la présence dans le gouvernement d’autres personnes ayant des passés douteux et qui n’ont pas d’assise politique ou sociale réelle, mais ils font tout pour coller au président Ghazouani.

  • hamaodo (H) 17/10/2021 11:22 X

    écoutez ce chigaly .Veut assurer son steak quotidien ;il faut qu'il écrive qu'il parle qu'il vende ses choux;faut pas lui en vouloir.

  • NDIEWO (H) 17/10/2021 10:41 X

    Vous mettez en doute la mauritanité de Kaw et de Sy, pour les autres c’est des aliénés ou autres. Vous êtes un méchant, vous avez la haine envers une catégorie de personnes et en plus malicieux pour essayer de masquer votre racisme. Rien ne nous échappe. Bravo

  • Terrier (H) 17/10/2021 01:22 X

    Mr Chighaly on dirait que vous n’étiez pas en Mauritanie !! Messaoud n’a jamais était le monsieur riche impassible ! Ses coups de colère font légion à travers tout son parcours politique ! Les mots très déplacés à l’encontre de maawiya, le très respectueux Sidi ould Cheikh Abdallahi a été traité de poupée, Aziz n’en parlons pas ! Aussi mr Chighali , moins de charabia dans vos écris ! Ce n’est pas respectable pour un journaliste qui se veut tel et fait les louanges des autres ! C’est ce que les acteurs appellent sortie du texte et en hassaniya tout bonnement ´´ khroujou’´ ! Comprendra qu’il voudra ...lol !!