15-01-2022 19:07 - Nouvelle grille tarifaire des produits de consommation en Mauritanie

Nouvelle grille tarifaire des produits de consommation en Mauritanie

Alakhbar - La Direction de la protection du consommateur a informé les commerçants du marché des produits de consommation de la nouvelle grille tarifaire pour les produits de base, leur signifiant son entrée en vigueur à partir du lundi 17 janvier prochain.

La nouvelle liste a été convenue après des négociations entre le ministère du Commerce et la fédération du commerce, souligne la direction de la protection du consommateur.

La liste des produits inclus dans la nouvelle tarification comprend : le sucre, le blé, l'huile, le riz et le lait en poudre.

- Sucre : 50 kg à 26 000 MRO – Demi sac : 13 000 – 1 kg à 260,

- Blé : 50 kg à 15 700 MRO – Demi sac : 7 850 – 1 kg à 157

- Huile 20 l : bidon 10l à 12 400 ; 1 litre à 620

- Huile importé 1er degré : 25 l à 28 000

- Riz mauritanien 1 : 25 kg à 27 500– 1 kg à 275,

- Riz mauritanien 2: 25 kg à 25 000– 1 kg à 250,

- ….Voir tableaux

Traduit de l’Arabe par Cridem

https://alakhbar.info/?q=node/37753







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 6447

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • pingpong (H) 19/01/2022 20:58 X

    Pour que la population en sa totalité soit au courant des Nouvelles grilles tarifaires des produits de consommation, il faut que le gouvernement soit doté d'un système d'envoi de message de masse par SMS du type alerte sur tous les téléphones. Là, tout le monde sera averti. Aucun commerçant ou client n'y échappera

  • Bertrand (H) 17/01/2022 10:28 X

    Si vous dites au petit commerçant véreux le government a fixé le prix à... Il vous rétorquera gouvernement de mon œil. va chez ces imbéciles et dit leur de vendre ce que tu veux. moi je vends à mon prix. eux ces des voleurs j'ne rien à foutre. Finalement il commence à te menacer et si tu appelle les gens du contrôle des prix ou les policiers, ou la justice, il les achète avec un bonbon ou n'importe quoi et ils te feront alors un autodafé ou te pendront en public. haro sur le baudet, haro sur le pauvre.

  • Bertrand (H) 17/01/2022 10:11 X

    C'est mesquin. 5 produit sur des centaines. la viande, le poulet, le sel, les boites de conserve, les légumes, les pates alimentaires, le blé, le couscous, la farine..... Pour le poulet, nos petits commerçants voleurs vendait le poulet complet turc (Halal) à 120 MRU pour 1,2 kg. Aujourdhui ils vendent 150 MRU pour 800grs. Bientot ils n'améneront plus que des poulets de 500grs qu'ils vendront 150 ou 180 MRU. Nous ne sommes tout simplement pas un pays, avec la cotrruption généralisée. Même pour avoir une place aux premiers rangs à la mosquée, ou un quelques mètre de terre pour un enterrement. Tous le monde est complice, tout le monde est corrompu. Mais la faute est avant tout celle de nos dirigeant incultes et surannés et de nos élites passe-partout. Pauvre minsitre de tous les temps. Pauvres ministres de tous les temps. pauvre président absent.

  • MAURINFO(FRANCE) (F) 16/01/2022 13:37 X

    @LA VERITE SUR LA MAURITANIE, Il ne faut pas lui en vouloir, tu sais. Elle est du genre silencieuse, Naha mint mouknass connait seul et seulement les prix de l’immobilier du coté calle Luis Benitez Inglott, La Minilla, Las Palmas de Gran Canaria ou les prix de parfums pour femmes dans les boutiques des Champs-Elysées à Paris. Je te rappelle qu'elle détient une boutique de luxe près de la Paroisse Saint Joseph de Nouakchott. Bon weekend à tous et à lundi ! Have a great weekend and see you on Monday!

  • LA VERITE SUR LA MAURITANIE (H) 15/01/2022 22:29 X

    Il n'y a pas eu de négociations ni d'accords entre le ministère du Commerce et la fédération du commerce. En Mauritanie, les politiques sont déconnectés de la réalité, dans sa demeure à nktt la ministre naha mint mouknass s'est vu demander le prix d'un kg de sucre en poudre. Ce à quoi elle a répondu : 100 mro soit 10 mru nouvel ouguiya. Le signe d'une méconnaissance de la vraie vie. Naha mint mouknass ne connaît même pas le prix d’un kg de tomate. Car cette question posée par un agent de renseignement malicieux permet, une fois de plus, de constater à quel point un ministre qui prétend vouloir consacrer sa vie à servir la mauritanie et les mauritaniens, une femme politique qui a été deux fois ministre du commerce et Présidente d’un parti politique, peut se révéler à ce point déconnecté des réalités matérielles de la vie quotidienne. Depuis 1984, les mauritaniens réclament sans succès des hausses de salaire pour accompagner la hausse de prix. Ils constatent que leur niveau de vie est non seulement dépendant des entreprises, qui décident des salaires, mais aussi des commerçants, qui fixent le prix auquel ils vendent leurs produits.