01-08-2022 16:24 - Historien/généalogiste : victime d’une justice supplétive

Historien/généalogiste : victime d’une justice supplétive

Med Ahmed - Historien, généalogiste, spécialiste des tribus arabo-berbères, El Hassen Al Salihi est en prison depuis trois mois après un pseudo-procès qui ressemblait, à tout point de vue, à ceux du moyen-âge intentés contre des savants qui avaient des idées trop progressistes pour leur époque.

Le principal plaignant, en la personne du journaliste Mohamed Salem Dah était présent entouré d’une horde d’individus dans un état second.

Tout ce beau monde revendiquait un « statut chérifien » aboutissant à « Ehel El beit », ce que notre historien/généalogiste n’a pas confirmé, à tort ou à raison, dans ses recherches, du reste assez documentées.

Dans ces dernières, El Hassen Al Salihi a, par contre, démontré que certaines tribus guerrières maures étaient bien issues de « Ehel El beit ». C’était également le cas de certaines ethnies négro-africaines telles que les Kane, les Moudi Nalla, les Moudi Maleck qui font partie du grand ensemble des Béni Saleh bâtisseurs de Koumbi Saleh dont El Hassen Al Salihi est, lui-même, issu. Ignorés par les historiens mauritaniens, l’origine « chérifienne » des Beni Saleh a été pourtant bien mentionné dans de nombreux écrits arabes et occidentaux.

El Hassen Al Salihi est l’auteur de nombreuses publications, anime des conférences et utilise bien souvent les NTICS, notamment les groupes whatsApp et autres qui conviennent beaucoup plus aux mauritaniens conditionnés par une culture orale à la peau dure.

Le Docteur Mohamed Abdoulah, Professeur dans les universités saoudiennes, a apporté un vibrant témoignage en faveur d’El Hassen Al Salihi, qu’il considère comme un homme de lettres, un homme pieux maitrisant le Coran, et un véritable savant de « ilm El Ensab ». Selon lui, Al Salihi a apporté une chaîne manquante grâce à ses recherches méthodiques et scientifiques. Si son travail de recherche a prouvé que la majorité des tribus mauritaniennes sont d’origine Amazigh, c’est loin d’être une insulte. Les Amazighs constituent un des peuples les plus anciens du continent africain. Leur présence en Amazighie (Afrique du Nord) remonte à la plus haute antiquité. C’est le premier peuple à s’établir dans ce sous-continent de l’Afrique. Il est le peuple autochtone de cette région.

Au cours de son intervention au tribunal, Al Salihi a rappelé que, par le passé, de nombreuses personnalités, dont même des érudits, avaient écrit toute une littérature, y compris de la poésie, traitant les « maures guerriers » de païens sans foi ni loi, sans jamais être inquiétés. Ces écrits diffamatoires sont toujours là, et n’ont jamais étaient envoyés au pilon. Pourquoi alors, cette politique de deux poids deux mesures ? « Pourquoi, les plaignants n’apportent pas des arguments scientifiques démontrant le contraire des conclusions de mes recherches. », a-t-il dit.

Al Salihi, rappelons-le, a été condamné à quatre années de prison dont deux fermes. Une lourde condamnation pour un travail de recherche dont le principal objectif était de séparer le blé de l’ivraie en dénonçant l’appropriation non fondée du titre de « cherif » par de nombreux individus et autres tribus.

En effet, de l’avis de nombreux observateurs, le jury a fait preuve d’un excès de zèle en qualifiant le travail d’Al Salihi de délit touchant à l’unité nationale puni par la récente loi relative à la cybercriminalité, notamment à travers l’usage des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Le procès d’Al Salihi, loin de calmer les esprits par ce verdict injuste, a plutôt soulevé de nombreuses interrogations.

Pourquoi la justice mauritanienne semble beaucoup plus complaisante à l’égard des violeurs de mineures dont les cas font légion à Nouakchott ? Ces bourreaux ne sont souvent pas inquiétés. Et, dans le pire des cas, ils sont laissés en liberté provisoire ou sortent prématurément de prison.

Pourquoi un récidiviste et violeur tel que « Haimouda » condamné à une année ferme de prison, pour séquestration et viol de mineures, n’a finalement purgé que deux mois ? Qui est responsable de cette aberration qui a indigné l’un des parents de l’une des victimes qui nous a apporté ce témoignage ?

Quel type de justice est appliqué en Mauritanie : la chariaa, la justice coutumière, le droit commun ?

Sommes-nous dans une République ou dans une réserve de tribus ?

Il est temps que l’autorité judiciaire se réveille car les prémices d’une révolution sociale sont déjà bien là !

Al Hassan Al Salihi n’est rien d’autre qu’un précurseur…et il sera probablement suivi par beaucoup d’autres.

L’Association des Beni Saleh, reconnue par l’Etat, et qui œuvre pour la consolidation de l’unité nationale, espère de tout cœur que l’appel introduit par l’Avocat d’Al Salihi sera suivi par le parquet.

Source : groupe de soutien Benou Saleh





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Med Ahmed
Commentaires : 4
Lus : 2475

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Kanou_matam (H) 02/08/2022 20:41 X

    Moukhabarat, si la principal plaignant a apporté la preuve par ADN de son origine chérifienne, il n'a qu'à publié ses preuves et nous dire la procédure scientifique utilisée. Pour le moment, il n'est rien d'autre qu'une "mirghaya". En plus, c'est un raciste. Et c'est confirmé par des audios toujours disponibles. Il n'arrive pas à la cheville de SALIHI qui est un érudit et un savant dans son domaine.

  • moukhabarat (F) 02/08/2022 14:56 X

    je viens d'apprendre que celui qui a porté plainte contre notre érudit a apporté la preuve génétique (test d'ADN) de son appartenance aux hachémites. Qui dit mieux?

  • moukhabarat (F) 02/08/2022 14:53 X

    Ce zigoto se prétend chérif et interdit ce droit aux autres. Il n'a pas compris que le tribalisme est ancré dans les racines de la société mauresque. Le juge n'a fait qu'appliquer la loi sur la diffamation. la prison assagira ce nobélisable de l'hors sujet.

  • Marouane (H) 01/08/2022 22:59 X

    Nous pouvons accorder des circonstances atténuantes au Gouvernement Ghazouani sur des paramètres qu’il ne maîtrise pas tels l’augmentation du prix des produits de base et du carburant qui dépendent de facteurs exogènes mais il n’a aucune excuse en matière de justice qui est un service gratuit. La meilleure mesure à prendre est d’envoyer par anticipation tous les vieux juges conservateurs à la retraite et les remplacer par des jeunes. La justice mauritanienne doit être réformée d’urgence sinon les populations risquent de se révolter. Nous sommes en 2022, et il est inacceptable et sincèrement odieux qu’un chercheur de la trempe d’EL Hassan Al Salihi soit envoyé en prison à cause d’une plainte déposée par un journaliste raciste qui prétend être un chérif sans pouvoir le démontrer. C’est d’ailleurs valable pour la horde de tribus qui refusent d’assimiler leur origine Amazigh malgré les faits historiques.