22-09-2022 15:51 - Editorial : Aziz nargue la République

Editorial : Aziz nargue la République

Initiatives News - L’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz a débarqué ce matin à Paris. Comment est-ce possible ? La question est sur toutes les lèvres même si ce n’est pas véritablement une surprise depuis la fin du contrôle judiciaire le 07 septembre dernier et l’accélération des événements ces derniers jours.

En effet Aziz a pu non seulement recouvrer sa liberté de mouvement mais il est entré en possession de ses passeports, des clés de sa villa de Bénichab, a renouvellé sa pièce d’identité et certainement de biens d’autres avantages.

Bizarre quand on sait que l’homme est toujours poursuivi dans le cadre du dossier 01/2021 considéré à juste titre comme la plus grande et la plus rocambolesque affaire de corruption et de détournement de deniers publics que le pays n’ait jamais connu.

En effet, les chefs d’accusation sont d’une gravité telle que l’on s’étonne comment on en est arrivé à laisser dans la nature le principal accusé.

Pourtant dans ces deux derniers communiqués rendus public les 7 et 10 du mois courant, le parquet se voulait rassurant quand à la conduite de l’instruction jusqu’au bout et dans les règles de l’art.

« Le Parquet général continuera d’œuvrer résolument au bon déroulement des procédures du dossier, et à leur continuité dans les formes requises, et à veiller à ce que tous les inculpés assistent à toutes les étapes de ces procédures, y compris la phase du procès, et à prendre le temps nécessaire à cette fin en cas de besoin, conformément aux prescriptions du code de procédure pénale. »

Voilà ce qu’on pouvait lire dans l’un des communiqués.

La question qui taraude tous les observateurs est de savoir sur quelle base le prévenu a été autorisé à quitter le pays, en vertu de quelles dispositions juridiques ou politiques ?

Si comme on le susurre Aziz va pour des consultations médicales pourquoi on n’a pas entendu l’avis sur ce point du fameux comité médical d’experts censé donner son avis sur tout ce qui a trait à la santé de l’ex président ?

Et le collectif des avocats de l’Etat et celui de la défense de Aziz eux non plus sont restés motus et bouches cousues.

Quelles sont les garanties pour le retour de l’ex président pour assister à un éventuel procès ?

Ne va-t-il pas profiter de cette liberté retrouvée pour organiser la riposte. Tout le laisse croire lui-même ayant déclaré que personne ne pourrait l’empêcher de faire de la politique. « Il n’y a pas d’Etat » avait-il d’ailleurs lancé dans l’une de ses précédentes déclarations.

Quoiqu’il en soi, le silence assourdissant tant du côté du parquet que du côté du gouvernement est incompréhensible.

Après tout l’opinion publique a le droit de savoir qu’est ce qui se passe.

Ce dossier qui a occupé l’opinion depuis bientôt 3 ans est-il en passe d’être rangé dans les tiroirs ? Certains indices permettent de le croire.

En tout cas si tel était le cas ce serait un grand gâchis et un sérieux coup asséné à la justice mauritanienne et à l’image du pays.

Bakari Gueye





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2178

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Buwuelm (H) 24/09/2022 03:19 X

    mdmdlemine, c’est après avoir posté mon second commentaire, et au milieu de la nuit qui dit-on, porte conseil, que j’ai compris la question posée. Je n’ai pas pu réagir toute suite, j’étais absorbé par une étude pressante. En réalité, vous vouliez savoir si j’avais fait appel à Google en utilisant ce que vous appelez les mots clés combinés « Ould Aziz- Bakary Guèye ». Là franchement, je me suis marré. Avec ces termes, vous risquez de ne rien trouver. Apprenez que l’algorithme utilisé, est le même, et pour Google et pour CRIDEM. Je vous signale au passage, que le mot algorithme vient du nom d’un célèbre mathématicien persan du IXème siècle : (الخوارزمي) . C’est pour dire, qu’on n’a pas besoin de Google tout le temps, pour trouver ce dont on a besoin. Les archives de CRIDEM nous renseignent sur tous les sujets évoqués, il faut seulement, savoir les chercher avec les moyens du bord, qui sont aussi efficaces que les autres.

  • Buwuelm (H) 23/09/2022 21:38 X

    Je n’ai pas bien saisi votre première phrase. Entre « avez vous » et « googlez », je ne me retrouve pas, avec un « ez » qui pointe son nez et un point d’interrogation qui brille par son absence. Pour ce qui est de ma personne, je loue Allah de m’avoir classé parmi les individus dont le QI (quotient intellectuel) est très bon. M. Bakari Gueye est quelqu’un que je respecte, d’autant plus que nous menons la même lutte pour la défense de la langue française en Mauritanie. Lui, son combat est diurne, le mien est nocturne. Allez comprendre. Je n’ai aucun grief contre ceux qui nous informent par le biais des media, tant qu’ils ne sont pas dans le ciblage et la stigmatisation personnalisés. Ailleurs, grâce à leurs compétences, nous pouvons faire la part des choses. Si j’ai énuméré les titres en question, c’est pour faire remarquer un certain acharnement sur « M. Aziz », comme si c’était le diable à neutraliser. Je rappelle que ce monsieur n’est pas le seul présumé coupable, et que d’autres noms devraient être rattachés au sien, pour équilibre. Personnellement, je ne suis ni militant de l’UPR ancien, ni de INSAF nouveau. Dans certains de mes commentaires, je n’ai pas fait de cadeau à M. MOAA. Je sais qu’il a fauté dans sa gestion présidentielle. Sous son magistère, la gabegie, l’impunité et le désordre systémique ont régi la marche de tout un État. Étant le premier responsable, il devrait rendre des comptes, mais à la justice de son pays uniquement. Pour autant, je ne tire pas à boulets rouges sur lui tout seul. Une partie des siens occupe aujourd’hui, des postes de choix. Aussi, j’ai en tête, que la Mauritanie a une particularité non négligeable, et dont tout Président de la République doit tenir compte, pour les décisions qui affectent la vie de la société. Il s’agit du pouvoir des tribus, à ne pas sous-estimer surtout. Il nous faudra encore un siècle, avant de venir à bout des idées rétrogrades toujours ancrées dans certain cerveaux, et qui minent la bonne marche du pays.

  • mdmdlemine (H) 23/09/2022 15:00 X

    Buwuelm (H) avez vous "googlez" les mots clés combinés 'Ould Aziz- Bakary Guèye" Il faut plutôt louer cette ponctualité de l'actualité mauritanienne dominante, revelatrice et abondante de2019 jusqu'à 2022 avec ce qu'elle a connu de rebondisssements aussi surprenants que les autres Il semble que vous êtes un intellectuel de haut niveau ce qui doit vous prédisposer à avance des arguments en faveur ou contre Aziz, qui corroborent ou réfutent les allégations de Bakary et qui ne soient pas des titres En effet, ces derniers ont parfois tendance à jouer à l'attractif et donc à se deconnecter relativement du contenu Je pense que l'actualité d'Aziz à ce jour c'est un gros volume de milliers de pages, sans parler celui du parquet dont c'est un évenement remis au jour régulièrement et que Guèye a tenu à réactualiser en fonction des enquetes Respectueusement

  • Buwuelm (H) 23/09/2022 00:20 X

    Entre Décembre 2019 et Septembre 2022, vous n’avez pas « ménagé » l’ex Président Mohamed O. Abdel Aziz. Vos diatribes ont été des plus violentes, à commencer par les titres de vos articles, savamment choisis pour leur supposé effet sur le lecteur. Je comprends votre désarroi. Le 25 Déc. 2019, vous aviez titré : « L’ex Président Ould Abdel Aziz sera-t-il jugé ? ». Vous me permettrez de reprendre ici, sans corriger les fautes d’orthographe, quelques-uns des titres, du plus ancien au plus récent : 1) Le 3 Juin 2020 – « Attention au come back de l’ex président Aziz ! » 2) Le 1er Juil. 2020 – « Les déboires de l’ex président Aziz. » 3) Le 11 Juil. 2020 – « La Commission d’enquête enfonce l’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz. » 4) Le 19 Juil. 2020 - AA « Le pouvoir mauritanien hypnotisé par l’ex président ». Pour ce n° quatre, le terme « hypnotisé » n’est pas le bon mot. 5) Le 22 Juil. 2020 – « L’étau se resserre autour de l’ex président Aziz ». 6) Le 31 Juil. 2020 – « Aziz et Cie : le procès du siècle ! ». 7) Le 14 Août 2020 – « L’ex président Aziz face à l’amère réalité ». 8) Le 16 Août 2020 – « Aziz, la fuite en avant : ça passe ou ça casse! ». 9) Le 18 Août 2020 – « Aziz devant la police des crimes économiques ». 10) Le 25 Août 2020 – « Aziz libéré mais sous contrôle judiciaire direct ». 11) Le 28 Août 2020 – « Les délires de Aziz ». 12) Le 27 Sept. 2020 – « Aziz dans l’œil du cyclone ». 13) Le 21 Oct. 2020 – « Se dirige-t-on vers un règlement à l’amiable de l’affaire Aziz ? » (Il s’agit d’un doute). 14) Le 6 Juin 2021 – AB « Le pouvoir de Ghazouani hypnotisé par Aziz ». 15) Le 23 Juin 2021 – « Aziz en prison et Ghazouani à Paris : Que mijote la France ? ». 16) Le 12 Sep. 2022 – « Aziz prépare-t-il son retour sur scène ? ». (Un autre doute). 17) Ce 22 Sept. 2022, vous écrivez : « Aziz nargue la République ». « Comment est-ce possible ? ». Cette question que vous vous êtes posée, est absurde au vu de vos sentiments antérieurs, exprimés tout au long de vos contributions indirectes sur CRIDEM. Je considère qu’une partie de la réponse est dans vos doutes, l’autre, vous la trouverez à la fin du feuilleton en cours. Vous ne devez pas nous faire croire que vous êtes surpris. Ne négligeons pas la realpolitik en Mauritanie. En tout cas, je trouve intéressant de vous lire. Il y a toujours quelque chose de constructif.

  • mdmdlemine (H) 22/09/2022 21:55 X

    Aziz reviendra car la course contre la montre (élections) joue en sa faveur et parce que c'est un homme, qui jouit paradoxalement (culture politique mauritanienne) en dépit de ses "passifs" de soutiens et de la popularité tant au sein de la grande muette, les tribus que les cadres et les notables Fuir c'est à écarter et ce dossier de la décade qui a pris quasiment 4 ans pour être transmis au Parquet se verra impossible à solder en deux ans, donc a de fortes chances d'être classé, car le cas d'Aziz n'est pas isolé et entrainer le groupe avec lui devant la justice c'est avoir des tribus et des communautés contre, ce qui n'est pas prudent pour un président qui cherche à rempiler Aziz a par ailleurs le mépris des institutions et des hommes dans le sang Sa décennie en dit long sur sa haine pour les intellectuels et son égo C"'est naturel chez lui et sans doute il jouit le docile pour rebondir au bon moment en tirant les enseignements de ses erreurs post 2019 qui lui avaient couté trois ans de maltraitance morale et d'avilissement C'est enfin un homme vindicatif qui fera tout pour laver l'affront coute à faire basculer le pays dans le chaos C'est (PS) un picsou qui aime l'argent et il fera tout pour garder ses milliards mal acquis ,