25-05-2023 21:50 - Ternir l’image du pays : Pour une poignée de dollars

Ternir l’image du pays : Pour une poignée de dollars

La Dépêche - On n’en est pas au premier pamphlet remarqué comme étant un article de presse sur un site où l’image du pays –déjà peu reluisante- est effrontément dépeinte par de jeunes compatriotes près à tout y compris salir leur pays pour un asile d’une poignée de dollars.

Un journaliste de l’Associated press, Jake Offenhartz, ne s’embarrasse guère de son devoir pour rendre compte d’un échange avec «Mohamed », un clando mauritanien, où le détachement et la réflexion n’ont pas de place.

C’est malheureusement la dime qu’il faut désormais payer avec des sites en ligne mastodontes qui ne font même plus de recoupement et vendent à leurs lecteurs ces « images insolites» et « sensationnelles » d’un pays pauvre qui n’est même pas au courant de l’image que ces médias tentent sciemment de lui coller.

Même les grands médias réputés sérieux vivent aujourd’hui de ces manigances où non seulement la déontologie, foulée aux pieds, prend un sérieux coup alors que dans le même temps l’on mène en bateau des internautes incrédules et happés par le manichéisme ambiant.

Visez un peu ce témoigne de «Mohamed » cité par l’Associated Press : « L’Associated Press retient le nom complet de Mohamed à sa demande pour protéger la sécurité de sa famille en Mauritanie. Dans son pays d’origine, Mohamed a déclaré qu’il avait rejoint un groupe de jeunes pour dénoncer la corruption du gouvernement et les violations des droits de l’homme, y compris les allégations d’esclavage en cours.

Quelques jours plus tard, il a déclaré qu’un groupe d’hommes l’avait jeté dans une voiture banalisée, l’avait emmené dans une pièce secrète et l’avait violemment battu pendant deux jours. » Aucun fait vécu en Mauritanie ne corrobore cette assertion.

Il y a sans doute encore de la corruption; une stratégie pour la combattre. Il y a aussi les survivances de l’esclavage et des lois pour les criminaliser. Pour toutes ces tares, le pays tente cahin-caha de trouver des solutions.

Plus personne n’est bâillonné pour les récuser et les combattre. Mais l’on peut se demander comment l’associated press a avalé cette couleuvre à moins d’en être complice par omission. On peut en mettre la main au feu, le “Mohamed” dont il s’agit veut garder l’anonymat, sans doute parce qu’il craint tout simplement d’être démasqué, démenti par les faits.

«Pour obtenir l’asile aux États-Unis, ils devront prouver qu’ils ont une « crainte fondée de persécution » en raison de leur race, religion, nationalité, opinion politique ou appartenance à un groupe social particulier. » Eurêka trouve Jake Offenhartz.

Pourquoi alors Jake Offenhartz n’a-t-il pas enquêté sur les véritables raisons de ce nouveau « brain drain » d’autant qu’il parle de Mohamed comme d’un intellectuel déjà formé avant d’atterrir dans “El Dorado” newyorkais. Ce n’est là qu’un exemple parmi des dizaines voire des centaines de “reportages” entre quatre murs mais qui portent préjudice à tout un pays et même corrompent la perception que les américains ordinaires et leur gouvernement peuvent avoir de la Mauritanie dans son ensemble.

Les jeunes mauritaniens ont sans doute mil raisons de vouloir escalader le nouveau mur des lamentations. Le chômage endémique, des horizons discutables et la promiscuité des conditions de vie sont indéniables. Mais est-ce suffisant pour accabler tout un pays…juste pour une poignée de dollars ?





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1771

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Ksaleh (H) 26/05/2023 11:19 X

    Entre nous, la souffrance infligée à Mohamed n'est rien comparée à celle que subit le peuple mauritanien dans son ensemble depuis près de sept décennies. Existe-t-il un Mauritanien fier de vivre dans ce pays, avec ses richesses potentielles qui s'élèvent à des milliards ? Même les privilégiés qui ont simplement volé et trouvé refuge, eux et leurs descendants, sous des cieux plus cléments. Mohamed est un homme courageux qui a pris son destin en main pour se libérer de ce mensonge perpétuel. Il suffit de regarder les dérives dans l'organisation et les résultats des élections, qui devraient être les fondements d'un pays respecté.