26-05-2023 10:24 - Kane Limam Monza, un acteur culturel incontournable au Sahel

Kane Limam Monza, un acteur culturel incontournable au Sahel

Institut Français - « Les questions de paix au Sahel sont au centre de mon travail, dans une approche de conception de réponses artistiques pour apaiser les conflits et renforcer la cohésion entre les peuples. »

Rappeur, président de Arterial Network et de Assalamalekoum Cultures, initiateur du Women Independance Festival et de Assalamalekoum Festival : en multipliant les casquettes, Kane Limam dit « Monza » s’est imposé comme un acteur central de la vie culturelle mauritanienne, et plus largement du Sahel.

Il est lauréat des programmes AWA et Accès culture, qui visent respectivement à soutenir la structuration des industries culturelles et créatives (ICC) en Afrique de l’Ouest et à encourager les collaborations entre acteurs culturels africains et français.

S'engager au service des autres

Kane Limam dit « Monza » commence la musique à la fin des années 1990, en s’intéressant notamment au hip hop, et s’engage rapidement dans l’accompagnement d’autres artistes en fondant son label ZAZA Productions.

En parallèle de sa carrière musicale, il se forme à l'Institut Supérieur des techniques du Spectacle d'Avignon et en économie de la culture et de la finance à l'Université Paris Dauphine. En 2008, il initie le festival des cultures urbaines Assalamalekoum, soutenu par l’Institut français, qui propose des concerts, des projections, des expositions, des ateliers de formation et des conférences. Un événement qui ne tarde pas à s’imposer comme un rendez-vous culturel majeur dans la région.

Bénéficiaire du programme Équation Musique et de l'Organisation internationale de la Francophonie, son engagement dans la vie culturelle sahélienne se précise quand il devient en 2013 membre d'Arterial Network, un réseau panafricain dont il est aujourd’hui le président.

Une figure de la scène musicale mauritanienne

A travers son entreprise culturelle ZAZZ Productions, Kane Limam Monza organise depuis 2008 le festival Assalamalekoum. Implanté à Nouakchott, cet événement dont la ligne artistique se veut résolument hip hop, est également tourné vers la formation et l’accompagnement des jeunes artistes, en particulier mauritaniens.

Une façon de réaffirmer, selon les propres mots de Monza, « que la culture peut permettre aux gens de réussir là où la politique a échoué ». Parmi les artistes qui ont bénéficié de ce suivi, on peut notamment citer ZIZA Youssouf, Lass Rt, ou encore Tonia Fiya.

L’engagement au service de la musique de Kane Limam Monza se prolonge aussi à travers son rôle d’ambassadeur de Visa for Music, et de producteur musical pour YouTrace, dont il est le référent notamment pour la région du Sahel.

La culture au service de la paix

Artiste engagé, Kane Limam Monza a sorti plusieurs albums et de nombreux titres, dont Président de la Rue Publik (2004) et Incontextablement (2007). L’année suivante, en 2008, il traduit la Déclaration universelle des droits de l'homme en langue pulaar, et adapte le texte en chanson pour le Haut-Commissariat aux Réfugiés, dans le cadre du retour des réfugiés en Mauritanie.

Très engagé au niveau régional, Kane Limam Monza défend une vision plurielle et inclusive de son pays, persuadé « qu’avant de parler d’unité nationale, il faut d’abord accepter les identités nationales ».

Il est impliqué dans plusieurs projets qui visent à garantir la paix dans la région du Sahel, et a également été directeur artistique du projet Afro N'Goni HOP, une initiative de la Fondation On the Niger River qui raconte la crise malienne. Dans le prolongement du festival Assalamalekoum, il est également l’initiateur du Women Independance Festival, qui contribue à donner une meilleure représentation de femmes.

Il est le concepteur et producteur du journal rappé mauritanien « Chitaari, qu’il introduit dans son projet « Les Voies (x) du Sahel », dans le cadre de la saison Africa 2020, une ode de la résistance des artistes au radicalisme. Il inscrit aussi la question de la représentation des femmes au centre de « Sahelles Connect », un projet lauréat du fonds de structuration du programme AWA.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2191

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)