27-10-2023 16:26 - Cinq partis politiques passent à la trappe

Cinq partis politiques passent à la trappe

Le Calame - Le gouvernement continue de faire le ménage au sein du paysage politique à moins de huit mois de la présidentielle, en annonçant, le mercredi 18 Octobre, la dissolution de cinq formations jugées insuffisamment représentatives, sur la vingtaine que compte le pays.

N’ayant pas obtenu 1 % du nombre total de voix aux élections municipales de 2018 et 2023, le Parti des Blocs Mauritaniens (PBM) dirigé par Ali ould Abdallah, le Mouvement des Jeunes pour la Patrie (MJP) de l'ancienne ministre Lalla bint Chérif ; le Parti du Ribat national pour les droits et la construction des générations de Saad ould Louleïd ; le Parti Républicain pour la Démocratie et le Renouveau (PRDR, ex-PRDS d’Ould Taya); et le Parti Construction et Progrès (PCP) de l’ancien maire d’ElMina et ministre Mohamed ould Borboss ; ont ainsi été dissous par le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation (MID)« par la force de la loi ».

Jugées insuffisamment représentatives, ces formations vont donc rejoindre, entre autres, le PLEJ, le MPR et l’AFCD.

Les cinq partis nouvellement disqualifiés avaient obtenu les résultats suivants : PBM, 0,35 % en 2018 et 0,87 % en 2023 ; MJP, 0,73% en 2023 et 0,65% en 2018 ; Ribat national pour les droits et la construction des générations : 0,12 % en 2018 et 0,63 % en 2023; PRDR, 0,21 % en 2018 et 0,61 % en 2023 ; PCP, 0,14% en 2018 et 0,32% en 2023.

En Mars 2019, 76 des 105 partis politiques mauritaniens avaient été déjà dissous « par la force de la loi », suite à un arrêté du MID.

Et celui-ci de rappeler alors : « Sont dissous de plein droit les partis politiques ayant présenté des candidats aux élections municipales de 2013 et 2018 et qui ont obtenu moins de 1% des suffrages exprimés au premier tour de ces élections ou se sont abstenus de participer à ces deux consultations ».

Fondée sur une loi de 2012 complétée en 2018, cette décision était conçue pour limiter le nombre de partis politiques et permettre un financement adéquat de leurs activités électorales en fonction de leur poids politique.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2038

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • hachmi (H) 27/10/2023 21:58 X

    Il faut reconnaître alors les parties representives qui sont loin d'être ces parties appartenant une fraction !