08-01-2024 09:54 - Mauritanie : les tenants et les aboutissants d’un resserrement douanier brusque

Mauritanie :  les tenants et les aboutissants d’un resserrement douanier brusque

L'Opinion - La Mauritanie applique une hausse des taxes sur les exportations marocaines qui passent par le poste frontière d’El Guerguerat. Le Forum Mauritanien du Consommateur (FMC) a exprimé son désarroi contre cette hausse qui a été décidée pour les trois prochains mois.

Les autorités mauritaniennes ont augmenté de 171% les droits de douane au poste frontière d’El Guerguerat. Plusieurs transporteurs marocains de fruits et légumes sont bloqués, ils transportent des produits frais vers le marché de Nouakchott. Le coût du dédouanement pour le chargement d’un gros camion est passé de 1.600 euros à un peu plus de 4.600 euros.

Surpris par cette augmentation, les camionneurs sont bloqués depuis quatre jours à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie pour non paiement des taxes.

«Une augmentation inopinée et forte qui perturbe les exportations du Maroc vers cette zone du continent. Les autorités mauritaniennes n’ont donné aucune explication pour justifier une telle décision», s’insurge un camionneur.

La hausse draconienne des taxes a engendré des perturbations significatives dans les flux de marchandises entre le Maroc et la Mauritanie, ainsi que vers l’espace de la CEDEAO. Les autorités mauritaniennes n’ont pas fourni d’explication plausible pour justifier une telle décision, laissant les acteurs économiques perplexes et confrontés à des défis majeurs.

Les routiers ont exprimé leur désarroi quant à cette augmentation et évoquent également une lenteur dans le transit des marchandises. Selon des sources, les routiers qui s’acquittent de la taxe ont le privilège de traverser plus rapidement que les autres, en revanche, ceux-ci restent bloqués et ne peuvent pas traverser le poste frontière d’El Guerguerat.

Les exportateurs marocains expliquent que cette hausse devra se répercuter sur toute la chaîne commerciale et finir par une hausse des prix pour le consommateur final, précisant que les camionneurs sont obligés de répercuter cette forte augmentation sur les grossistes, qui la répercutent à leur tour sur les intermédiaires et enfin sur le consommateur final.

Cette mesure entraîne des pénuries de certains produits à Nouakchott, notamment les légumes et les fruits en provenance du Maroc. Déjà, les consommateurs finaux en Mauritanie dénoncent la hausse des prix des légumes et fruits en provenance du Maroc, d’après les médias locaux.

Le désarroi du Forum du Consommateur Mauritanien (FCM)

Le Forum du Consommateur Mauritanien (FCM) a dénoncé, ce samedi, dans un communiqué publié sur sa page officielle Facebook, l’augmentation des frais de douane à l’importation de fruits et légumes en provenance du Maroc par voie terrestre en passant par le poste frontière d’El Guerguerat. Dans le communiqué, le FCM critique le fait que la hausse des tarifs «a provoqué une hausse des prix et a aggravé les souffrances des citoyens».

Il note également que le pouvoir d’achat des Mauritaniens est impacté par la hausse continue des prix et appelle les autorités à «prendre des mesures urgentes pour protéger les droits des consommateurs». «Plusieurs camionneurs marocains transportant des légumes et des fruits vers la Mauritanie et les pays d’Afrique de l’Ouest sont bloqués depuis des jours au poste frontière d’El Guerguerat lorsqu’ils ont été informés de l’augmentation des frais de douane mauritaniens sur ces produits», précise le communiqué.

Les autorités mauritaniennes n’ont pas réagi officiellement, mais cette mesure répond aux demandes des producteurs locaux qui demandaient au gouvernement de protéger leurs produits de la concurrence étrangère.

Une grande partie des fruits et légumes marocains entrant en Mauritanie est destinée aux marchés ouest-africains, mais une quantité importante est vendue sur le marché mauritanien.

Notons que la qualité et les prix de ces produits sont fortement compétitifs par rapport aux produits mauritaniens. Le FCM a même exhorté les autorités mauritaniennes à organiser des concertations avant de prendre de telles décisions, et ce, afin de ne plus aggraver le pouvoir d’achat des citoyens mauritaniens.

Les éclaircissements de l’agence de presse mauritanienne Al-Akhbar

D’après l’agence de presse mauritanienne Al-Akhbar, la décision de la hausse a été programmée pour les trois prochains mois, qui coïncident avec la saison des récoltes des agriculteurs dans le pays, et ce, dans l’optique de conserver leurs activités et protéger leurs intérêts.

Dans ce sillage, une réunion a eu lieu entre le ministère de l’Industrie et du Commerce mauritanien et des acteurs professionnels et hommes d’affaires du pays pour concertations. Elle s’est soldée par l’adoption de la décision relative à la hausse pendant la période précitée.

Echanges commerciaux entre le Maroc et la Mauritanie en 2022

Le rôle important que le passage frontalier d’El Guerguerat joue un rôle primordial dans l’échange commercial entre le Maroc et la Mauritanie et le transport routier reste le moyen le plus crucial pour stimuler ces échanges.

Les échanges commerciaux entre le Maroc et la Mauritanie ont enregistré une dynamique sans précédent en 2022, avec une valeur de près de 300 millions de dollars, marquant ainsi une croissance de 58% par rapport à l’année 2020.

Cette reprise remarquable dans le volume et la valeur des échanges commerciaux consolide la position du Royaume en tant que premier fournisseur du marché mauritanien en Afrique, les importations de la Mauritanie en provenance du Maroc représentant environ 50% de l’ensemble de ses importations du continent. Au sein du Maghreb, ces importations représentent plus de 73% des importations en provenance des pays de cette région.

Au niveau de la structure des exportations marocaines vers la Mauritanie, 80% d’entre elles se composent de trois catégories principales, à savoir les produits alimentaires et agricoles, les produits manufacturés, et les machines et équipements de transport. Les exportations de légumes et de fruits représentent environ 20% du volume total de ces exportations.

Il est à noter que cette croissance est attribuée à plusieurs facteurs, dont la proximité géographique entre les deux pays, la fluidité des transactions entre les fournisseurs marocains et leurs homologues mauritaniens, la qualité des chaînes logistiques, ainsi que la réputation favorable et la haute qualité des produits marocains sur le marché mauritanien.

La Mauritanie veut encourager la production locale des légumes

Une source du ministère mauritanien de l’Economie confirme aux médias locaux que cette décision ne concerne que les importations de la Mauritanie en légumes, tandis que celles concernant les fruits sont exclues de cette hausse.

La même source a en outre indiqué que les camions marocains dont la destination est l’Afrique de l’Ouest sont tous exonérés de cette hausse.

Le responsable gouvernemental a de surcroît précisé que cette décision s’inscrit dans le cadre des mesures entreprises par le gouvernement afin de protéger les intérêts des agriculteurs locaux, et de permettre au pays de stimuler son autarcie et sa sécurité alimentaire.

Djibouti, premier client du Maroc en Afrique !

Les échanges entre le Maroc et les autres pays africains au titre de l’année 2022 avaient atteint 64,3 milliards de dirhams, soit une hausse de près de 40% par rapport à 2021. L’Egypte, l’Afrique du Sud, Djibouti, la Tunisie et la Côte d’Ivoire ont été les principaux partenaires commerciaux du Maroc en 2022, selon l’Office des Changes.

Ces cinq pays représentaient environ la moitié des échanges commerciaux du Maroc avec le continent. Les importations marocaines provenaient majoritairement d’Egypte, avec une valeur globale de 10,3 milliards de dirhams, suivie de l’Afrique du Sud avec 5,5 milliards de dirhams, de la Tunisie (3,1 milliards), de l’Algérie (1,6 milliard), et de la Libye (1,01 milliard).

Concernant les exportations du Maroc, l’Office des Changes révèle que Djibouti était le premier destinataire des marchandises marocaines, avec des volumes d’une valeur de 5,4 milliards de dirhams. Ce qui est un peu surprenant, si l’on sait que, généralement, les marchés sénégalais et ivoiriens sont les premiers clients des exportateurs marocains.

La Côte d’Ivoire justement arrive deuxième avec 3,1 milliards de dirhams, suivie de la Mauritanie (2,9 milliards), du Sénégal (2,8 milliards) et du Nigeria (1,8 milliard). Au total, les échanges entre le Maroc et les autres pays du continent ont atteint 64,3 milliards de dirhams l’année dernière, soit une hausse près de 40% par rapport à 2021, où ils s’étaient établis à 46 milliards de dirhams.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2999

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • moussadioulde (H) 08/01/2024 14:33 X

    Merci à la douane nationale, les commerçants marocains n'apportent dans la sous régions que des produits déchets qu'ils n'arrivent pas à écouler en Europe et même plus de cela ils font pénétrer en Mauritanie et dans la sous région des abominations de produits prohibés (stupéfiants) qui ne donnent jamais à leur population. Les douanes de l'Afrique Ouest n'ont qu'à tenir bon ces taxes, jusuq'à ce que commerçants marocains véreux, apportent des produits bons à consommer.

  • ouldsidialy (H) 08/01/2024 12:42 X

    1) Ces 3 mois peuvent être un festin pour les douaniers et les personnels formels et informels des check-points. On pourra requalifier les destinations (vers le transit) la nature des marchandises (les légumes deviendront des fruits.) et bien entendu les quantités. On peut douter d'une retombée sur les recettes douanières.

    2) Ces 3 mois pourront aussi être fastes pour quelques commerçant-agriculteurs qui ont déjà récoltés les subventions de la vision hallucinatoire d'une Mauritanie agricole sans agriculteurs et arrondiront leurs profits de leurs faibles productions. EBSAHET tout le monde.