09-01-2024 09:54 - Resserrement douanier brusque : tension sur le marché des fruits et légumes à Nouakchott

Resserrement douanier brusque : tension sur le marché des fruits et légumes à Nouakchott

Le Calame - Le marché des fruits et légumes de Nouakchott enregistre une poussée fiévreuse des prix depuis quelques jours, rapportent plusieurs camionneurs, grossistes, détaillants et consommateurs.

Ce serait la conséquence, affirment-ils en chœur, d’une subite hausse des taxes douanières au point frontalier de Guerguérat reliant le royaume du Maroc à la Mauritanie et, par extension, à l’espace de la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

De fait, les autorités mauritaniennes ont augmenté de 77% les droits de douane sur les chargements des camions gros porteurs passant par ledit poste d’El Guerguérat.

Ainsi, la taxe sur la cargaison de fruits et légumes d’un seul camion est passée de 70.000 MRU à 190.000 MRU. La conséquence immédiate est ressentie chez les transitaires dont les opérations se sont fortement ralenties, en raison du trop petit peu de véhicules en mesure de remplir les nouvelles conditions. Les autorités mauritaniennes n’ont pas encore officiellement communiqué sur ces nouvelles mesures.

Selon plusieurs sources, cette hausse a été programmée pour les trois prochains mois coïncidant avec les récoltes de nos agriculteurs locaux, dans l’optique de conserver leurs activités et protéger leurs intérêts de la concurrence étrangère.

Une réunion s’était tenue entre le ministère de l’Industrie et du Commerce mauritanien et divers acteurs professionnels et hommes d’affaires du pays. Elle s’était soldée par l’adoption de la décision susdite limitée aux seules importations en légumes, tandis que les fruits étaient exclus de toute hausse. On note également que les camions marocains à destination de l’Afrique de l’Ouest en étaient également exonérés.

Le Forum du Consommateur Mauritanien (FCM) a dénoncé, samedi dans un communiqué publié sur sa page officielle Facebook, cette augmentation qui « a provoqué une hausse des prix et aggravé les souffrances des citoyens » payant ainsi abusivement les pots cassés d’une décision sans nuances, à tout le moins sans suivi rigoureux. Le communiqué note également que « le pouvoir d’achat des Mauritaniens est impacté par la hausse continue des prix » et appelle les autorités à « prendre des mesures urgentes pour protéger les droits des consommateurs ».

Le passage frontalier de Guerguérat est le principal point par lequel transite l’approvisionnement des marchés des villes de Nouadhibou et Nouakchott en fruits et légumes. Une grande partie de ceux-ci est destinée aux marchés ouest-africains mais une quantité importante est vendue sur le marché mauritanien.

On notera enfin que les échanges commerciaux entre le Maroc et la Mauritanie ont enregistré une dynamique sans précédent en 2022, avec une valeur de près de 300 millions de dollars, marquant ainsi une croissance de 58% par rapport à 2020.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3684

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • moukhabarat (F) 12/01/2024 13:18 X

    la hausse des taxes ne profiteront ni aux producteurs ni aux consommateurs car ce seront surtout les intermédiaires qui vont en encaisser les bénéfices. La caisse de tomates produite localement est vendue par le producteur à moins de 10 MRU le kilo et le consommateur la paie autour de 30 Mru donc 20 MRU vont dans la poche des circuits de distribution. Ces taxes ne sont pas oppurtunes.

  • ouldsidialy (H) 09/01/2024 10:37 X

    Les rêves éveillés de Sahéliens qui veulent une agriculture sans agriculteurs sont onéreux. Les consommateurs mauritaniens payent, les agriculteurs marocains sont davantage à la peine. Les caisses de l'Etat mauritanien se vident en subventions inefficaces.