26-03-2024 20:08 - De meilleurs services de santé pour 2,5 millions de personnes dans les communautés de Mauritanie

De meilleurs services de santé pour 2,5 millions de personnes dans les communautés de Mauritanie

WASHINGTON, 26 mars 2024 - Un nouveau programme national approuvé aujourd'hui par la Banque mondiale aidera à améliorer les services de santé pour environ 2,5 millions de personnes, en particulier les femmes, les enfants et les adolescents vivant dans les communautés les plus isolées de Mauritanie.

Ce programme est cofinancé par une combinaison de don et de crédit de l'Association internationale de développement (IDA)* d'un montant de 52,3 millions de dollars ainsi que par un don de 15 millions de dollars du mécanisme de financement mondial (GFF)**.

Cristina Santos, responsable des opérations de la Banque mondiale pour la Mauritanie, explique : « En ciblant stratégiquement la santé et la nutrition maternelles, infantiles et des adolescents, la Banque mondiale s'engage à aider le gouvernement mauritanien à atteindre les objectifs de son système de santé. Nous nous réjouissons du prochain succès dans la mise en œuvre de ce programme qui vise à améliorer la santé et le bien-être des Mauritaniens. »

Ce programme, aligné sur la Stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée 2016-2030 ainsi que d'autres politiques sanitaires, se concentrera sur l'amélioration de la qualité, de l'accessibilité et de l'utilisation des services de santé, particulièrement ceux ciblant la santé et la nutrition des mères, des enfants et des adolescents.

Il comporte des interventions visant à renforcer les soins de santé primaires pour améliorer l'équité ; il se concentre aussi sur la santé reproductive et sexuelle des adolescents, notamment par le biais de plateformes scolaires de planification familiale, les systèmes de santé et les réformes financières, ainsi que sur l'amélioration de la gouvernance dans l'ensemble du secteur de la santé.

Ces efforts porteront sur neuf régions rurales – Hodh Chargui, Hodh Gharbi, Guidimagha, Assaba, Gorgol, Brakna, Trarza, Adrar et Tagant – dont les résultats en matière de santé sont à la traîne par rapport à la moyenne nationale ; ces communautés représentant 62,4 % de la population mauritanienne. Le programme sera par la suite étendu à l'ensemble du territoire national.

Se concentrant sur les femmes en âge de procréer, les adolescents, la jeunesse et les enfants de moins de 5 ans, et incluant les réfugiés, ce programme devrait toucher 2,5 millions de personnes dont plus de 70 000 réfugiés et leur offrir un accès à de meilleurs services de santé, notamment en matière de soins de grossesse et de planification familiale.

« Le GFF est heureux de poursuivre sa collaboration avec le gouvernement mauritanien afin d'étendre les réformes qui garantiront aux femmes et aux adolescents un accès universel aux services de santé et de nutrition, quel que soit leur lieu de vie, » souligne Luc Laviolette chef du secrétariat du GFF. « Ce nouveau financement aidera à mener les actions grâce à la formation et au déploiement d'agents de santé communautaires dans les régions les plus reculées, mais aussi grâce à l'expansion des services de santé au sein des écoles. Nous sommes prêts à appuyer l'engagement du gouvernement à sauver des vies et à offrir davantage d'opportunités de qualité à la jeunesse. »

Le renforcement du système de gestion des informations de santé fait partie intégrante du projet, il permet de renforcer les programmes d'agents de santé communautaires et de mettre en œuvre des mécanismes de financement basés sur la performance et ainsi améliorer dans leur ensemble les résultats sanitaires dans les régions ciblées.

* L’Association Internationale de Développement (IDA) de la Banque mondiale, créée en 1960, aide les pays les plus pauvres de la planète en leur accordant des dons et des prêts à intérêt très faible ou nul destinés à des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 74 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs aux 1,3 milliard de personnes résidant dans les pays IDA. Depuis 1960, l’IDA a fourni 496 milliards de dollars à 114 pays. Le volume annuel de ses engagements a atteint environ 34,7 milliards de dollars en moyenne au cours des trois dernières années (Exercices 2020-2022), environ 70 % étant destinés à l’Afrique. Pour en savoir plus : https://ida.banquemondiale.org/fr/home.

#IDAworks

** Le Mécanisme de financement mondial (Global Financing Facility ou GFF) est un partenariat mondial, hébergé par la Banque mondiale, qui lutte contre la pauvreté et les inégalités par le biais de la promotion de la santé et des droits des femmes, des enfants et des adolescents. Cette promotion prend la forme d’un soutien aux pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure, pour les aider à renforcer leurs systèmes nationaux de santé et à améliorer l’accès aux soins grâce à la définition de plans prioritaires, l’alignement des financements publics et privés et la réforme des politiques. Depuis qu'ils ont rejoint le GFF, les pays partenaires ont enregistré les résultats suivants : 100 millions de femmes enceintes ont bénéficié de quatre visites prénatales ou plus ; 130 millions de femmes ont bénéficié de soins pour un accouchement sécurisé ; 135 millions de nouveau-nés avec un démarrage précoce de l'allaitement maternel ; 630 millions d'utilisateurs de contraceptifs modernes permettant d'éviter plus de 230 millions de grossesses non-désirées. Pour en savoir plus : https://www.globalfinancingfacility.org/fr

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2024/061/AFW

Contacts

In Nouakchott:

Loana Billeux,

(+222) 46 49 18 24

lbilleux@worldbank.org





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2809

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)