02-02-2023 07:36 - Ilôt L : les habitants se plaignent des débarquements sauvages des camionneurs

Ilôt L : les habitants se plaignent des débarquements sauvages des camionneurs

Le Calame - Regroupés dans un collectif, les habitants du quartier Îlot L (zone du lycée Al Barka) à Nouakchott, vivent un calvaire depuis trois ans. Leur tranquillité est perturbée par les débarquements sauvages de marchandises qui les exposent à un danger permanent.

Jadis terrain de jeux des enfants, l’espace public du quartier est depuis mis à contribution par des transporteurs qui « parquent, de façon soutenue et anarchique aux portes de nos domiciles, des semi-remorques convoyant des containers de marchandises », déplorent les plaignants.

Un chassé-croisé incessant de charrettes, motocycles Wuhu et semi-remorques se disputent l’espace vital causant des désagréments et des risques sanitaires, notamment des crises d’asthme.

« Ils ont tellement amolli le sol que nous passons notre temps à nous enliser », fulminent les habitants.

Et d’enfoncer le clou : « Ils ont transformé notre existence en misère. Nous vivons sous haute tension à cause de ces marchands qui débarquent leurs marchandises à tout moment de la journée de 7 à 20 heures. Nous n’avons plus de tranquillité chez nous. » Pire :« Des fois, nous ne pouvons même pas sortir nos voitures du garage à cause des camions stationnés devant ! » Les plaignants redoutent la stratégie que semblent mûrir les commerçants : « Ils cherchent à transformer notre espace, qui est un lieu d’habitation, en un marché et le font progressivement. » La plainte est d’autant plus grande que « la peur qu’un enfant ne se fasse renverser par ces engins est omniprésente. »

Adressées au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire(MHUAT), à la présidente du Conseil régional et au préfet du Ksar, les doléances du collectif n’ont pas à ce jour produit l’effet escompté.

Les timides mesures prises par les autorités départementales avaient certes permis aux habitants de souffler le temps d’une journée, après le renvoi des semi-remorques et des charretiers mais les uns et les autres sont revenus en force dès le lendemain. De quoi pousser les habitants à perdre patience : « Certains riverains cherchent à quitter le quartier autrefois si calme, propre et convivial… »

Et ceux qui ne veulent ou ne peuvent s’y résoudre s’efforcent de garder leur calme, en priant les autorités de bien vouloir faire diligence à leurs différentes sollicitations « pour mettre fin au plus vite à ce harcèlement » et mettre à leur disposition des voies goudronnées.

THIAM Mamadou





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 7709

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • mystere1 (F) 02/02/2023 10:57 X

    Ces habitants d'Ilôt L, ont parfaitement raison, de se plaindre, contre ces camionneurs, encombrants et sauvages, et ce n'est pas Ilôt L seulement, c'est aussi, dans d'autres quartiers, d'ailleurs, de manière générale, c'est Nouakchott, qui est infernalement, en assainissement, et insalubrité, tout simplement invivable.

  • habouss (H) 02/02/2023 08:39 X

    Les habitants de ce quartier doivent se rendre à l'évidence : le quartier ilot L est, ou est, en train de devenir le prolongement du grand marché de la capitale NKTT. En effet ce quartier jadis huppé a vu les héritiers vendre tous les maisons pour aller s'installer ailleurs ou simplement s'exiler en grand nombre dans le monde. Ainsi, avant d'être envahi par les commerçants ce quartier a vu des écoles privées pousser comme des champignons boostées par le succès justement de l'école El Baraka. Il faut juste se rendre compte qu'il est devenu un marché avec des entrepôts de marchandises qui ravitaillent les marchés de NKTT et l'intérieur du pays. Nonobstant le danger que ces gros camions présente pour les élèves, je pense que les habitants sont surtout diurnes et constitués en majeur partie de clients. Il faut rapidement trouver une solution pour transférer les écoles de cette zone qui devient réellement dangereuse par la présence de ces mastodontes de camions avec des chauffeurs en général inconscients et brutes.