18-10-2013 00:12 - Mauritanie : le régime esclavagiste de Ould Aziz pointé par Ould Abeid à Bruxelles

Mauritanie : le régime esclavagiste de Ould Aziz pointé par Ould Abeid à Bruxelles

Depuis Ould Daddah jusqu'à Ould Aziz aucune personne présumée esclavagiste n'a été condamnée en Mauritanie pour crime contre l'humanité. Et pourtant l'esclavage a été aboli en 81 et même criminalisé en 2007 et en 2012 sous le régime de Ould Aziz. Mais à chaque fois que la procédure est déclenchée par l'IRA elle bute sur le blocage au sommet même de l'Etat.

L'IRA est décidée à aller jusqu'au bout quitte à porter l'insurrection au coeur de la société mauritanienne et de l'Etat. C'est ce qui ressort en substance de la communication du président de l'IRA Ould Abeid devant la commission des Droits de l'Homme de l'Union Européenne à Bruxelles, le 14 octobre dernier.

L'affaire récente de Noura Mint Aheymed à Boutilimit est révélatrice de l'impunité des auteurs d'actes esclavagistes qui sont légion en Mauritanie depuis l'indépendance jusqu'à maintenant.

Une jeune fille de 19 ans arrachée de ses parents dès l'enfance privée de tous ses droits dont la vie a basculé en septembre dernier grâce à l'IRA et SOS Esclavage qui l'ont aidé à porter plainte devant la brigade de gendarmerie de Boutilimit. Au final un non lieu pour les auteurs présumés très proches du pouvoir.

La mobilisation de l'IRA et des ONG nationales a eu pour conséquence l'arrestation de militants anti-esclavagistes et l'emprisonnement deux d'entre eux. Cet exemple parmi tant d'autres est au centre de la communication du président de l'IRA devant la commission des Droits de l'Homme de l'UE à Bruxelles le 14 octobre dernier.

Dans la capitale belge Ould Abeid a fustigé les autorités de Nouakchott qui continuent de camper dans le déni de l’esclavage. A ce juste titre, il rappelle que personnellement il a été emprisonné en 2012 pour avoir brûlé sur une place publique à Nouakchott des livres de droit musulman du rite malékite. Il qualifie ce geste comme une rébellion sociale et idéologique dans un pays où la banalisation de l'infériorité de l'homme noir est un phénomène courant voire institutionnalisé.

Il doit sa libération grâce à sa détermination et à la mobilisation des organisations nationales des droits de l’homme et la communauté internationale. Pas étonnant de constater le mépris du régime de Ould Aziz des Hratins pourtant représentant une forte frange de la population mauritanienne mais discriminée à tous les niveaux de la scolarisation du pays en particulier dans les écoles professionnelles.

Le leader Hratin est frappé par cette exclusion et de cette stigmatisation des noirs qui constituent aujourd’hui plus de la moitié de la population. C’est ce que cache en réalité l’absence de statistiques officielles depuis très longtemps. Une pratique inédite en Afrique et dans le monde qui frise le ridicule .

Le défenseur des droits de l’homme s’interroge sur l’interdiction toujours de son organisation pour cause d’activité abolitionniste alors que la promulgation de la criminalisation de l’esclavage est effective depuis 2007. Une contradiction flagrante du régime esclavagiste de Ould Aziz qui n’hésite pas à envoyer en prison les militants de l’IRA avant de les condamner avec amendes ou sursis. Une indignation de plus qui le pousse à prendre son bâton de pélerin pour faire connaître cette situation anachronique dans le monde entier.

L’invitation de Bruxelles est une étape importante pour interpeller les européens à regarder en face un régime à plusieurs visages. Le prix 2013 de Frontline Defenders est plus que jamais décidé à aller jusqu’au bout quitte à porter l’insurrection au cœur de la société mauritanienne et de l’Etat.




"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Baba Kane
Commentaires : 4
Lus : 4096

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • artisant (H) 18/10/2013 09:17 X

    un article juste factuel. Cependant au travers de la réaction de ahmed12b, on comprend à quel point le dénie est;

    merci pour la lucidité du web master

  • Cheikh-TijaneBathily (H) 18/10/2013 01:26 X

    Il est arrivé aux cendres de donner naissance à d'incroyables édifices!

  • ahmed12b (H) 18/10/2013 01:21 X

    Cet article ne rime à rien. Le régime de Aziz est le plus progressiste que notre pays a connu mais vous êtes des ingrats vous l’avez été avec Jemal yessa, ould Dadde et bien d’autres . Cet article est écrit par un noir r...... s...... par des j........... n.... de c....., r......., eux aussi . il rappelle l'article bidon sur l'auto-determination des régions du sud proné sans mandat ni referendum par les FLAMs un mouvement composé de 3 individus.

    Je sais que je vais être censuré mais je pourrai publier mon commentaire ailleurs. Et les esclavagistes noirs qu'attendez vous our les fustiger, comme le hartani esclavagiste Ould Veijeh à Rosso, les Torodo noirs au Brakna, l'aristocratie noire soninké au guidimagha et gorgol. Pour que les esclaves maures soient libres il faut que les esclaves des noirs soient libres.

    Le rapport parle seulement de 160.000 esclaves en Mauritanie donc moins de 4% de la population alors que Biram et les organisations noires racistes nous disaient dans leurs médiocres productions que 80% de la population mauritanienne est soumise à l'esclavage et au racisme malgré la pléthore de généraux noirs et de ministres noirs. Ce qui est un désaveu cinglant pour vos blablas racistes et séparatistes.
    Vive Aziz!!!!

    ----------------------------

    Monsieur ahmed12b

    Désolé, mais j'ai validé votre commentaire, non parce qu'il ne contenait pas des affirmations mensongères et des insultes, mais simplement pour vous demander d'indiquer une adresse valide, car le mail que je vous ai envoyé m'est revenu. Ecrire avec un pseudo d'anonyme en ayant indiqué une adresse email que vous avez modifié n'est vraiment pas très courageux de votre part, mais cela n'étonnera personne... .

    Pour le reste de votre posting, nul besoin de le commenter, ca vole trop bas.

    Le webmaster

  • Vent de Sable (H) 18/10/2013 00:33 X

    Ould Abeid continue de jouer avec le feu !
    Il risque d'incendier le pays.