09-07-2024 00:09 - Officiel : Libération des personnes arrêtées lors des récentes émeutes dans des villes du pays

Officiel : Libération des personnes arrêtées lors des récentes émeutes dans des villes du pays

Rimnow - Le Ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation a annoncé ce lundi 8 juillet courant, la libération de tous les citoyens arrêtés suite à leur participation aux émeutes qui ont eu lieu récemment dans certaines wilayas du pays et consécutives à l’annonce des résultats de la présidentielle du 29 juin 2024.

Cette décision exclut les étrangers ayant participé à ces événements, lesquels seront détenus jusqu'à l’achèvement des procédures légales applicables en vigueur, indique le Département.

Cette mesure intervient en réponse aux appels lancés par les notables et les acteurs locaux, qui avaient apporté des garanties aux tuteurs et aux parents des personnes libérées. La majorité des personnes arrêtées étaient des jeunes hommes trompés par des partis aux intentions particulières, ont affirmé les autorités compétentes dans un communiqué.

La libération de ces citoyens a eu lieu après le rétablissement de la situation sécuritaire normale dans le pays, ajoute le communiqué selon lequel, les autorités publiques resteront fermes dans la garantie de la sécurité et de la tranquillité publiques, s’engageant par ailleurs à assurer les droits et les libertés individuelles et collectives légalement garantis par l’Etat de droit.

Le ministère a appelé enfin tous les citoyens et résidents à coopérer avec les autorités pour assurer la stabilité et la sécurité du pays.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2928

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ouldsidialy (H) 09/07/2024 05:38 X

    Voilà comment on ruine la légitimité de l'Etat: On commence par l'emploi de la force selon le devoir légal de l'Etat, puis on le délégitime en faisant entorse aux lois !!........................................... C'est une décision qui viole la loi Mauritanienne et le principe international d'égalité de traitement devant la loi des étrangers et des nationaux pour ce qui est des crimes et délits. La décision porte doublement préjudice à la Mauritanie en donnant la mauvaise image d'un pays qui agit selon le principe discrétionnaire du ministère de l'intérieur car les mesures de clémence en plus d'être discriminatoires ne relèvent pas ses compétences ...................................................... et on s'étonne que chaque tribu , chaque ethnie puisse trouver que son voleur ou son casseur est injustement traité s'il va en prison ou que BIRAM proclame sa propre CENI